190918


Chère Madame, Cher Monsieur [1],

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois où je ne l’ai pas fait. Les fois où je me suis ravisé, les fois où j’ai comme arrêté un geste à moi ou pas à moi qui s’apprêtait mais, non, je l’ai retenu de jaillir. Par exemple par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse autrement que faire ça, c’est-à-dire écrire ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la putain de grande distribution) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait depuis X années mon père. Un drame familial. Mon frère et moi, on ne consommait jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires, elles se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le même passé continuellement, comme dans ce rêve qu’a fait à mon sujet mon amie L. : je n’arrêterai pas d’y fendre la foule à vélo, cherchant manifestement quelque chose ou quelqu’un, avant de m’arrêter, saisi par un moment de stupeur en bas d’un escalier aux jambes interminables, près d’une statue de Peter Pan recouverte d’une bâche. À proximité, sur une magnifique fontaine aux reflets orange et jaunes, une automate hindoue. Elle est bleue. Pendant ce temps, L. devra se préparer à passer un examen devant un homme qui, au cours de mes études, a fait ou dit pas mal de choses étranges (mais c’est encore une autre histoire). Il m’aimait bien. Le jour où je lui ai révélé, dans son bureau, mais pas seul avec lui, que je quitterais la ville une fois l’année universitaire achevée pour partir vivre en Bretagne, il m’avait demandé où ça en Bretagne ? À Guingamp ? Saint-Brieuc ? puis, une fois que je lui avais révélé le nom de cette ville, après avoir pouffé : c’est encore pire ! Cet homme pouffait parfois pour des raisons étranges, par exemple la fois où un collègue à lui nous expliquait avoir dû passer plusieurs fois son agrégation avant de l’avoir. Quel drôle de type. Il était glauque. Cette fois-ci, pourtant, ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce seulement du riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, et du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon de vous le dire, elles ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peut) de marques Ker Cadélac. Pourquoi ? Plus récemment encore, le thé vert de marque Twinings au gingembre et à la mangue, qui était le seul thé que je trouvais, eh bien, à mon goût. J’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Mais moi, c’est d’une vie qu’il s’agit. La mienne. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté sans avoir besoin qu’on en rajoute une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas (ça doit vous parler, ça) satisfaisant. Alors quoi, que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibre, vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? Quant à mon ami T., que je verrai ce soir au Pouchla pour un moment très riche, pourquoi ne pas admettre qu’il a, à son tour, changé de vie, et comment puis-je le soutenir dans ce maelström ? Il y a bien des choses que je pourrais lui dire, le genre de choses que moi je n’écoute qu’à moitié quand c’est à lui de me les dire. À la place, je pourrais lui dire ceci : alors, ton bateau de safran a coulé ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et que j’ai plus que jamais besoin de quelque chose. De vous.

Bien cordialement,

GV

7 novembre 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#Adolescence #Amy Hempel #D. #Dragon Quest #L. #Mémoire #Morlaix #Père #Rêve #St-Etienne #T. #Temps

[1Cette lettre est un pastiche de la nouvelle Référence #388475848-5 d’Amy Hempel, parue dans le Chien.

<  -  >

Partager

Révisions

8 révisions

190918, version 9 (7 novembre 2018)

Chère Madame , Cher Monsieur [1],

[1Cette

XXX[[Cette lettre est un pastiche de la nouvelle Référence #388475848-5 d’Amy Hempel, parue dans le Chien.

190918, version 8 (7 novembre 2018)

Cher XXX[Cette lettre est un pastiche de la nouvelle Référence # 388475848-5 d’[Amy Hempel ... d’Amy Hempel , parue dans le [Chien->article4124 ].]] Chien .]] ,

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois où je me ne l’ai pas fait. Les fois où je me suis ravisé, les fois j’ai comme arrêté un geste à moi ou pas à moi qui s’apprêtait mais , non , je l’ai retenu de jaillir par exemple . Par exemple par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse autrement que faire ça, c’est-à-dire écrire ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la putain de grande distribution) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait depuis X années mon père. Un Ce fut un drame familial. Mon frère et moi, on nous ne consommait consommions jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires, elles se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le même passé continuellement, comme dans ce rêve qu’a fait à mon sujet mon amie [L L .->mot43] Pour moi , non .  : je n’arrêterai pas d’y fendre la foule à vélo, cherchant manifestement quelque chose ou quelqu’un, avant de m’arrêter, saisi par un moment de stupeur en bas d’un escalier aux jambes interminables, près d’une statue de Peter Pan recouverte d’une bâche. À proximité, sur une magnifique fontaine aux reflets orange et jaunes, une automate hindoue. Elle est bleue. Pendant ce temps, [L L .->mot43] devra se préparer à passer un examen devant un homme qui, au cours de mes études, a fait ou dit pas mal s’était intéressé de choses étranges ( mais c’est encore une autre histoire ). près à ma personne . Il m’aimait bien. Le jour où je lui ai révélé, dans son bureau, mais pas seul avec lui, que je quitterais la ville une fois l’année universitaire achevée pour partir vivre en Bretagne, il m’avait demandé où ça en Bretagne ? À Guingamp ? Saint-Brieuc ? puis, une fois que je lui avais révélé le nom de cette ville, après avoir pouffé : c’est encore pire ! Cet homme pouffait parfois pour des raisons étranges, par exemple la fois où un collègue à lui nous expliquait avoir dû passer plusieurs fois son agrégation avant de l’avoir. Quel drôle de type. Il était glauque. Cette fois-ci, pourtant, ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce seulement du riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, et du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon de vous le dire, elles ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peut) de marques Ker Cadélac Kerkadek . Pourquoi ? Plus Et plus récemment encore, le thé vert de marque Twinings XXX au gingembre et à la mangue, qui était le seul thé que je trouvais, eh bien, à mon goût. J’imagine Mais j’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Mais moi , c’est d’une C’est de ma vie qu’il dont il s’agit. La mienne. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté sans avoir besoin qu’on que l’on ne peut pas en rajoute rajouter une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents ( lister les thés ) mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas (ça doit vous parler, ça) satisfaisant. Alors quoi , que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibre, vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? Quant à mon ami [T T .->mot503], que je verrai ce soir au Pouchla pour un moment très riche doux , pourquoi ne pas admettre qu’il a, à son tour, changé de vie, et comment puis-je le soutenir dans ce maelström ? Il y a bien des choses que je pourrais lui dire, le genre de choses que moi je n’écoute qu’à moitié quand c’est à lui de me les dire. À la place, je pourrais lui dire ceci : alors, ton bateau de safran a coulé ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et que j’ai plus que jamais besoin de quelque chose vous . De vous.

Adolescence, L., Morlaix, Temps, St-Etienne, Amy Hempel, Rêve, Mémoire, Père, Dragon Quest, D., T.
jpg/dsc_0505-2.jpg

190918, version 7 (7 novembre 2018)

190918, version 6 (16 octobre 2018)

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois où je me ne l’ai pas fait suis ravisé . Les fois où je me suis ravisé par exemple. Par exemple par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse autrement que faire ça, c’est-à-dire écrire ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la grande distribution) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait depuis X années mon père. Ce fut un drame familial. Mon frère et moi, victimes collatérales de cette histoire , nous ne consommions jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le même passé continuellement, comme dans ce rêve qu’a fait à mon sujet mon amie L. : je n’arrêterai pas d’y fendre la foule à vélo, cherchant manifestement quelque chose ou quelqu’un, avant de m’arrêter saisi par un moment de stupeur en bas d’un escalier aux jambes interminables, près d’une statue de Peter Pan recouverte d’une bâche. À proximité, sur une magnifique fontaine aux reflets orange et jaunes, une automate hindoue. Elle est bleue. Pendant ce temps, L. devra se préparer à passer un examen devant un homme qui, au cours de mes études, s’était intéressé de près à ma personne. Le jour où je lui ai révélé, dans son bureau, mais pas seul avec lui, que je quitterais la ville une fois l’année universitaire achevée pour partir vivre en Bretagne, il m’avait demandé où ça en Bretagne ? À Guingamp ? Saint-Brieuc ? puis, une fois que je lui avais révélé le nom de cette la ville, après avoir pouffé : c’est encore pire ! Cet homme pouffait parfois pour des raisons étranges, par exemple la fois un collègue à lui nous expliquait avoir passer plusieurs fois son agrégation avant de l’avoir . Quel drôle de type. Il était glauque. Cette fois-ci, pourtant, ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce seulement du riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, et du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon pardon de vous le dire, , ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peut) de marques Kerkadek. Pourquoi ? Et plus récemment encore, le thé vert de marque XXX au gingembre et à la mangue, qui était le seul seul thé que je trouvais, eh bien , à mon goût. Mais j’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Pour moi, non il en va tout autrement . C’est de ma vie dont il s’agit. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté ( pour le maté , le miel , le poivre je ne peux m’approvisionner chez vous , ce serait pourtant plus simple et confortable de tout prendre au même endroit ) que l’on ne peut pas en rajouter une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents (lister les thés) mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas ( ça , car c’est un mot qui doit vous parler, ça ) satisfaisant. Alors que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibre, vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? Quant à mon ami T., que je verrai ce soir au Pouchla pour un moment très doux, pourquoi ne pas admettre qu’il a, à son tour, changé de vie, et comment puis-je le soutenir dans ce maelström ? Il y a bien des choses que je pourrais lui dire, le genre de choses que moi je n’écoute qu’à moitié pas vraiment quand c’est à lui de me les dire. À la place, je pourrais lui dire ceci : alors, ton bateau de safran a coulé ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et que j’ai besoin de vous.

190918, version 5 (13 octobre 2018)

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois où je me suis ravisé. Par exemple Peut-être par tempérance , peut-être aussi par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse autrement que faire ça, c’est-à-dire écrire ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la grande distribution) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait depuis X années mon père. Ce fut un drame familial. Mon frère et moi, victimes collatérales de cette histoire, ne consommions jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le même passé continuellement, comme dans ce rêve qu’a fait à mon sujet mon amie L. : je n’arrêterai pas d’y fendre la foule à vélo, cherchant manifestement quelque chose ou quelqu’un, avant de m’arrêter saisi par un moment de stupeur en bas d’un escalier aux aux jambes interminables, , près d’une statue de Peter Pan recouverte d’une bâche. À proximité, sur une magnifique fontaine aux reflets orange et jaunes, dans une automate hindoue. Elle est bleue. Pendant ce temps, L. devra se préparer à passer un examen devant un homme qui, au cours de mes études, s’était intéressé de près à ma personne moi . Le jour où je lui ai révélé, dans son bureau, mais pas seul avec lui, que je quitterais la ville une fois l’année universitaire achevée pour partir vivre en Bretagne, il m’avait demandé où ça ? À Guingamp ? À Saint-Brieuc ? puis, une fois que je lui avais révélé la ville, après avoir pouffé : c’est encore pire ! Cet homme pouffait parfois pour des raisons étranges. Il était glauque. Cette fois-ci, pourtant, ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce seulement du riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon de vous le dire, ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peut) de marques Kerkadek. Pourquoi ? Et plus récemment encore, le thé vert de marque XXX au gingembre et à la mangue, qui était le seul thé que je trouvais à mon goût. Mais j’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Pour moi, il en va tout autrement. C’est de ma vie dont il s’agit. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté (pour le maté, le miel, le poivre je ne peux m’approvisionner chez vous, ce serait pourtant plus simple et confortable de tout prendre au même endroit) que l’on ne peut pas en rajouter une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents (lister les thés) mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas, car c’est un mot qui doit vous parler, satisfaisant. Alors que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol , un sol il est de plus en plus difficile de trouver quoi que ce soit en ce bas monde ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibre, vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? Quant à mon ami T., que je verrai ce soir au Pouchla pour un moment très doux, pourquoi ne pas admettre qu’il a, à son tour, changé de vie, et comment puis-je le soutenir dans ce maelström ? Il y a bien des choses que je pourrais lui dire, le genre de choses que moi je n’écoute pas vraiment quand c’est à lui de me les dire. À la place, je pourrais lui dire ceci : alors, ton bateau de safran a coulé ?ton bateau de safran a coulé ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et que j’ai besoin de vous.

190918, version 4 (20 septembre 2018)

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois où je me suis ravisé. Peut-être par tempérance, peut-être aussi par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse autrement que faire ça, c’est-à-dire écrire ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la grande distribution) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait depuis X années mon père. Ce fut un drame familial. Mon frère et moi, victimes collatérales de cette histoire, ne consommions jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le même passé continuellement, comme dans ce rêve qu’a fait à mon sujet mon amie L. : je n’arrêterai pas d’y fendre la foule à vélo, cherchant manifestement quelque chose ou quelqu’un, avant de m’arrêter saisi par un moment de stupeur en bas d’un escalier aux jambes interminables, près d’une statue de Peter Pan recouverte d’une bâche. À proximité, sur une magnifique fontaine aux reflets orange et jaunes, dans une automate hindoue. Elle est bleue. Pendant ce temps, L. devra se préparer à passer un examen devant un homme qui, au cours de mes études, s’était intéressé de près à moi. Le jour où je lui ai révélé, dans son bureau, mais pas seul avec lui, que je quitterais la ville une fois l’année universitaire achevée pour partir vivre en Bretagne, il m’avait demandé où ça ? À Guingamp ? À Saint-Brieuc ? puis, une fois que je lui avais révélé la ville, après avoir pouffé : c’est encore pire ! Cet homme pouffait parfois pour des raisons étranges. Il était glauque. Cette fois-ci, pourtant, ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce seulement du riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon de vous le dire, ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peut) de marques Kerkadek. Pourquoi ? Et plus récemment encore, le thé vert de marque XXX au gingembre et à la mangue, qui était le seul thé que je trouvais à mon goût. Mais j’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Pour moi, il en va tout autrement. C’est de ma vie dont il s’agit. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté (pour le maté, le miel, le poivre je ne peux m’approvisionner chez vous, ce serait pourtant plus simple et confortable de tout prendre au même endroit) que l’on ne peut pas en rajouter une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents (lister les thés) mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas, car c’est un mot qui doit vous parler, satisfaisant. Alors que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol, un sol où il est de plus en plus difficile de trouver quoi que ce soit en ce bas monde ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibre, vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? Quant à mon ami T., que je verrai ce soir au Pouchla pour un moment très doux, pourquoi ne pas admettre qu’il a, à son tour, changé de vie, et comment puis-je le soutenir dans ce maelström ? Il y a bien des choses que je pourrais lui dire, le genre de choses que moi je n’écoute pas vraiment quand c’est à lui de me les dire. À la place, je pourrais lui dire ceci : alors ?ton bateau de safran a coulé ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et que j’ai besoin de vous.

190918, version 3 (20 septembre 2018)

Cher XXX [2]Cher XXX ,

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois l’envie ( non , pas l’envie , la nécessité ) m’a pris de le faire et où je me suis ravisé. Peut-être par tempérance, peut-être aussi par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse autrement que faire ça pour ne pas manifester mon incompréhension ou , pire , c’est-à-dire écrire mon insatisfaction ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la grande distributionindustrielle ) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait depuis X années mon père. Ce fut un drame familial. Mon frère et moi, victimes collatérales de cette histoire, ne consommions jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le même passé continuellement, comme dans ce rêve qu’a fait à mon sujet mon amie L .  : je n’arrêterai pas d’y fendre la foule à vélo, cherchant manifestement quelque chose ou quelqu’un, avant de m’arrêter saisi par un moment de stupeur en bas d’un escalier aux jambes interminables, près d’une statue de Peter Pan recouverte d’une bâche. À proximité, sur une magnifique fontaine aux reflets orange et jaunes, dans une automate hindoue. Elle est bleue. Cette fois-ci, pourtant , ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce seulement du au riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon de vous le dire, ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peut peu ) de marques Kerkadek. Pourquoi ? Et plus récemment encore, le thé vert de marque XXX au gingembre et à la mangue, qui était le seul thé que je trouvais à mon goût. Mais j’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Pour moi, il en va tout autrement. C’est de ma vie dont il s’agit. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté (pour le maté, le miel, le poivre je ne peux m’approvisionner chez vous, ce serait pourtant plus simple et confortable de tout prendre au même endroit) que l’on ne peut pas en rajouter une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents (lister les thés) mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas, car c’est un mot qui doit vous parler, satisfaisant. Alors que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol, un sol où il est de plus en plus difficile de trouver quoi que ce soit en ce bas monde ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibreen ce monde , vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? Quant à mon ami T., que je verrai ce soir au Pouchla pour un moment très doux, pourquoi ne pas admettre qu’il a, à son tour, changé de vie, et comment puis-je le soutenir dans ce maelström ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et que j’ai besoin de vous.

[2Cette lettre est un pastiche de la nouvelle Référence... d’Amy Hempel, parue dans le Chien.

190918, version 2 (19 septembre 2018)

Cher XXX,

S’il vous pèse aujourd’hui que je vous écrive, imaginez-vous toutes les fois où l’envie (non, pas l’envie, la nécessité) m’a pris de le faire et où je me suis ravisé. Peut-être tempérance, peut-être aussi par pudeur. Mais aujourd’hui, comment voulez-vous que je fasse pour ne pas manifester mon incompréhension ou, pire, mon insatisfaction ? Il se trouve que cette histoire prend sa source il y a plus de vingt ans, lorsque vous (non pas vous personnellement, ni même vous au sens de votre enseigne mais un vous plus large, plus lointain, en surplomb, vaporeux, le vous de la grande distribution industrielle) avez décidé sans préavis de cesser de référencer une marque de céréales pour le petit déjeuner que prenait mon père. Ce fut un drame familial. Mon frère et moi, victimes collatérales de cette histoire, ne consommions jamais lesdites céréales (c’était des céréales fades et d’adultes, sans jouet à l’intérieur) mais il nous arrivait d’en agrémenter nos tartines de Nutella pour que ça croustille. Bref, c’était il y a longtemps, et à n’en pas douter il y a prescription. Mais ça n’est jamais terminé, pas vrai ? Je veux dire, ces histoires se répètent en permanence. Nous sommes condamnés à revivre le passé continuellement. Cette fois-ci, ce n’est pas une histoire de céréales au riz (était-ce au riz ?) soufflé, mais ça a encore avoir avec le petit déjeuner. D’abord, ce sont les brioches tressées de marque Pasquier que vous avez dé-référencées, du jour au lendemain. Vous avez, depuis, repris ce type de brioches, mais uniquement sous la forme de brioches aux pépites de chocolat, ce qui est une hérésie. Comment voulez-vous tartiner de la confiture là-dessus ? Les autres marques, pardon de vous le dire, ne sont pas au niveau. Sans parler de la fausse boulangerie qui propose des brioches de ce type, au goût farineux. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite, il a fallu que vous cessiez aussi de vendre des madeleines industrielles (on fait ce qu’on peu) de marques Kerkadek. Pourquoi ? Et plus récemment encore, le thé vert de marque XXX au gingembre et à la mangue, qui était le seul thé que je trouvais à mon goût. Mais j’imagine que tout cela ne se résume, à vos yeux, qu’à des courbes stagnantes ou à des références chiffrées encapsulées dans un tableau excel. Pour moi, il en va tout autrement. C’est de ma vie dont il s’agit. Or, c’est déjà suffisamment complexe dans cette vie que de trouver le parfait sel, le parfait beurre, le parfait poivre, le parfait miel, le parfait maté (pour le maté, le miel, le poivre je ne peux m’approvisionner chez vous, ce serait pourtant plus simple et confortable de tout prendre au même endroit) que l’on ne peut pas en rajouter une couche supplémentaire. J’ai bien essayé plusieurs autres thé différents (lister les thés) mais ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas, car c’est un mot qui doit vous parler, satisfaisant. Alors que puis-je faire ? Où puis-je aller ? Comment transformer cette énergie négative qui m’a gagné au moment de remonter les cinq étages qui me séparent du sol, un sol où il est de plus en plus difficile de trouver quoi que ce soit ? Je sais que rien n’est immuable en ce monde. Qu’il faut se faire au changement. Mais il convient de maintenir une certaine forme d’équilibre en ce monde, vous ne croyez pas ? Par exemple, a-t-on réellement besoin de voir notre personnage dans les derniers opus du jeu Dragon Quest, une série que vous référencez par ailleurs ? La vie n’était-elle pas plus simple, plus sobre, plus authentique lorsque nous en étions à contempler nos ennemis frontalement, à la première personne ? J’en suis là. À ne pas savoir quoi faire de moi-même, pris dans le tumulte d’un monde en constante (dé)formation. Je ne vous cache pas que je suis seul. Perdu. Et j’ai besoin de vous.

Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |