220518


J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des orages loin qui se tissent). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de punition je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont mais truffés. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus et ça s’arrêtera sec, d’un coup). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous de la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirai Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots donc.

<  -  >

Partager

Révisions

9 révisions

220518, version 10 (22 juin 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des orages loin qui se tissent). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site [Empreintes->https://www . Empreintes . publie.net/livre/louis-rene-forets-empreintes-emmanuel-delaplanche/]. Ça doit être une espèce de punition je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ADP ou Mueller qui en sont mais truffés . ou Mueller qui en sont mais truffés. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus et ça s’arrêtera qui s’arrêtent sec, d’un coup). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous de la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirai Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots là-dessus donc. , ou presque là-dessus ( pas encore là-dessus ).
Publie.net, Accident de personne, Football, Mueller, Louis-René des Forêts, Emmanuel Delaplanche, Henry Miller
jpg/dsc_0029.jpg

220518, version 9 (21 juin 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des orages oranges loin qui se tissent). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de punition je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont mais truffés. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus et qui s’arrêtent sec , pour mieux ensuite d’un coups’arrêter ). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous de la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirai Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots là-dessus donc, ou presque là-dessus (pas encore là-dessus).

220518, version 8 (20 juin 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des oranges loin qui se tissent). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de punition je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont mais truffés truffées . De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus pour mieux ensuite d’un coup s’arrêter se refermer ). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous de la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirai Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots là-dessus donc, ou presque là-dessus (pas encore là-dessus).

220518, version 7 (18 juin 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des oranges loin qui se tissent). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de punition je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont mais truffées. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus pour mieux ensuite d’un coup se refermer). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous de la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirai Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots là-dessus donc, ou presque là-dessus (pas encore là-dessus).

220518, version 6 (16 juin 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des oranges loin qui se tissent décident ). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de punition rétribution je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont truffées. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus pour mieux ensuite d’un coup se refermer). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous de la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirai j’écrirais Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots là-dessus donc, ou presque là-dessus (pas encore là-dessus).

220518, version 5 (22 mai 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des oranges loin qui se décident). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de rétribution je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont truffées. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus pour mieux ensuite d’un coup se refermer). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirais Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher. 519 mots là-dessus donc, ou presque là-dessus (pas encore là-dessus).

220518, version 4 (22 mai 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des oranges loin qui se décident). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de rétribution je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont truffées. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus pour mieux ensuite d’un coup se refermer). À un moment donné faut juste que j’aille marcher sous la pluie. C’est jamais gratuit sortir, c’est toujours pour faire quelque chose, aller quelque part, poster un truc, mais il fallait faire ça. Aller dans la poussière que c’est l’orage, même si c’est calme. C’est une averse. Tout à l’heure j’écrirais Eff sur ça, cette pluie, et quelqu’un dessous elle pour marcher.

220518, version 3 (22 mai 2018)

J’ai jamais lu Henry Miller. Il y a des orages lents qui se dessinent (il y a des oranges loin qui se décident). Ça s’entend. Des fois ça se voit. Ça se sent pas, toujours. J’ai l’impression d’être un de ces joueurs de foot polyvalents, qui peut jouer partout mais qui n’est bon nulle part. C’est moi ça. Toute la majeure partie de la journée sur le site Empreintes. Ça doit être une espèce de rétribution je pense que de devoir coder à la main des centaines de notes de bas de pages (et des notes dans les notes) après avoir écrit des trucs comme ADP ou Mueller qui en sont truffées. De temps à autre l’ascenseur de l’immeuble lance des cris des SOS préoccupants (de la statique blanchie et hyper saturée qui monte dans les aigus pour mieux ensuite d’un coup se refermer).

220518, version 2 (22 mai 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |