051118


Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi, en quête de restaurants quelque part. C’était un truc qu’on disait, un gimmick, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, se mettre en quête d’un petit resto sympa. Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là-bas ? Et cette question, je vais me la poser souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, j’ai tant besoin de ne pas tomber dans mes travers. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, ces roses, quand je les aurais écrites. À la place, j’écris des billets du journal mais à blanc : c’est-à-dire que j’ai créé tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article dans Spip reste cohérente. J’ai décidé, ces jours, que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment (pour garder la fraicheur). Pendant tout le journal du Japon, il n’y aura donc pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans ce que j’appelle le journal bis, hors ligne, avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite me (ou se) situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte. Derrière, c’est le départ des parents. Ils ont gardé l’appartement et Tartelune pendant tout le Japon et là, avec H., on va chercher Poulpir chez sa Poulp’sitter (la pauvre). C’est 126€. En juillet sur Arte, j’étais passé à côté de ce concert hommage au Blackstar de Bowie dans une cathédrale je crois, avec un orchestre classique et quatre voix de femmes. C’est bouleversant.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

051118, version 8 (5 décembre 2018)

Publie.net, David Bowie, H., Temps, Rêve, Spip, Père, Mère
jpg/dsc_1161.jpg
Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi, en quête de restaurants quelque part . ( mais à quel toi ce toi me renvoie-t-il  ? ), en quête de restaurants quelque part. C’était un truc qu’on disait, un gimmick, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, se mettre mettre en quête d’un petit resto sympa. . Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là-bas bas ? Et cette C’est une question, que je vais me la poser poserai souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, j’ai tant besoin de ne pas tomber dans mes travers. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Je dis souvent je veux dire. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, ces roses, quand je les aurais écrites. À la place, j’écris des billets du journal mais à blanc À la place , j’écris des billets du journal blancs : c’est-à-dire que j’ai créé tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article dans Spip reste cohérente. , malgré le fait que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment venu ( pour garder la fraicheur ). J’ai décidé, ces jours, que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment (pour garder la fraicheur). Pendant tout le journal du Japon , il Il n’y aura donc pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans ce que j’appelle le journal bis, hors ligne , avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite me (ou se) situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte. Derrière, c’est le départ des parents. Ils ont gardé l’appartement et Tartelune pendant tout le Japon et là, avec [H H .->mot59] Je veux dire bader . , on va chercher Poulpir chez sa Poulp’sitter (la pauvre). C’est 126€. En juillet sur Arte, j’étais passé à côté de ce concert hommage au Blackstar de Bowie dans une cathédrale je crois, avec un orchestre classique et quatre voix de femmes. C’est bouleversant.

051118, version 7 (5 décembre 2018)

051118, version 6 (4 décembre 2018)

Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi (mais à quel toi ce toi me renvoie-t-il ?), en quête de restaurants quelque part. C’était un truc qu’on disait, un gimmick, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, se mettre en quête d’un petit resto sympa. Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là bas ? C’est une question que je me poserai souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, j’ai tant besoin de ne pas tomber dans mes travers. Je veux dire bader. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Six heures je veux dire. Je dis souvent je veux dire. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, ces roses , quand je les aurais écrites l’aurais écrit . À la place, j’écris des billets du journal blancs à blanc : c’est-à-dire que j’ai créé créée tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article reste cohérente, malgré le fait que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment venu (pour garder la fraicheur). Il n’y aura pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans le bis, avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite me (ou se) situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte. Derrière, c’est le départ des parents. Ils ont gardé l’appartement et Tartelune pendant tout le Japon et là, avec H., on va chercher Poulpir chez sa Poulp’sitter (la pauvre). C’est 126€. En juillet sur Arte, j’étais passé à côté de ce concert hommage au Blackstar de Bowie dans une cathédrale je crois, avec un orchestre classique et quatre voix de femmes. C’est bouleversant.

051118, version 5 (26 novembre 2018)

Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi (mais à quel toi ce toi me renvoie-t-il ?), en quête de restaurants quelque part. C’était un truc qu’on disait, un gimmick, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, se mettre en quête d’un petit resto sympa. Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là bas ? C’est une question que je me poserai souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, j’ai tant besoin ce que je me dirai c’est que ça ne sert probablement à rien de ne pas tomber dans mes travers texter K . via What’s app vu l’heure qu’il sera là alors je ne je le fais pas. Je le garde pour demain. Mais j’envoie des messages à d’autres. J’ai tant besoin de ne pas tomber dans mes travers. Je veux dire bader. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Six heures je veux dire. Je dis souvent je veux dire. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, quand je l’aurais écrit. À la place, j’écris des billets du journal à blanc : c’est-à-dire que j’ai créée tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article reste cohérente, malgré le fait que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment venu (pour garder la fraicheur). Il n’y aura pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans le bis, avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite me ( ou se) situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte. Derrière, c’est le départ des parents. Ils ont gardé l’appartement et Tartelune pendant tout le Japon et là, avec H., on va chercher Poulpir chez sa Poulp’sitter (la pauvre). C’est 126€. En juillet sur Arte, j’étais passé à côté de ce concert hommage au Blackstar de Bowie dans une cathédrale je crois, avec un orchestre classique et quatre voix de femmes. C’est bouleversant.

051118, version 4 (8 novembre 2018)

Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi (mais à quel toi ce toi me renvoie-t-il ?), en quête de restaurants quelque part. C’était un truc qu’on disait, un gimmick, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, se mettre en quête d’un petit resto sympa. Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là bas ? C’est une question que je me poserai souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, ce que je me dirai c’est que ça ne sert probablement à rien de texter K. via What’s app vu l’heure qu’il sera là alors je ne je le fais pas. Je le garde pour demain. Mais j’envoie des messages à d’autres. J’ai tant besoin de ne pas tomber dans mes travers. Je veux dire bader. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Six heures je veux dire. Je dis souvent je veux dire. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, quand je l’aurais écrit. À la place, j’écris des billets du journal à blanc : c’est-à-dire que j’ai créée tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article reste cohérente, malgré le fait que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment venu (pour garder la fraicheur). Il n’y aura pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans le bis, avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite se situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte. Derrière, c’est le départ des parents. Ils ont gardé l’appartement et Tartelune pendant tout le Japon et là, avec H., on va chercher Poulpir Poulpire chez sa Poulp’sitter ( la pauvre ). . C’est 126€. En juillet sur Arte, j’étais passé à côté de ce concert hommage au Blackstar de Bowie dans une cathédrale je crois, avec un orchestre classique et quatre voix de femmes. C’est bouleversant.

051118, version 3 (5 novembre 2018)

Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi (mais à quel toi ce toi me renvoie-t-il ?), en quête de restaurants quelque part. Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là bas ? C’est une question que je me poserai souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, ce que je me dirai c’est que ça ne sert probablement à rien de texter K. via What’s app vu l’heure qu’il sera alors je ne je le fais pas. Je le garde pour demain. Mais j’envoie des messages à d’autres. J’ai tant besoin de ne pas tomber retomber dans mes travers. Je veux dire bader. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Six heures je veux dire. Je dis souvent je veux dire. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, quand je l’aurais écrit. À la place, j’écris des billets du journal à blanc : c’est-à-dire que j’ai créée tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article reste cohérente, malgré le fait que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment venu (pour garder la fraicheur). Il n’y aura pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans le bis, avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite se situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte. Derrière, c’est le départ des parents. Ils ont gardé l’appartement et Tartelune pendant tout le Japon et là, avec H., on va chercher Poulpire chez sa Poulp’sitter. C’est 126€. En juillet sur Arte, j’étais passé à côté de [ce concert hommage->https://www.youtube.com/watch?v=vRnPZuYtLXw] au Blackstar de Bowie dans une cathédrale je crois, avec un orchestre classique et quatre voix de femmes. C’est bouleversant.

051118, version 2 (5 novembre 2018)

Quelle heure il est, là, à Tokyo ? J’en suis à rêver que je marche dans les rues avec toi (mais à quel toi ce toi renvoie-t-il ?), en quête de restaurants quelque part. Je fais la soustraction pour trouver l’autre temps. Celui d’hier et de demain. La vérité, c’est que je suis pleinement réveillé à quelque chose comme 4h30. Quelle heure il est là bas ? C’est une question que je me poserai souvent. Je veux dire, à 15h40, étant huit heures de plus, je comprends bien pourquoi j’ai bien envie de dormir mais bon, ce que je me dirai c’est que ça ne sert probablement à rien de texter K. via What’s app alors je ne je le fais pas. Je le garde pour demain. Mais j’envoie des messages à d’autres. J’ai tant besoin de ne pas retomber dans mes travers. Je veux dire bader. Je veux dire, j’ai 1255 mails en retard à traiter et je m’y mets dès six. Six heures je veux dire. Je dis souvent je veux dire. Je dois écrire maintenant un truc sur des roses, peut-être que ça aura d’autres sens à l’avenir, quand je l’aurais écrit. À la place, j’écris des billets du journal à blanc : c’est-à-dire que j’ai créée tout simplement les entrées pour que la suite de chiffres qui composent le numéro de l’article reste cohérente, malgré le fait que je ne les reporterai dans l’écran qu’au dernier moment venu (pour garder la fraicheur). Il n’y aura pas de révision. Tout ce que je couperai, je le mettrai dans le bis, avec une signalétique de genre [...numéro...] pour que je (ou quiconque) puisse ensuite se situer. Ce sera bien. On peut dire que j’ai hâte.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |