250518


Vingt-cinq pages sur quarante aujourd’hui. Pourtant j’avance aussi vite que possible. Donc c’est que ça vient d’ailleurs. Comme cette espèce d’orage sec qui éclate, sans aucune pluie nulle part, sans nuage presque. Juste le bruit et la lueur que c’est, l’éclair. Loin d’ici et tout près. 683 mots pour Eff, sans rien, avant de filer chez Charybde pour une soirée où André est libraire d’un soir [1]. L’orage crèvera pendant, c’est-à-dire que c’est le bruit de la pluie qui nous tire de nous. Et il faudra rentrer sous ça, ce tumulte. Et j’ai pratiquement pas lu la moindre ligne de la semaine, tu sais.

25 juin 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#André Rougier #Emmanuel Delaplanche #Fernando Pessoa #Louis-René des Forêts #Publie.net

[1La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. (Pessoa)

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

250518, version 7 (25 juin 2018)

Publie.net, Fernando Pessoa, André Rougier, Louis-René des Forêts, Emmanuel Delaplanche
jpg/dsc_0035.jpg
[Vingt-cinq Vingt-cinq pages sur quarante->https://www quarante aujourd’hui .publie.net/livre/louis-rene-forets-empreintes-emmanuel-delaplanche/] aujourd’hui. Pourtant j’avance aussi vite que possible. Donc c’est que ça vient d’ailleurs. Comme cette espèce d’orage sec qui éclate, sans aucune pluie nulle part, sans nuage presque. Juste le bruit et la lueur que c’est, l’éclair. Loin d’ici et tout près. 683 mots pour Eff, sans rien, avant de filer chez [Charybde->https://www.charybde.fr] pour une soirée où [André->https://andrelbn.wordpress.com] 683 mots pour Eff , sans rien , avant de filer chez Charybde pour une soirée André est libraire d’un soir [1]. L’orage crèvera pendant, c’est-à-dire que c’est le bruit de la pluie qui nous tire de nous. Et il faudra rentrer sous ça, dans ce tumulte. Et j’ai pratiquement pas lu la moindre ligne de la semaine, tu sais.

[1La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. (Pessoa)

250518, version 6 (23 juin 2018)

Vingt-cinq pages sur quarante aujourd’hui. Pourtant j’avance aussi vite que possible. Donc c’est que ça vient d’ailleurs. Comme cette espèce d’orage sec qui éclate, sans aucune pluie nulle part, sans nuage presque. Juste le bruit et la lueur que c’est, l’éclair. Loin d’ici et tout près. 683 mots pour Eff, sans rien, avant de filer chez Charybde pour une soirée où André est libraire libraire d’un soir [2]. L’orage crèvera pendant, c’est-à-dire que c’est le bruit de la pluie qui nous tire de nous. Et il faudra rentrer sous ça, dans ce tumulte. Et j’ai Je n’ai pratiquement pas lu la moindre ligne de la semaine, tu sais.

[2La

soir[[La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. (Pessoa)

250518, version 5 (18 juin 2018)

Vingt-cinq pages sur quarante aujourd’hui. Pourtant j’avance aussi vite que possible. Donc c’est que ça vient d’ailleurs. Comme cette espèce d’orage sec qui éclate, sans aucune pluie nulle part, sans nuage presque. Juste le bruit et la lueur que c’est, l’éclair. Loin d’ici et tout près. 683 mots pour Eff, sans rien, avant de filer chez Charybde pour une soirée où André est libraire d’un soir [3]. L’orage crèvera pendant, c’est-à-dire que c’est le bruit de la pluie qui nous tire de nous. Et il faudra rentrer sous ça, dans ce tumulte. Je n’ai pratiquement pas lu la moindre ligne de la semaine, tu sais .

[3La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. (Pessoa)

250518, version 4 (26 mai 2018)

Vingt-cinq pages sur quarante aujourd’hui. Pourtant j’avance aussi vite que possible. Donc c’est que ça vient d’ailleurs. Comme cette espèce d’orage sec qui éclate, sans aucune pluie nulle part, sans nuage presque. Juste le bruit et la lueur que c’est, l’éclair. Loin d’ici et tout près. 683 mots pour Eff, sans rien, avant de filer chez Charybde pour une soirée où André est libraire d’un soir [4]. L’orage crèvera pendant, c’est-à-dire que c’est le bruit de la pluie qui nous tire de nous. Et il faudra rentrer sous ça, dans ce tumulte. Je n’ai pratiquement pas lu la moindre ligne de la semaine.

[4La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. (Pessoa)

250518, version 3 (26 mai 2018)

Vingt-cinq pages sur quarante aujourd’hui. Pourtant j’avance aussi vite que possible. Donc c’est que ça vient d’ailleurs. Comme cette espèce d’orage sec qui éclate, sans aucune pluie nulle part, sans nuage presque. Juste le bruit et la lueur que c’est, l’éclair. Loin d’ici et tout près. 683 mots pour Eff, sans rien, avant de filer chez Charybde pour une soirée où André est libraire d’un soir [5]. L’orage crèvera pendant, c’est-à-dire que c’est le bruit de la pluie qui nous tire de nous. Et il faudra rentrer sous ça, dans ce tumulte.

[5La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. (Pessoa)

250518, version 2 (25 mai 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |