030418


He knew, without knowing how it had happened, that he lay on the floor, in the dusty space before the altar which he and Elisha had cleaned ; and knew that above him burned the yellow light which he had himself switched on. Dust was in his nostrils, sharp and terrible, and the feet of saints, shaking the floor beneath him, raised small clouds of dust that filmed his mouth. He heard their cries, so far, so high above him—he could never rise that far. He was like a rock, a dead man’s body, a dying bird, fallen from an awful height ; something that had no power of itself, any more, to turn.

James Baldwin, Go Tell it on the Mountain

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel (c’est pas le cas). Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire avec ça car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé ou Guyotat mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette imminence, de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

<  -  >

Partager

Révisions

8 révisions

030418, version 9 (3 mai 2018)

Pierre Guyotat, Football, Simeon ten Holt, Vincent Tholomé, James Baldwin
<blockquote> He knew, without knowing how it had happened, that he lay on the floor, in the dusty space before the altar which he and Elisha had cleaned ; and knew that above him burned the yellow light which he had himself switched on. Dust was in his nostrils, sharp and terrible, and the feet of saints, shaking the floor beneath him, raised small clouds of dust that filmed his mouth. He heard their cries, so far, so high above him—he could never rise that far. He was like a rock, a dead man’s body, a dying bird, fallen from an awful height ; something that had no power of itself, any more, to turn.

James Baldwin, Go Tell it on the Mountain

</blockquote>

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel (c’est pas le cas). Quelques trucs m’ont parlé, mais c’était globalement deux musiques mises côte à côte et qui ne communiquaient pas. Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire avec ça car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé ou qui a tenté d’approcher ça , ni comme Guyotat qui l’a fait muter , mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette imminence, de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

030418, version 8 (2 mai 2018)

<blockquote> He knew, without knowing how it had happened, that he lay on the floor, in the dusty space before the altar which he and Elisha had cleaned ; and knew that above him burned the yellow light which he had himself switched on. Dust was in his nostrils, sharp and terrible, and the feet of saints, shaking the floor beneath him, raised small clouds of dust that filmed his mouth. He heard their cries, so far, so high above him—he could never rise that far. He was like a rock, a dead man’s body, a dying bird, fallen from an awful height ; something that had no power of itself, any more, to turn.

James Baldwin, Go Tell it on the Mountain

</blockquote>

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel (c’est pas le cas). Quelques trucs m’ont parlé, mais c’était globalement deux musiques mises côte à côte et qui ne communiquaient pas. Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire avec ça là-dessus car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé qui a tenté d’approcher ça cette rigueur , ni comme Guyotat qui l’a fait muter, mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette imminence, de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

030418, version 7 (29 avril 2018)

<blockquote> He knew, without knowing how it had happened, that he lay on the floor, in the dusty space before the altar which he and Elisha had cleaned ; and knew that above him burned the yellow light which he had himself switched on. Dust was in his nostrils, sharp and terrible, and the feet of saints, shaking the floor beneath him, raised small clouds of dust that filmed his mouth. He heard their cries, so far, so high above him—he could never rise that far. He was like a rock, a dead man’s body, a dying bird, fallen from an awful height ; something that had no power of itself, any more, to turn.

James Baldwin, Go Tell it on the Mountain

</blockquote>

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel ( mais c’est pas le cas). . Quelques trucs m’ont parlé, mais c’était globalement deux musiques mises côte à côte et qui ne communiquaient pas. Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire là-dessus car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé qui a tenté d’approcher approché cette rigueur, ni comme Guyotat qui l’a fait muter, mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette imminence approche , de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

030418, version 6 (23 avril 2018)

<blockquote> He knew, without knowing how it had happened, that he lay on the floor, in the dusty space before the altar which he and Elisha had cleaned ; and knew that above him burned the yellow light which he had himself switched on. Dust was in his nostrils, sharp and terrible, and the feet of saints, shaking the floor beneath him, raised small clouds of dust that filmed his mouth. He heard their cries, so far, so high above him—he could never rise that far. He was like a rock, a dead man’s body, a dying bird, fallen from an awful height ; something that had no power of itself, any more, to turn.

James Baldwin, Go Tell it on the Mountain

</blockquote>

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel mais c’est ce n’est pas le cas. Quelques trucs m’ont parlé, mais c’était globalement deux musiques mises côte à côte et qui ne communiquaient pas . Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire là-dessus car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé qui a approché cette rigueur logique minimaliste , ni comme Guyotat qui l’a fait muter, mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette approche, de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

030418, version 5 (7 avril 2018)

<blockquote> He knew, without knowing how it had happened, that he lay on the floor, in the dusty space before the altar which he and Elisha had cleaned ; and knew that above him burned the yellow light which he had himself switched on. Dust was in his nostrils, sharp and terrible, and the feet of saints, shaking the floor beneath him, raised small clouds of dust that filmed his mouth. He heard their cries, so far, so high above him—he could never rise that far. He was like a rock, a dead man’s body, a dying bird, fallen from an awful height ; something that had no power of itself, any more, to turn.

James Baldwin, Go Tell it on the Mountain

</blockquote>

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel mais ce n’est pas le cas. Quelques trucs m’ont parlé, mais c’était globalement deux musiques mises côte à côte et qui ne communiquaient. Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire là-dessus car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé qui a approché cette logique minimaliste, ni comme Guyotat qui l’a fait muter, mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette approche, de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

030418, version 3 (3 avril 2018)

J’écrème ou je désherbe, je sais pas encore. Mais je fais l’un ou l’autre. Et j’aimerais assez ça aimer l’album Sampling Baroque Handel mais ce n’est pas le cas. Quelques trucs m’ont parlé, mais c’était globalement deux musiques mises côte à côte et qui ne communiquaient. Tout le contraire du Palimpsest, où tu te retrouves toujours à attendre les moments de clarté qui s’envolent progressivement, ça arrive par vague, et on ne sait pas quand ça va venir mais ça vient, c’est là, on est dans l’imminence, c’est ça précisément que te fait ce mouvement. Et c’est contre-productif d’écrire là-dessus car tu te retrouveras toujours nécessairement par fermer les yeux et d’abandonner à ça, l’imminence, et quand tu les as rouverts il fait nuit, et l’encre elle a séché, les pages elles sont sorties des anneaux de métal, on est au bout du cahier. J’aimerais rendre compte de tels mouvements dans l’écriture, peut-être pas comme a pu le faire Vincent Tholomé qui a approché cette logique minimaliste, ni comme Guyotat qui l’a fait muter, mais quelque chose qui serait mien et qui tienne compte de cette approche, de cette proximité toujours recommencée, mais jamais évidente.

030418, version 2 (3 avril 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |