250818


En réalité, Le Chien du mariage est paru mercredi. Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’hui. Je pouvais pas être partout. Ça prendra plusieurs formes : séries de photos sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, allez, toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont touchants et c’est très important, aussi, de le signaler ici. Et parce que la vie d’un livre est brève, si frêle, je me suis mis dans l’idée, à chaque fois que je ferai paraître un livre, de prendre l’un de mes exemplaires, d’y écrire un mot à l’intérieur, et de le déposer quelque part (jamais au même endroit). Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai la personne, après avoir lu le livre, à le transmette à son tour à quelqu’un, ou à l’abandonner quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements en temps réel comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés dans des sanctuaires ou des associations. J’aime bien cette idée : relâcher un livre dans la nature sauvage (into the wild) pour qu’il vive sa vie propre. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain (ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot). Peut-être l’est-il encore ? On est ici avec H. pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés là qui ont notre âge. C’est quelque chose que l’on remarque. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupées et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage, thorax ouverts comme la tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chien tout allongé aux pattes recourbées comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un monstre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter presque. Alors on est dans l’imminence et c’est littéralement impossible de se sortir de ce moment puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas. Quelque part, on y est encore.

<  -  >

Partager

Révisions

8 révisions

250818, version 9 (25 septembre 2018)

En réalité, [Le Le Chien du mariage->article4124] mariage est paru mercredi . est paru mercredi. Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’huiici ou . Je pouvais pas être partout. Ça prendra plusieurs formes : des séries de photos photo sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, allez, toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont touchants et c’est très important, aussi, de le signaler ici. Et parce que la vie d’un livre est brève, si frêle, je me suis mis dans l’idée, à chaque fois que je ferai paraître un livre, de prendre l’un de mes exemplaires, d’y y écrire un mot à l’intérieur, et de le déposer quelque part (jamais au même endroit). Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai la personne, après avoir lu le livre, à le transmette à son tour à quelqu’un, ou à l’abandonner l’abandonne quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements en temps réel comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés dans des sanctuaires ou des associations. J’aime bien cette idée : relâcher un livre dans la nature sauvage (into the wild) pour qu’il vive sa vie propre. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain ( ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot). . Peut-être l’est-il encoreà ce jour ? On est ici avec H. pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés là qui ont notre âge. C’est quelque chose que l’on remarque. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, il y a des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupées coupés et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage, thorax ouverts comme la tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chien tout allongé aux pattes recourbées recourbés comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un monstre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter presque. Alors on est dans l’imminence et c’est littéralement impossible de se d’en sortir de ce moment puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas. Quelque part, on y est encore.
Paris, H., Amy Hempel, Traduire
jpg/dsc_0415.jpg

250818, version 8 (25 septembre 2018)

250818, version 7 (24 septembre 2018)

En réalité, Le Chien du mariage est paru mercredi22 . Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’hui ici ou là. Je pouvais pas être partout. Ça prendra plusieurs formes : des séries de photo sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, allez, toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont touchants et c’est très important, aussi, de le signaler [ici->rubrique1 ]. ici . Et parce que la vie d’un livre est si brève, si frêle, je me suis dans l’idée de faire quelque chose à chaque fois que je ferai paraître un livre. Et parce que la vie d’un livre est brève , si frêle , je me suis mis dans l’idée , à chaque fois que je ferai paraître un livre , de Ce serait prendre l’un de mes exemplaires, y écrire un mot à l’intérieur, et le déposer quelque part ( , jamais au même endroit). . Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai à ce que la personne, après avoir l’avoir lu le livre , à le transmette également à son tour à quelqu’un, ou à l’abandonne quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements en temps réel comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés dans par des sanctuaires ou des associations. J’aime bien cette idée : relâcher un livre dans la nature sauvage ( into the wild ) pour qu’il vive sa vie propre. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot. Peut-être l’est-il encore à ce jour ? On est ici avec [H H .->mot59] pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés là qui ont notre âge. C’est quelque chose que l’on remarque. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, il y a des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupés et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage, thorax ouverts comme la tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chien tout allongé aux pattes recourbés comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un monstre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter presque. Alors on est dans l’imminence et c’est littéralement impossible d’en sortir puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas. Quelque part, on y est encore.

250818, version 6 (21 septembre 2018)

En réalité, Le Chien du mariage est paru mercredi 22. Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’hui ici ou là. Je pouvais pas être partout. Ça prendra plusieurs formes : des séries de photo sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, allez, toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont touchants et c’est très important, aussi, de le signaler ici. Et parce que la vie d’un livre est si brève, si frêle, je me suis dans l’idée de faire quelque chose à chaque fois que je ferai paraître un livre. ( écrit ou traduit ). Ce serait prendre l’un de mes exemplairesperso , y écrire un mot à l’intérieur, et le déposer quelque part, jamais au même endroit. Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai à ce que la personne, après l’avoir lu, le transmette également à quelqu’un, ou l’abandonne quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements en temps réel comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés par des sanctuaires ou des associations. J’aime bien cette idée : relâcher un livre dans la nature sauvage le wild pour qu’il vive sa vie propre. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot. Peut-être l’est-il encore à ce jour ? On est ici avec H. pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés ici qui ont notre âge. C’est quelque chose que l’on remarque. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, il y a des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupés et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage, thorax ouverts comme la une tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chien tout allongé aux pattes recourbés comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un monstre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter presque . Alors on est dans l’imminence et c’est littéralement impossible d’en sortir puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas. Quelque part, on y est encore.

250818, version 5 (16 septembre 2018)

En réalité, Le Chien du mariage est paru mercredi 22. Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’hui ici ou . Je pouvais pas être partout. Ça prendra plusieurs formes : des séries de photo sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, allez je l’espère , toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont touchants adorables et c’est très important, aussi, de le signaler ici. Et parce que la vie d’un livre est si brève, si frêleaussi , je me suis dans l’idée de faire quelque chose à chaque fois que je ferai paraître un livre (et ce que je l’ai écrit ou traduit). Ce serait prendre l’un de mes exemplaires perso, y écrire un mot à l’intérieur, et le déposer quelque part, jamais au même endroit en droit . Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai à ce que la personne, après l’avoir lu, le transmette également à quelqu’un, ou l’abandonne quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements en temps réel comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés par des sanctuaires ou des associations. J’aime bien cette idée : relâcher un livre dans le wild pour qu’il vive sa vie propre. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot. Peut-être l’est-il encore à ce jour ? On est ici avec H. pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés ici qui ont notre âge. C’est quelque chose que l’on remarque. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, il y a des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupés et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage, et thorax ouverts comme une tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chien chiens tout allongé aux pattes recourbés comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un monstre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter. Alors on est dans l’imminence que ça arrive et c’est littéralement impossible d’en sortir puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas. Quelque part, on y est encore.

250818, version 4 (8 septembre 2018)

En réalité, Le Chien du mariage est paru mercredi 22. Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’hui. Je ne pouvais pas être partout. Ça Cela prendra plusieurs formes : des séries de photo sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, je l’espère, toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont adorables et c’est très important, aussi, de le signaler ici. Et parce que la vie d’un livre est si brève, si frêle aussi, je me suis dans l’idée de faire quelque chose à chaque fois que je ferai paraître un livre (et ce que je l’ai écrit ou traduit). Ce serait prendre l’un de mes exemplaires perso, y écrire un mot à l’intérieur, et le déposer quelque part, jamais au même en droit. Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai à ce que la personne, après l’avoir lu, le transmette également à quelqu’un, ou l’abandonne quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (une balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements en temps réel comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés par des sanctuaires ou des associations. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot. Peut-être l’est-il encore à ce jour ? On est ici avec H. pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés ici qui ont notre âge. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, il y a des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupés et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage et thorax ouverts comme une tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chiens tout allongé aux pattes recourbés comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un monstre montre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter. Alors on est dans l’imminence que ça arrive et c’est littéralement impossible d’en sortir puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas.L’imminence tout du long.

250818, version 3 (25 août 2018)

En réalité, Le Chien du mariage est paru mercredi 22. Je dis en réalité, car je ne l’annonce qu’aujourd’hui. Je ne pouvais pas être partout. Cela prendra plusieurs formes : des séries de photo sur Instagram, une publication sur le site, des partages de la page via FB et Twitter et un mailing à mes contacts. De quoi, je l’espère, toucher quelques centaines de personnes susceptibles, je l’espère, d’acheter le livre et de le lire (et qui sait de l’aimer). Les premières réactions et les premiers retours sont adorables et c’est très important, aussi, de le signaler ici. Et parce que la vie d’un livre est si brève, si frêle aussi, je me suis dans l’idée de faire quelque chose à chaque fois que je ferai paraître un livre (et ce que je l’ai écrit ou traduit). Ce serait prendre l’un de mes exemplaires perso, y écrire un mot à l’intérieur, et le déposer quelque part, jamais au même en droit. Dans une boîte à lire, sur un banc, dans un parc. N’importe où. Dans ce mot, j’inviterai à ce que la personne, après l’avoir lu, le transmette également à quelqu’un, ou l’abandonne quelque part, de cette manière le livre vivrait sa vie propre. Idéalement, on collerait quelque part une puce (une balise) pour géolocaliser l’objet et on suivrait le livre dans ses mouvements comme on suit le parcours des animaux bagués après qu’ils ont été soignés par des sanctuaires ou des associations. Un jour peut-être. Et cette histoire de livre errant n’est pas, en soi, très originale. Mais on se bat contre la durée de vie réduite des livres en librairie comme on peut. Voilà pourquoi je me retrouverai à laisser un exemplaire du Chien dans cette boîte à lire du 86, avenue Kleber, dans le XVIe, boîte que l’on retrouve dans cette Pomme de pain ou pin, je ne sais plus s’il y a un jeu de mot. Peut-être l’est-il encore à ce jour ? On est ici avec H. pour l’exposition Enfance du Palais de Tokyo. Nombreux sont les artistes exposés ici qui ont notre âge. Dans une cuisine à la plastique un peu fondue, il y a des êtres aux corps viciés. Lui (ou elle) aux mains coupés et le crâne recouvert d’une matière qui ressemble à de la terre labourée. Elle (ou lui), visage et thorax ouverts comme une tranche d’un écorché et des tiges arrondies qui s’échappent de ce qui lui sert de mains, avec à ses pieds un chiens tout allongé aux pattes recourbés comme des feuilles. Ou bien, plus tôt dans cette exposition, une pièce plongée dans le noir avec, au fond d’une grotte ou derrière un filet, la queue toute écailleuse d’un montre qui s’apprête à bouger. Vibrer. Tressauter. Alors on est dans l’imminence que ça arrive et c’est littéralement impossible d’en sortir puisque c’est sur le point d’arriver, même quand ça n’arrive pas. L’imminence tout du long.

250818, version 2 (25 août 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |