290518


Le RER D, pendant quelques années ce sera le prendre chaque jour pour aller au (puis revenir du) travail. Il ne m’a pas manqué. Un jour de grève, c’est encore pire, avec la chaleur que c’est, pas nécessairement en surface mais dessous qui stagne pendant des jours. Les gares sont pas nécessairement les mêmes qu’à l’époque mais, oui, c’est la même ligne. Le paysage, partout c’est le même. Des cubes de béton, des travaux de partout, des échangeurs autoroutiers. Des perspectives. H. m’a donné les directions, et l’heure du train à prendre et vers où, jusqu’à quand. C’est le spectacle de fin d’année sur quoi lui et ses élèves à option musique ont travaillé toute l’année et c’est dingue. Une création originale. Je veux dire c’est dingue ce que des gamins de cet âge arrivent à faire et à projeter. Derrière, du fait de la grève, ce sera attraper une voiture jusqu’à une autre ville de banlieue, mais plus de train pour Paris à cette heure. Un bus, qui fait toutes les petites gares sur le tracé du C (une averse épique pendant le spectacle a semble-t-il inondé les routes alors on est dans le bruit des éclaboussures, on est dans l’eau mouvante alors même qu’il ne pleut plus depuis pas mal de temps), il m’emmène jusqu’à Bibliothèque. Après, finir à pied quelques minutes et attendre H. dans le bonheur chimique des anti-inflammatoires [1].

29 juin 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#H. #Migraine #Paris #Train

[1Et 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

290518, version 6 (29 juin 2018)

Migraine, Train, Paris, H.
jpg/dsc_0046-2.jpg
Le RER D, pendant quelques années ce sera le prendre chaque jour pour aller au (puis revenir du) travail. Il ne m’a pas manqué. Un jour de grève, c’est encore pire, avec la chaleur que c’est, pas nécessairement en surface mais dessous qui stagne pendant des jours . dessous . Les gares sont pas nécessairement les mêmes qu’à l’époque mais, oui, c’est la même ligne. Le paysage, c’est partout c’est le même. Des cubes de béton, des travaux de partout, des échangeurs autoroutiers. Des perspectives. [H H .->mot59] m’a donné les directions, et l’heure du train à prendre et vers où, jusqu’à quand. C’est le spectacle de fin d’année sur quoi lui et ses élèves à option musique ont travaillé toute l’année et c’est dingue. Une création originale. Je veux dire c’est dingue ce que des gamins de cet âge arrivent à faire et à projeter. Derrière, du fait de la grève, ce sera attraper une voiture jusqu’à une autre ville de banlieue, mais plus de train pour Paris à cette heure. Un bus, qui fait toutes les petites gares sur le tracé du C (une averse épique pendant le spectacle a semble-t-il inondé les routes alors on est dans le bruit des éclaboussures, on est dans l’eau mouvante alors même qu’il ne pleut plus depuis pas mal de temps), il m’emmène jusqu’à Bibliothèque. Après, finir à pied quelques minutes et attendre [H.->mot59] dans le bonheur chimique des anti-inflammatoires [1]. anti-inflammatoires . 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là.

[1Et 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là .

290518, version 5 (27 juin 2018)

Le RER D , pendant Pendant quelques années ce sera le prendre chaque jour pour aller au (puis revenir du) travail. Il ne m’a Le RER D , c’est un truc qui me manquait pas manqué . Un jour de grève, c’est encore pire, avec la chaleur que c’est, pas nécessairement en surface mais dessous. Les gares sont pas nécessairement les mêmes qu’à l’époque mais, oui, c’est la même ligne. Le paysage, c’est partout le même. Des cubes de béton, des travaux de partout, des échangeurs autoroutiers. Des perspectives. H. m’a donné les directions, et l’heure du train à prendre et vers où, jusqu’à quand. C’est le spectacle de fin d’année sur quoi lui et ses élèves à option musique ont travaillé toute l’année et c’est dingue. Une création originale. Je veux dire c’est dingue ce que des gamins de cet âge arrivent à faire et à projeter. Derrière, du fait de la grève, ce sera attraper une voiture jusqu’à une autre ville de banlieue, mais plus de train pour Paris à cette heure. Un bus, qui fait toutes les petites gares sur le tracé du C (une averse épique pendant le spectacle a semble-t-il inondé les routes alors on est dans le bruit des éclaboussures, on est dans l’eau mouvante alors même qu’il ne pleut plus depuis pas mal de temps longtemps ), il m’emmène jusqu’à Bibliothèque. Après, finir à pied quelques minutes et attendre H. dans le bonheur chimique des anti-inflammatoires. 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là.

290518, version 4 (23 juin 2018)

Le RER D, c’est un truc qui ne me manquait pas. Pendant quelques années ce sera le prendre chaque jour pour aller au (puis revenir du) travail. Un jour de grève, c’est encore pire, avec la chaleur que c’est, pas nécessairement en surface mais dessous. Les gares sont pas nécessairement les mêmes qu’à l’époque mais, oui, c’est la même ligne. Le paysage, c’est partout le même. Des cubes de béton, des travaux de partout, des échangeurs autoroutiers. Des perspectives. H. m’a donné les directions, et l’heure du train à prendre et vers où, jusqu’à quand. C’est le spectacle de fin d’année sur quoi lui et ses élèves à option musique ont travaillé toute l’année et c’est dingue. Une création originale. Je veux dire c’est dingue ce que des gamins de cet âge arrivent à faire et à projeter. Derrière, du fait de la grève, ce sera attraper une voiture jusqu’à une autre ville de banlieue, mais plus de train pour Paris à cette heure. Un bus, qui fait toutes les petites gares sur le tracé du C (une averse épique pendant le spectacle a semble-t-il inondé les routes alors on est dans le bruit des éclaboussures, on est dans l’eau mouvante alors même qu’il ne pleut plus depuis longtemps), il m’emmène jusqu’à Bibliothèque. Après, finir à pied quelques minutes et attendre H. dans le bonheur chimique des anti-inflammatoires. 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là.

290518, version 3 (18 juin 2018)

Le RER D, c’est un truc qui ne me manquait pas. Pendant quelques années ce sera le prendre chaque jour pour aller au ( , puis revenir du) , travail. Un jour de grève, c’est encore pire, avec la chaleur que c’est, pas nécessairement en surface mais dessous. Les gares ne sont pas nécessairement les mêmes qu’à l’époque mais, oui, c’est la même ligne. Le paysage, c’est partout le même. Des cubes de béton, des travaux de partout, des échangeurs autoroutiers. Des perspectives. H. m’a donné les directions, et l’heure du train à prendre et vers où, jusqu’à quand. C’est le spectacle de fin d’année sur quoi lui et ses élèves à option lourde musique ont travaillé toute l’année et c’est dingue. Une création originale. Je veux dire c’est dingue Vraiment impressionnant ce que des gamins de cet âge arrivent à faire et à projeter. Derrière, du fait de la grève, ce sera attraper une voiture jusqu’à une autre ville de banlieue, mais plus de train pour Paris à cette heure. Un bus, qui fait toutes les petites gares sur le tracé du C (une averse épique pendant le spectacle a semble-t-il inondé les routes alors on est dans le bruit des éclaboussures , on est dans l’eau mouvante alors même qu’il ne pleut plus depuis longtemps ), m’emmène jusqu’à Bibliothèque. Après, finir c’est à pied quelques minutes et attendre [H H .->mot59] dans le bonheur chimique des anti-inflammatoires. 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là.

290518, version 2 (30 mai 2018)

Le RER D, c’est un truc qui ne me manquait pas. Pendant quelques années ce sera le prendre chaque jour pour aller au, puis revenir du, travail. Un jour de grève, c’est encore pire, avec la chaleur que c’est, pas nécessairement en surface mais dessous. Les gares ne sont pas nécessairement les mêmes qu’à l’époque mais, oui, c’est la même ligne. Le paysage, c’est partout le même. Des cubes de béton, des travaux de partout, des échangeurs autoroutiers. Des perspectives. H. m’a donné les directions, et l’heure du train à prendre et vers où, jusqu’à quand. C’est le spectacle de fin d’année sur quoi lui et ses élèves à option lourde musique ont travaillé toute l’année et c’est dingue. Une création originale. Vraiment impressionnant ce que des gamins de cet âge arrivent à faire et à projeter. Derrière, du fait de la grève, ce sera attraper une voiture jusqu’à une autre ville de banlieue, mais plus de train pour Paris à cette heure. Un bus, qui fait toutes les petites gares sur le tracé du C (une averse épique pendant le spectacle a semble-t-il inondé les routes), m’emmène jusqu’à Bibliothèque. Après c’est à pied quelques minutes et attendre H. dans le bonheur chimique des anti-inflammatoires. 542 mots pour Eff bien avant cette heure-là.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |