161118


Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux. Fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout), s’en remettre à la chaleur des uns et des autres, donc. Comme l’an dernier, il y a moins de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent demain. En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec Lou, un ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement faut dire) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde a (de plus beau et de plus violent) à offrir
et on se l’offre.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

161118, version 8 (16 décembre 2018)

Publie.net, Paris, Froid, Lou Sarabadzic
jpg/dsc_1171.jpg
Salon de [L’autre livre->https://www.lautrelivre.fr] Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux. Fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout), s’en remettre à la chaleur des uns et des autres , donc . ). Comme l’an dernier, il y a moins de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent demain. En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec [Lou->https://telpere.com]En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer , le soir , avec Lou , un ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement faut dire) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde a (de plus beau et de plus violent) à offrir

161118, version 7 (15 décembre 2018)

Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux. Fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout). Comme l’an dernier, il y a moins peu de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent demain. En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec Lou, un ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement il faut dire) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde a (de plus beau et de plus violent) à offrir

161118, version 6 (15 décembre 2018)

Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux. Fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout). Comme l’an dernier, il y a peu de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent [demain->article4214 ]. demain . En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec Lou, un ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement il faut dire) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde a (de plus beau et de plus violent) à offrir

161118, version 5 (14 décembre 2018)

Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux. Fait Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux , il fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout). Comme l’an dernier, il y a peu de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent demain. En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec Lou, un ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement il aussi faut dire) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde a (de plus beau et de plus violent) à offrir

161118, version 4 (8 décembre 2018)

Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux, il fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout). Comme l’an dernier, il y a peu de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent demain. En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec Lou, un le ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement aussi faut dire ) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde a (de plus beau et de plus violent) a à offrir

161118, version 3 (26 novembre 2018)

Salon de L’autre livre aux Blancs Manteaux, il fait gris, froid, il y a une espèce de courant d’air là où on est (c’est-à-dire là, partout). Comme l’an dernier, il y a peu de monde le vendredi et on vendra peu (moins que l’an dernier). Les choses sérieuses commencent demain. En marchant le long de la rue de Rivoli pour rentrer, le soir, avec Lou, le ciel nous tombe dessus très lentement (on marchait lentement aussi) puis ensuite le Japon, la Pologne, la littérature, à peu près tout ce que le monde (de plus beau et de plus violent) a à offrir

et on se l’offre.

161118, version 2 (17 novembre 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |