210718


Selon une méthode de torture remontant au temps de Gengis Khan, les ennemis faits prisonniers sont soumis à ce qui suit : on rase la tête du prisonnier pour n’en laisser que quelques poils drus. Ensuite on fourre la tête dans une coiffe raide en peau de chameau humide é non tannée, comme une deuxième peau, & on maintient le tout autour du crâne à l’aide de lanières en cuir. Puis on enterre le prisonnier jusqu’au cou et on l’expose des jours durant à la fournaise du soleil. Très vite la peau de chameau dessèche sur le crâne rasé & le comprime de plus en plus comme un poing qu’on resserre. Entre-temps, les cheveux repoussent sur la tête du prisonnier —, la peau de chameau séchée se révèle imperméable au passage des poils. Les repousses hérissées creusent vers l’intérieur à l’instar d’innombrables aiguilles, elles se frayent un passage dans le crâne du prisonnier. — On recourt encore de nos jours à cette torture, en particulier les War Lords au Proche-Orient.

Reinhard Jirgl, Renégat, roman du temps nerveux, traduction Martine Rémon, Quidam, P. 155

<  -  >

Partager

Révisions

2 révisions

210718, version 3 (21 août 2018)

Ailleurs, Reinhard Jirgl
jpg/dsc_0226-2.jpg

<blockquote> Selon une méthode de torture remontant au temps de Gengis Khan, les ennemis faits prisonniers sont soumis à ce qui suit : on rase la tête du prisonnier pour n’en laisser que quelques poils drus. Ensuite on fourre la tête dans une coiffe raide en peau de chameau humide é non tannée, comme une deuxième peau, & on maintient le tout autour du crâne à l’aide de lanières en cuir. Puis on enterre le prisonnier jusqu’au cou et on l’expose des jours durant à la fournaise du soleil. Très vite la peau de chameau dessèche sur le crâne rasé & le comprime de plus en plus comme un poing qu’on resserre. Entre-temps, les cheveux repoussent sur la tête du prisonnier —, la peau de chameau séchée se révèle imperméable au passage des poils. Les repousses hérissées creusent vers l’intérieur à l’instar d’innombrables aiguilles, elles se frayent un passage dans le crâne du prisonnier. — On recourt encore de nos jours à cette torture, en particulier les War Lords au Proche-Orient.

Reinhard Jirgl, Renégat, roman du temps nerveux, traduction Martine Rémon, Quidam, P. 155

</blockquote>

210718, version 2 (1er août 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |