011218


Quelque chose à écrire dans la nuit : essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents et venus du futur, susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’ADP. Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement, mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus un morceau audio d’un peu moins de trois minutes, voilà où j’en suis. C’est bien. Le soir, chez T. et E., je n’avais pas prévu d’être quelqu’un d’obséquieux mais c’est ça qui est ressorti, dans un genre d’aventure sous-marine et pré (ou post) apocalyptique. Rentrant à pied, le long de l’avenue Daumesnil, dans la nuit, quelqu’un sur le trottoir opposé à notre rythme et qui pousse à intervals réguliers des cris de loup (il hurle). Jusqu’à ce que quelqu’un, plus fort que lui encore : eh tu vas la fermer ta gueule ? Ensuite, ce sera plus diffus.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

011218, version 8 (1er janvier 2019)

E., Paris, Accident de personne, Temps, T.
Quelque chose Une idée de récit à écrire dans la nuit : essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents et venus du futur, susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’[ADP->article4243 ]. d’ADP . Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement, mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux image de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus [un un morceau audio d’un peu moins de trois minutes->https://soundcloud minutes , voilà j’en suis .com/gvissac/accident-de-personne], voilà où j’en suis. C’est bien. Le soir, chez [T T .->mpot503] et [E E .->mot28], je n’avais pas prévu d’être quelqu’un d’obséquieux mais c’est ça qui est ressorti sorti , dans un genre d’aventure sous-marine et pré (ou post) apocalyptique. Rentrant à pied, le long de l’avenue Daumesnil, dans la nuit, quelqu’un sur le trottoir opposé avançant à notre rythme et qui pousse à intervals réguliers toutes les X secondes des cris de loup (il hurle). Jusqu’à ce que quelqu’un, aboie plus fort que lui encore  : , eh tu vas la fermer ta gueule ? Ensuite, ce sera plus diffus.
jpg/dsc_1203.jpg

011218, version 7 (29 décembre 2018)

Une idée de récit à écrire dans la nuit : essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents et venus du futur, susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’ADP. Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux image de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus un morceau audio d’un peu moins de trois minutes, voilà où j’en suis. C’est bien. Le soir, chez T. et E., je n’avais pas prévu d’être quelqu’un d’obséquieux mais c’est ça qui est sorti, dans un genre d’aventure sous-marine et pré (ou post) apocalyptique. Rentrant à pied, le long de l’avenue Daumesnil, dans la nuit, quelqu’un sur le trottoir opposé avançant à notre rythme et qui pousse toutes les X secondes des cris de loup ( il hurle ). en hurlance . Jusqu’à ce que quelqu’un aboie plus fort que lui , eh tu vas la fermer ta gueule ? Ensuite, ce sera plus diffus.

011218, version 6 (23 décembre 2018)

Une idée de récit à écrire dans la nuit : c’est essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents et , venus du futur, dans le passé ( donc leur présent ), et susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’ADP. Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux image de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus un morceau audio d’un peu moins de trois minutes, voilà où j’en suis. C’est bien. Le soir, chez T. et E., je n’avais pas prévu d’être quelqu’un d’obséquieux mais c’est ça qui est sorti, dans un genre d’aventure sous-marine et pré ( ou post ) apocalyptique postapocalyptique . Rentrant à pied, le long de l’avenue Daumesnil, dans la nuit, quelqu’un sur le trottoir opposé avançant à notre rythme et qui pousse toutes les X secondes des cris de loup en hurlance qui hurle . Jusqu’à ce que quelqu’un lui aboie, eh tu vas la fermer ta gueule ? Ensuite, ce sera plus diffus.

011218, version 5 (15 décembre 2018)

Une idée de récit à écrire dans la nuit : c’est essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents, venus du futur dans le passé ( donc leur présent ), , et susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’ADP. Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux image de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus un morceau audio d’un peu moins de trois minutes, voilà où j’en suis. C’est bien. Le soir, chez T. et E., je n’avais pas prévu d’être quelqu’un d’obséquieux d’obnoxious mais c’est ça qui est sorti, dans un genre d’aventure sous-marine et postapocalyptique. Rentrant à pied, le long de l’avenue Daumesnil, dans la nuit, quelqu’un sur le trottoir opposé avançant à notre rythme pousse toutes les X secondes des cris de loup qui hurle. Jusqu’à ce que quelqu’un lui aboie, eh tu vas la fermer ta gueule ? Ensuite, ce sera plus diffus.

011218, version 4 (2 décembre 2018)

Une idée de récit à écrire dans la nuit : c’est essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents, venus du futur dans le passé, et susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’ADP. Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux image de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus un morceau audio d’un peu moins de trois minutes, voilà où j’en suis. C’est bien. Le soir, chez T. et E., je n’avais pas prévu d’être quelqu’un d’obnoxious mais c’est ça qui est sorti, dans un genre d’aventure sous-marine et postapocalyptique. Rentrant à pied, le long de l’avenue Daumesnil, dans la nuit, quelqu’un sur le trottoir opposé avançant à notre rythme pousse toutes les X secondes des cris de loup qui hurle. Jusqu’à ce que quelqu’un lui aboie, eh tu vas la fermer ta gueule ? Ensuite, ce sera plus diffus.

011218, version 3 (1er décembre 2018)

Une idée de récit à écrire dans la nuit : c’est essentiellement dialogué. Il y a deux personnages qui se parlent, le long de leur interminable journée de travail. Ce sont des éboueurs (ou des nettoyeurs) qui sont payés à supprimer les traces et les déchets que laissent dans leur sillage des voyageurs imprudents, venus du futur dans le passé, et susceptibles par leur maladresse de changer le cours des choses. Quelles choses ? Tout un tas de choses. Quasiment toute la journée passée sur les vidéos d’ADP. Pour ça, je passe un certain temps à écumer des vidéos libres de droit tournées, semble-t-il, dans le métro de Sao Paulo. J’avance mais c’est de plus en plus dur de produire du son qui a du sens (fatalement mes sources se tarissent) et de leur joindre un flux image de circonstance. Cinq clips d’une trentaine de secondes chacun plus un morceau audio d’un peu moins de trois minutes, voilà où j’en suis. C’est bien.

011218, version 2 (1er décembre 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |