080418


519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pourquoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova. Fascination pour ces récits de personnes ayant renoncé à parler, temporairement ou pas. J’ai mis ça plusieurs fois dans des trucs que j’ai écrits, ou que j’ai réécrits. Il y aura ça dans ADP, et quelque part c’est dans t (mais qui se souvient de t ?). Mais en réalité c’est partout. Comment assouvir ça ?

À Chéreau, le jeune acteur [Isaac de Bankolé] raconte cette étrange histoire qui lui est arrivée quelques mois avant : un jour, il a commencé à refuser de parler. D’abord par jeu, puis par volonté féroce. Dans les bistrots, il commandait son café sans parler. Sa famille s’est inquiétée et avait appelé les secours. On l’avait hospitalisé. Il a passé une nuit avant de tout révéler et de repartir. « Cette expérience m’a appris beaucoup. S’exprimer sans la parole. »

Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès, Minuit, P. 269-270.

<  -  >

Partager

Révisions

8 révisions

080418, version 9 (10 mai 2018)

Paris, Accident de personne, Arnaud Maïsetti, ///, Simeon ten Holt, Чарнобыль, Bernard-Marie Koltès

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pourquoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova. Fascination pour ces récits de personnes ayant renoncé à parler, temporairement ou pas. Ici dans la biographie de Koltès d’Arnaud. J’ai mis ça plusieurs fois dans des trucs que j’ai écrits, ou que j’ai réécrits. Il y aura ça dans ADPIl y aura ça dans ADP , et quelque part c’est dans t t ( mais qui se souvient de t  ? (mais qui se souvient de t  ? ). ). Mais en réalité c’est partout. Comment assouvir ça, ce désir si enfoui quand il est de partout ?

<blockquote> À Chéreau, le jeune acteur [Isaac de Bankolé] <blockquote > À Chéreau , le jeune acteur ( Isaac de Bankolé ) raconte cette étrange histoire qui lui est arrivée quelques mois avant : un jour, il a commencé à refuser de parler. D’abord par jeu, puis par volonté féroce. Dans les bistrots, il commandait son café sans parler. Sa famille s’est inquiétée et avait appelé les secours. On l’avait hospitalisé. Il a passé une nuit avant de tout révéler et de repartir. « Cette expérience m’a appris beaucoup. S’exprimer sans la parole. »

Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès, Minuit, P. 269-270.

</blockquote>

080418, version 8 (9 mai 2018)

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment pour aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pourquoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova. Fascination pour ces récits de personnes ayant renoncé à parler, temporairement ou pas. Ici dans la biographie de Koltès d’Arnaud. J’ai mis ça plusieurs fois dans des trucs que j’ai écrits écrit , ou que j’ai réécrits réécrit . Il y aura ça dans ADP, et quelque part c’est dans t (mais qui se souvient de ça , t ?). Mais en réalité c’est partout. Comment assouvir ça, ce désir si enfoui quand il est de partout ?

<blockquote> À Chéreau, le jeune acteur (Isaac de Bankolé) raconte cette étrange histoire qui lui est arrivée quelques mois avant : un jour, il a commencé à refuser de parler. D’abord par jeu, puis par volonté féroce. Dans les bistrots, il commandait son café sans parler. Sa famille s’est inquiétée et avait appelé les secours. On l’avait hospitalisé. Il a passé une nuit avant de tout révéler et de repartir. « Cette expérience m’a appris beaucoup. S’exprimer sans la parole. »

Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès, Minuit, P. 269-270.

</blockquote>

080418, version 7 (5 mai 2018)

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment pour aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pourquoi pour quoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova. Fascination pour ces récits de personnes ayant renoncé à parler, temporairement ou pas. Ici dans la biographie de Koltès d’Arnaud. J’ai mis ça plusieurs fois dans des trucs que j’ai écrit, ou que j’ai réécrit. Il y aura ça dans ADP, et quelque part c’est dans t (mais qui se souvient de ça, t ?). Mais en réalité c’est partout. Comment assouvir ça Et comment , moi , l’assouvir , ce désir si enfoui quand il est de partout ?

<blockquote> À Chéreau, le jeune acteur (Isaac de Bankolé) raconte cette étrange histoire qui lui est arrivée quelques mois avant : un jour, il a commencé à refuser de parler. D’abord par jeu, puis par volonté féroce. Dans les bistrots, il commandait son café sans parler. Sa famille s’est inquiétée et avait appelé les secours. On l’avait hospitalisé. Il a passé une nuit avant de tout révéler et de repartir. « Cette expérience m’a appris beaucoup. S’exprimer sans la parole. »

Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès, Minuit, P. 269-270.

</blockquote>

080418, version 6 (29 avril 2018)

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment pour aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pour quoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova. Fascination pour Je suis fasciné par ces récits de personnes ayant renoncé à parler, temporairement ou pas. Ici dans la biographie de Koltès d’Arnaud. J’ai mis ça plusieurs fois dans des trucs que j’ai écrit, ou que j’ai réécrit. Il y aura ça dans ADP, et quelque part c’est dans t ( mais qui se souvient de ça , t  ? . ). Mais en réalité c’est partout. Et comment, moi, l’assouvir, ce désir enfoui quand il est de partout ?

<blockquote> À Chéreau, le jeune acteur (Isaac de Bankolé) raconte cette étrange histoire qui lui est arrivée quelques mois avant : un jour, il a commencé à refuser de parler. D’abord par jeu, puis par volonté féroce. Dans les bistrots, il commandait son café sans parler. Sa famille s’est inquiétée et avait appelé les secours. On l’avait hospitalisé. Il a passé une nuit avant de tout révéler et de repartir. « Cette expérience m’a appris beaucoup. S’exprimer sans la parole. »

Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès, Minuit, P. 269-270.

</blockquote>

080418, version 5 (9 avril 2018)

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment pour aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pour quoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova. Je suis fasciné par ces récits de personnes ayant renoncé à parler, temporairement ou pas. Ici dans la biographie de Koltès d’Arnaud. J’ai mis ça plusieurs fois dans des trucs que j’ai écrit, ou que j’ai réécrit. Il y aura ça dans ADP, quelque part c’est dans t. Mais en réalité c’est partout. Et comment, moi, l’assouvir, ce désir enfoui quand il est de partout ?

<blockquote> À Chéreau, le jeune acteur (Isaac de Bankolé) raconte cette étrange histoire qui lui est arrivée quelques mois avant : un jour, il a commencé à refuser de parler. D’abord par jeu, puis par volonté féroce. Dans les bistrots, il commandait son café sans parler. Sa famille s’est inquiétée et avait appelé les secours. On l’avait hospitalisé. Il a passé une nuit avant de tout révéler et de repartir. « Cette expérience m’a appris beaucoup. S’exprimer sans la parole. »

Arnaud Maïsetti, Bernard-Marie Koltès, Minuit, P. 269-270.

</blockquote>

080418, version 4 (8 avril 2018)

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui. Un moment pour aller voir la Seine se lever puis revenir. Il y a des chapiteaux vers Bercy mais pour quoi ? Plus avancé sur le Morphine(s) 05 en deux heures que ces deux derniers mois réunis. Ça passe par de l’écriture de zéro, notamment tout ce qui concerne le personnage (non, la voix) de Sonia Ouchakova.

080418, version 3 (8 avril 2018)

519 mots recopiés, pour Eff, sur une Suite for string quartet. et 534 autres, ceux d’aujourd’hui.

080418, version 2 (8 avril 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |