310818


Je regarde jamais la forme des cils chez personne. Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un, toute une partie de ses dents est en métal, comme ce méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel) ; ça je le remarque. Ailleurs, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mastiquent tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. J’arrive pas à penser quoi que ce soit, là. Besoin d’être en mouvement. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre d’instants, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais donc mon Mac sur les genoux, ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour d’un point fixe, qui serait à définir. Tester ça un jour. Eff, total fin août, c’est 475 00 mots.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

310818, version 8 (30 septembre 2018)

Je regarde jamais la forme des cils chez personne. Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un, a toute une partie de ses dents est en métal, comme ce méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel)  ; et ça je le remarque. Ailleurs, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mastiquent tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. J’arrive pas à penser quoi que ce soit, . Besoin d’être en mouvement. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, [j’ai j’ai pas les bons verres->article4130 ]. verres . Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre d’instants de moments , je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais donc mon Mac sur les genoux, ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour d’un point fixe, qui serait à définir. Tester ça un jour. Eff, total fin août, c’est  : 475 00 mots.
Publie.net, Métro
jpg/dsc_0446-2.jpg

310818, version 7 (30 septembre 2018)

Je regarde jamais la forme des cils chez personne. Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un a toute une partie de ses dents en métal, comme ce personnage de méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel) et ça je le remarque. Ailleurs, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mastiquent tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. J’arrive Je n’arrive pas à penser quoi que ce soit. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre de moments, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais donc mon Mac sur les genoux, ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour d’un point fixe à définir. Tester ça un jour. Eff, total fin août : 475 00 mots.

310818, version 6 (29 septembre 2018)

Je regarde jamais la forme des cils chez personne. Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un a toute une partie de ses dents en métal, comme ce personnage de méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel) et ça je le remarque. Ailleurs, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mastiquent tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. Je n’arrive pas à penser quoi que ce soit. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre de moments, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais donc mon Mac sur les genoux, et ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour d’un point fixe à définir de Paris . Tester ça un jour. Eff, total à fin août : 475 00 mots.

310818, version 5 (16 septembre 2018)

Je regarde jamais la forme des cils chez personne. Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un a toute une partie de ses dents en métal, comme ce personnage de méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel) et ça je le remarque . ). Ailleurs Et , dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mastiquent tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. Je n’arrive arrive pas à penser quoi que ce soit. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre de moments, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais mon Mac sur les genoux et ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour de Paris. Tester ça un jour. Eff, total à fin août : 475 00 mots.

310818, version 4 (8 septembre 2018)

Je ne regarde jamais la forme des cils chez personne les gens . Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un a toute une partie de ses dents en métal, comme ce personnage de méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel). Et là, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes sont partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mastiquent mâchent sur tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. Je arrive n’arrive pas à penser penser quoi que ce soit. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre de moments, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais mon Mac sur les genoux et ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour de Paris. Tester ça un jour. Eff, total à fin août : 475 00 mots.

310818, version 3 (31 août 2018)

Je ne regarde jamais la forme des cils chez les gens. Ce n’est pas quelque chose que je vois. Quelqu’un a toute une partie de ses dents en métal, comme ce personnage de méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel). Et là, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes sont partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mâchent sur tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. Je n’arrive pas à penser quoi que ce soit. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre de moments, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais mon Mac sur les genoux et ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour de Paris. Tester ça un jour. Eff, total à fin août : 475 00 mots.

310818, version 2 (31 août 2018)

Quelqu’un a toute une partie de ses dents en métal, comme ce personnage de méchant dans James Bond (j’ai oublié lequel). Et là, dans la vitrine d’une boulangerie-patisserie, des guêpes sont partout sur les gâteaux, elles marchent sur les éclairs, elles mâchent sur tout ce sucre. Peut-être qu’on aurait dû faire le marché pour une fois. Je n’arrive pas à penser quoi que ce soit. C’est pour cette raison probablement que je me retrouve à lire tout en avançant dans la rue un manuscrit que je ne comprends pas. Aussi, j’ai pas les bons verres. Peut-être ça vient de là. Peut-être aussi que dans ce genre de moments, je ferais tout aussi bien de délocaliser mon bureau dans une rame de métro. J’aurais mon Mac sur les genoux et ma liseuse. Mon téléphone. Ça peut suffire. Et donc je serais perpétuellement en mouvement, en orbite même, tout autour de Paris. Tester ça un jour.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |