061018


Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Pendant ce temps, sur Twitter, il y en qui passent leur temps à faire des pronostics sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel, non, pas cette année), et d’autres qui, au supermarché cette fois, font précisément la même chose pour savoir (non, deviner) quelle caisse va ouvrir en premier et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi. Voilà le genre de trucs qui, dans ce monde, se passent. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, un idéal ? Mais je le tais. Il est sans doute faux ou, je ne sais pas moi, corrompu. Vu dans une pub pour un nouveau jeu à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Et là, soudainement, il y aura un nouveau record de migraine : 35 jours sans. Ça prend fin aujourd’hui.

<  -  >

Partager

Révisions

9 révisions

061018, version 10 (15 novembre 2018)

Migraine, Boulot, Paris, Twitter
Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter, vivant de la littérature, qui passent leur temps à faire des pronostics sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel, le haut du panier). Je veux dire, et je dis ça le plus sincèrement du monde avec toute la bienveillance dont je suis capable, ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé ? Pendant ce temps Ou bien , sur Twitter , il y en peut-être qu’une occupation qui passent leur temps conviendrait plus serait celle visant à faire des pronostics sur tel et tel prix ( Goncourt déterminer , Renaudot , Nobel , non , pas cette année ), et d’autres qui , au supermarché cette fois , font précisément la même chose pour savoir ( non , deviner ) quelle caisse va ouvrir en premier et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi . moi à tout bout de champ . Voilà le genre de trucs qui, dans ce monde, se passent. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, un idéal une règle de vie ? Mais je le tais. Il est sans doute faux ou, je ne sais pas moi, corrompu. Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Et , soudainement , il Il y aura a un nouveau record de migraine : 35 jours sans. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 9 (15 novembre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter alors bien sûr moi j’en vis , vivant de la littérature, mais pas du fait d’être un auteur non plus ) qui racontent passent leur temps à faire des pronostics sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel, le haut du panier). Je veux dire, et je dis ça le plus sincèrement du monde avec toute la bienveillance dont je suis capable, ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sans. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 8 (14 novembre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ? alors bien sûr moi j’en vis, de la littérature, mais pas du fait d’être un auteur non plus) qui racontent comment ils participent à des enchères pour acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Francfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. alors Et quand ils ne parlent pas de ça , bien sûr moi j’en vis , de la littérature , mais pas du fait d’être un auteur non plus ) qui racontent passent leur temps à faire ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel, le haut du panier). Je veux dire, et je dis ça le plus sincèrement du monde avec toute la bienveillance dont je suis capable, ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sans. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 7 (12 novembre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ? alors bien sûr sauf que moi j’en vis, de la littérature, mais pas du fait d’être un auteur non plus) qui racontent comment ils participent à des enchères pour acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Francfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. Et quand ils ne parlent pas de ça, bien sûr, ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel, le haut du panier). Je veux dire, et je dis ça le plus sincèrement du monde avec toute la bienveillance dont je suis capable, ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sans. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 6 (9 novembre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ? sauf que moi j’en vis, de la littérature, mais pas du fait d’être un auteur non plus) qui racontent comment ils participent à des enchères enchères pour acquérir acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Francfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. Et quand ils ne parlent pas de ça, bien sûr, ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel, le haut du panier ). Je veux dire, et je dis ça le plus sincèrement du monde avec toute la bienveillance dont je suis capable, ces gens-là ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sans. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 5 (8 novembre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu retenu son attention attention . Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ? moi j’en vis , de la littérature , mais pas du fait d’être un auteur non plus ) qui racontent comment ils participent à des enchères pour acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Francfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. Et quand ils ne parlent pas de ça, bien sûr, ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel). Je veux dire, et je dis ça le plus sincèrement du monde avec toute la bienveillance dont je suis capable , ces gens-là ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus tard : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sansen avoir . Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 4 (13 octobre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible : qu’est-ce qu’une Fintech  ? si bien que j’en viendrai à lui poser tout un tas de questions , pour ma culture personnelle . Qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ?) qui racontent comment ils participent à des enchères pour acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Francfort Frankfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. Et quand ils ne parlent pas de ça, bien sûr, ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel). Je veux dire, ces gens-là ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou le tiercé des courses de chevaux ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file à pouvoir crier en criant moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Plus Un peu plus tarddans cette vidéo : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sans en avoir. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 3 (6 octobre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible si bien que j’en viendrai à lui poser tout un tas de questions, pour ma culture personnelle. Qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ?) qui racontent comment ils participent à des enchères pour acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Frankfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. Et quand ils ne parlent pas de ça, bien sûr, ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel). Je veux dire, ces gens-là ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou des courses de chevaux ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file en criant moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Un peu plus tard dans cette vidéo : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit. Il y a un nouveau record de migraine : 35 jours sans en avoir. Ça prend fin aujourd’hui.

061018, version 2 (6 octobre 2018)

Une associate consultant de je ne sais quel cabinet de recrutement pour des jobs digitaux (sic) me contacte car mon profil a retenu son attention. Quel profil ? Et puis son mail est incompréhensible si bien que j’en viendrai à lui poser tout un tas de questions, pour ma culture personnelle. Qu’est-ce qu’une Fintech ? Qu’est-ce que l’on-boarding digital ? Qu’est-ce qu’une ligne de management intermédiaire ? Qu’est-ce qu’un Professional Services Manager ? Qu’est-ce qu’un Directeur PS ? Parallèlement à ça je me retrouve à suivre des gens sur Twitter qui, eux, vivent de la littérature (les auteurs, pendant ce temps, vivent-ils de la littérature ?) qui racontent comment ils participent à des enchères pour acquérir des droits étrangers, comment ils préparent la prochaine foire de Frankfort où ils baisent avec d’autres éditeurs ou éditrices étrangers venus faire précisément la même chose qu’eux, à savoir parier sur le potentiel de livres à venir. Et quand ils ne parlent pas de ça, bien sûr, ce sont des pronostics ou des récriminations sur tel et tel prix (Goncourt, Renaudot, Nobel). Je veux dire, ces gens-là ne seraient-ils pas plus heureux à suivre des courses cyclistes ou des courses de chevaux ? Ou bien, peut-être qu’une occupation qui leur conviendrait plus serait celle visant à déterminer, au supermarché, quelle caisse va ouvrir et vers quel tapis roulant se précipiter en courant pour être le premier de cette nouvelle file en criant moi, moi, moi à tout bout de champ. Du coup, ce sont des gens que je ne suis plus sur Twitter. Et j’en suis venu à établir, je ne sais pas, une règle de vie ? Tout temps passé à ne pas écrire ou à ne pas nourrir mon écriture est du temps perdu. Combien de temps perdu depuis combien d’années ? Vu dans une pub pour un nouveau jeu vidéo à la mode en monde ouvert : XXX est immense. Vous ne risquez pas de vous y ennuyer. Un peu plus tard dans cette vidéo : Une infinité de choses à faire. À quoi on en est réduit.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |