050418


Faut que j’apprenne à dire non à tout. Systématiquement. Et tout le temps. Je m’en porterais mieux. L’Episode IX du Lemniscaat, j’adhère. Mais où sont passés les instruments de l’orchestre ? Ça fait des heures qu’il n’y a plus que du/deux piano(s). Pensais qu’ils reviendraient à la fin du mouvement, qu’on suivrait la ligne caractéristique, cette courbe en forme d’infini (mais non). Seul le piano termine. Dans un final tendu, et quelque part, oui, on peut dire que c’est beau. Mais j’ai toujours rien compris à ce machin. 869 mots pour Eff sur la fin de ça, et sur le début de cet autre truc, au piano uniquement cette fois-ci, Eadem Sed Aliter, joué par Jeroen van Veen.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

050418, version 7 (5 mai 2018)

Jeroen van Veen, Simeon ten Holt
Faut que j’apprenne à dire non à tout. Systématiquement. Et tout le temps. Je m’en porterais mieux. L’Episode IX du Lemniscaat, j’adhère. Mais où sont passés les instruments de l’orchestre ? Ça fait des heures qu’il n’y a plus que du/deux piano(s). Pensais J’aurais cru qu’ils reviendraient à la fin du mouvement, qu’on que l’on suivrait [la la ligne caractéristique->https://fr . caractéristique , cette courbe en forme d’infini ( mais non ). wikipedia.org/wiki/Lemniscate], cette courbe en forme d’infini (mais non). Seul le piano termine. Dans un final tendu, et quelque part, oui, on peut dire que c’est beau. Mais j’ai toujours rien compris à ce machin cette composition . 869 mots pour Eff sur la fin de ça, et sur le début de cet autre truc, au piano uniquement cette fois-ci, Eadem Sed Aliter, joué par Jeroen van Veen.

050418, version 6 (4 mai 2018)

Faut que j’apprenne à dire non à tout , systématiquement , et toutle temps . Systématiquement. Et tout le temps. Je m’en porterais mieux. L’Episode IX du Lemniscaat, d’accord , j’adhère. Mais où sont passés les instruments de l’orchestre ? Ça fait des heures qu’il n’y a plus que du/deux piano(s). J’aurais cru qu’ils reviendraient à la fin du mouvement, que l’on suivrait la ligne caractéristique, cette courbe en forme d’infini (mais non). Seul le piano termine. Dans un final tendu, et quelque part, oui, on peut dire que c’est beau. Mais j’ai je n’ai toujours rien compris à cette composition. 869 mots pour Eff sur la fin de ça, et sur le début de cet autre truc, au piano uniquement cette fois-ci, Eadem Sed Aliter, joué par Jeroen van Veen.

050418, version 5 (29 avril 2018)

Faut que j’apprenne à dire non à tout, systématiquement, et tout le temps. Je m’en porterais mieux. L’Episode IX du Lemniscaat, d’accord, j’adhère. Mais où sont passés les instruments de l’orchestre ? Ça fait des heures qu’il n’y a plus que du/deux piano(s). J’aurais cru qu’ils reviendraient à la fin du mouvement, que l’on suivrait la ligne caractéristique, cette courbe en forme d’infini ( , mais non). . Seul le piano termine. Dans un final tendu, et quelque part, oui, on peut dire que c’est beau. Mais je n’ai toujours rien compris à cette composition. 869 mots pour Eff sur la fin de ça, et sur le début de cet autre truc, au piano uniquement cette fois-ci fois , Eadem Sed Aliter, joué par Jeroen van Veen.

050418, version 4 (23 avril 2018)

Faut Il faut que j’apprenne à dire non à tout, systématiquement, et tout le temps. Je m’en porterais porterai mieux. L’Episode IX du Lemniscaat, d’accord, j’adhère. Mais où sont passés les instruments de l’orchestre ? Ça fait des heures qu’il n’y a plus que du/deux du ( deux ) piano(s). J’aurais cru qu’ils reviendraient à la fin du mouvement, que l’on suivrait la ligne caractéristique, cette courbe en forme d’infini, mais non. Seul le piano termine. Dans un final tendu, et quelque partbeau , oui, on peut dire que c’est beau . Mais je n’ai toujours rien compris à de cette composition. 869 mots pour Eff sur la fin de ça, et sur le début de cet autre truc, au piano uniquement cette fois, Eadem Sed Aliter, joué par Jeroen van Veen.

050418, version 3 (5 avril 2018)

Il faut que j’apprenne à dire non à tout, systématiquement, et tout le temps. Je m’en porterai mieux. L’Episode IX du Lemniscaat, d’accord, j’adhère. Mais où sont passés les instruments de l’orchestre ? Ça fait des heures qu’il n’y a plus que du (deux) piano(s). J’aurais cru qu’ils reviendraient à la fin du mouvement, que l’on suivrait la ligne caractéristique, cette courbe en forme d’infini, mais non. Seul le piano termine. Dans un final tendu, et quelque part beau, oui. Mais je n’ai toujours rien compris de cette composition. 869 mots pour Eff sur la fin de ça, et sur le début de cet autre truc, au piano uniquement cette fois, Eadem Sed Aliter, joué par Jeroen van Veen.

050418, version 2 (5 avril 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |