010618


Il fait une lourdeur terrible ici et j’ai oublié de prendre mes lunettes en sortant. Toute la journée ce sera courir contre le temps, courir contre le temps. Il y a des tâches. Elles s’enchainent. Elles auraient une vie propre ? Puis je suis là dans les locaux de Cambourakis avec l’éditrice à revenir sur le texte du Chien. Des corrections de fond, parfois des trucs oubliés, mais principalement faire en sorte que le texte il coule mieux. Quitte, parfois, à laisser tomber des formulations qui me tenaient à cœur, mais qui trahissaient aussi une distance prise par rapport à la langue d’origine. Parfois j’ai des sueurs froides en voyant arriver tel ou tel passage. Mais la plupart des choses sur lesquelles il aurait été horrible de revenir ne sont pas concernées. On avance. À un moment donné quand même, ce you can was again : mais ça, j’ai mis sept ans pour trouver comment le traduire. C’est le cas. Pas eu le temps d’aller faire les courses et j’ai rien à manger. Pas rien, mais rien quand même. 619 mots pour Eff sur le mode il n’y aura pas ou plus : c’est une longue litanie de ça. Les heures heureuses sont sur le point de se clore. Ne restera ensuite plus qu’une dernière partie à terminer avant de tout oublier (mais tout !) de ce roman hydrocéphale.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

010618, version 6 (3 juillet 2018)

Il fait une lourdeur terrible ici et j’ai oublié de prendre mes lunettes en sortant. Toute la journée ce sera courir contre le temps, courir contre le temps. Il y a des tâches. Elles s’enchainent. Elles auraient une vie propre ? Puis je suis là dans les locaux de Cambourakis avec l’éditrice à revenir sur le texte du Chien. Des corrections de fond, parfois des trucs oubliés, mais principalement faire en sorte que le texte il coule mieux. Quitte, parfois, à laisser tomber des formulations qui me tenaient à cœur, mais qui trahissaient aussi une distance prise par rapport à la langue d’origine. Parfois j’ai des sueurs froides en voyant arriver tel ou tel passage. Mais la plupart des choses sur lesquelles il ça aurait été horrible de revenir ne sont pas concernées dessus c’est bon . On avance. À un moment donné quand même, ce you can was again : mais ça, j’ai mis sept ans pour trouver comment le traduire. C’est le cas. Pas eu le temps d’aller faire les courses et j’ai rien à manger. Pas rien, mais rien quand même. 619 mots pour Eff sur le mode il n’y aura pas ou plus : c’est une longue litanie de ça. Les heures heureuses sont sur le point de se clore. Ne restera ensuite plus qu’une dernière partie à terminer avant de tout oublier (mais tout !) de ce roman hydrocéphale.
Amy Hempel, Traduire
jpg/dsc_0054-2-2.jpg

010618, version 5 (23 juin 2018)

Il fait une lourdeur terrible ici et j’ai oublié de prendre mes lunettes en sortant. Toute la journée ce sera courir contre le temps, courir contre le temps. Il y a des tâches. Elles s’enchainent. Elles auraient une vie propre ? Puis je suis là dans les locaux de Cambourakis avec l’éditrice à revenir sur le texte du Chien. Des corrections de fond, parfois des trucs oubliés, mais principalement faire en sorte que le texte il coule mieux. Quitte, parfois, à laisser tomber des formulations qui me tenaient à cœur, mais qui trahissaient aussi une distance prise par rapport à la langue d’origine. Parfois j’ai des sueurs froides en voyant arriver tel ou tel me disant mais non , pas ce passage. Mais la plupart des choses où ça aurait été horrible de revenir dessus c’est bon. On avance C’est validé . À un moment donné quand même, ce you can was again again , se dire : mais ça, j’ai mis sept ans pour trouver comment le traduire. C’est le cas. Pas eu le temps d’aller faire les courses et j’ai rien à manger. Pas rien, mais rien quand même. 619 mots pour Eff sur le mode il n’y aura pas ou plus : c’est une longue litanie de ça. Les heures heureuses sont sur le point de se cloredans ce texte . Ne restera ensuite plus qu’une dernière partie à terminer avant de tout oublier (mais tout !) de ce roman hydrocéphale.

010618, version 4 (18 juin 2018)

Il fait une lourdeur terrible ici et j’ai oublié de prendre mes lunettes en sortant. Toute la journée ce sera courir contre le temps, courir contre le temps. Il y a des tâches. Elles s’enchainent. Elles auraient une vie propre ? Puis je suis là dans les locaux de Cambourakis avec l’éditrice à revenir sur le texte du Chien. Des corrections de fond, parfois des trucs oubliés, mais principalement faire en sorte que le texte il coule mieux. Quitte, parfois, à laisser tomber des formulations qui me tenaient à cœur, mais qui trahissaient aussi une distance prise par rapport à la langue d’origine au texte . Parfois j’ai des sueurs froides en me disant mais non, pas ce passage. Mais la plupart des choses où ça aurait été horrible de revenir dessus c’est bon. C’est validé. À un moment donné quand même, ce you can was again , se again je me retrouve à penser ( non à dire)  : mais ça, j’ai mis sept ans pour trouver comment le traduire. C’est le cas. Pas eu le temps d’aller faire les courses et j’ai rien à manger. Pas rien, mais rien quand même. 619 mots pour Eff sur le mode il n’y aura pas ou plus : c’est une longue litanie de ça. Les heures heureuses sont sur le point de se clore dans ce texte. Ne restera ensuite plus qu’une dernière partie à terminer avant de tout oublier ( mais tout  ! de ce roman hydrocéphale . ) de ce roman hydrocéphale.

010618, version 3 (1er juin 2018)

Il fait une lourdeur terrible ici et j’ai oublié de prendre mes lunettes en sortant. Toute la journée ce sera courir contre le temps, courir contre le temps. Il y a des tâches. Elles s’enchainent. Elles auraient une vie propre ? Puis je suis là dans les locaux de Cambourakis avec l’éditrice à revenir sur le texte du Chien. Des corrections de fond, parfois des trucs oubliés, mais principalement faire en sorte que le texte il coule mieux. Quitte, parfois, à laisser tomber des formulations qui me tenaient à cœur, mais qui trahissaient aussi une distance prise par rapport au texte. Parfois j’ai des sueurs froides en me disant mais non, pas ce passage. Mais la plupart des choses où ça aurait été horrible de revenir dessus c’est bon. C’est validé. À un moment donné quand même, ce you can was again je me retrouve à penser (non à dire) : mais ça, j’ai mis sept ans pour trouver comment le traduire. C’est le cas. Pas eu le temps d’aller faire les courses et j’ai rien à manger. Pas rien, mais rien quand même. 619 mots pour Eff sur le mode il n’y aura pas ou plus : c’est une longue litanie de ça. Les heures heureuses sont sur le point de se clore dans ce texte. Ne restera ensuite plus qu’une dernière partie à terminer avant de tout oublier de ce roman hydrocéphale.

010618, version 2 (1er juin 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |