160119


Une partie de mon job consiste à prendre un verre avec un auteur (ici Joachim), sortir un carnet de notes (ici avec des hérissons), et lister tous les trucs dans son texte que j’ai pas compris et/ou qui me paraitraient pouvoir être améliorés et sans doute que c’est bien. C’est. Je veux dire, c’est un moment privilégié, je trouve, lorsque le texte est mis à nu sur la table entre nous. C’est du taf. Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur « Bara no hanayome » pour Seconda qui approche (l’autre jour à Philippe : moi-même, je suis pas sûr d’avoir compris ce que je fais et c’est vrai et faux à la fois cette histoire, comme à peu près tout en ce monde finalement). Surtout, Joachim me parle des bitcoins, et probablement que je comprends plus quand c’est lui qui m’explique que quand c’est un papier quelque part (mais je ne garantis pas de pouvoir me souvenir de tout ça sur le long terme). Le soir même, terminer de confectionner les cartes, c’est-à-dire de coller le texte au verso de chacune des 花札. H. me disant, quand on vivra au Japon on... (j’ai oublié la fin de cette phrase).

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

160119, version 8 (23 février 2019)

Publie.net, Joachim Séné, H., Philippe Aigrain, Bara no hanayome
jpg/dsc_1324.jpg
Une partie de [mon job->https://www.publie.net] consiste à prendre un verre avec un auteur (ici [Joachim->http://jsene.net]), sortir un carnet de notes (ici avec des hérissonsUne partie de mon job consiste à prendre un verre avec un auteur ( ici Joachim ), sortir un carnet de notes ( ici avec des hérissons ), et lister tous les trucs dans son texte que j’ai pas compris et/ou qui me paraitraient pouvoir être améliorés et sans doute que c’est bien. C’est. Je veux dire, c’est un moment privilégié, je trouve, lorsque le texte est mis à nu sur la table entre nous. C’est du taf. Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur « Bara no hanayome » pour [Seconda->https://www.atelierdebricolage.net/wp-content/uploads/2019/01/annonceSeconda-pourA4-web.pdf] qui approche (l’autre jour à [Philippe->https://www.atelierdebricolage.net/] Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur «  Bara no hanayome  » pour Seconda ( l’autre jour à Philippe : moi-même, je suis pas sûr d’avoir compris ce que je fais et c’est vrai et faux à la fois cette histoire, comme à peu près tout en ce monde finalement). Surtout, Joachim me parle des bitcoins, et probablement que je comprends plus quand c’est lui qui m’explique que quand c’est un papier quelque part (mais je ne garantis pas de pouvoir me souvenir de tout ça sur le long terme). Le soir même, terminer de confectionner les cartes, c’est-à-dire de coller le texte au verso de chacune des [花札->https://fr hanafuda .wikipedia.org/wiki/Hanafuda]. H. me disant, quand on vivra au Japon on... ( j’ai J’ai oublié la fin de cette phrase). .

160119, version 7 (22 février 2019)

Une partie de mon job consiste à prendre un verre avec un auteur (ici Joachim), sortir un carnet de notes (ici avec des hérissons), et lister tous les trucs dans son texte que j’ai pas compris et/ou qui me paraitraient pouvoir être améliorés et sans doute que c’est bien. C’est. Je veux dire, c’est un moment privilégié, je trouve, lorsque le texte est mis à nu sur la table entre nous. C’est du taf. Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur « Bara no hanayome » pour Seconda (l’autre jour à Philippe : moi-même, je ne suis pas sûr d’avoir compris ce que je fais et c’est vrai et faux à la fois cette histoire, comme à peu près tout en ce monde finalement ). Surtout, Joachim me parle des bitcoins, et probablement que je comprends plus quand c’est lui qui m’explique que quand c’est un papier quelque part (mais je ne garantis pas de pouvoir me souvenir de tout ça sur le long terme). Le soir même, terminer de confectionner les cartes, c’est-à-dire de coller le texte au verso de chacune des hanafuda. [H H .->mot59] me disant, quand on vivra au Japon on... J’ai oublié la fin de cette phrase.

160119, version 6 (21 février 2019)

Une partie de mon job consiste à prendre un verre avec un auteur (ici Joachim), sortir un carnet de notes (ici avec des hérissons), et lister tous les trucs dans son texte que j’ai pas compris et/ou qui me paraitraient pouvoir être améliorés et sans doute que c’est bien. C’est. Je veux dire, c’est un moment privilégié, je trouve, lorsque le texte est mis à nu sur la table entre nous. C’est du taf. Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur « Bara no hanayome » pour Seconda (l’autre jour à Philippe : moi-même, je ne suis pas sûr d’avoir compris ce que je fais et c’est vrai et faux à la fois cette histoire). Surtout, Joachim me parle des m’explique les bitcoins, et probablement que je comprends plus quand c’est lui qui m’explique que quand c’est un papier quelque part (mais je ne garantis pas de pouvoir me souvenir de tout ça sur le long terme). Le soir même, terminer de confectionner les cartes, c’est-à-dire de coller le texte au verso de chacune des hanafuda. H. me disant, quand on vivra au Japon on... J’ai oublié la fin de cette phrase.

160119, version 5 (18 février 2019)

Une partie de mon job consiste à prendre un verre avec un auteur (ici Joachim), sortir un carnet de notes (ici avec des hérissonsdessus ), et lister tous les trucs dans son texte que j’ai pas compris et/ou qui me paraitraient pouvoir être améliorés et sans doute que c’est bien. C’est. Je veux dire, c’est un moment privilégié, je trouve, lorsque le texte est mis à nu sur la table entre nous. C’est du taf. Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur «  Bara no hanayome » pour Seconda (l’autre jour j’expliquais à Philippe : moi-même que , moi-même , je ne suis n’étais pas sûr d’avoir compris ce que je fais et faisais , c’est vrai et faux à la fois cette histoire ). Surtout, Joachim m’explique les bitcoins, et probablement que je comprends plus quand c’est lui qui m’explique que quand c’est un papier quelque part (mais je ne garantis pas de pouvoir me souvenir de tout ça sur le long terme). Le soir même, terminer de confectionner les cartes, c’est-à-dire de coller le texte au verso de chacune des hanafuda. H. me disant, quand on vivra au Japon on... J’ai oublié la fin de cette phrase.

160119, version 4 (3 février 2019)

160119, version 3 (29 janvier 2019)

Une partie de mon job consiste à prendre un verre avec un auteur (ici Joachim), sortir un carnet de notes (ici avec des hérissons dessus), et lister tous les trucs dans son texte que j’ai pas compris et/ou qui me paraitraient pouvoir être améliorés et sans doute que c’est bien. C’est. Je veux dire, c’est un moment privilégié, je trouve, lorsque le texte est mis à nu sur la table entre nous. C’est du taf. Je lui explique un peu maladroitement ce que je suis en train de faire sur Bara no hanayome pour Seconda (l’autre jour j’expliquais à Philippe que, moi-même, je n’étais pas sûr d’avoir compris ce que je faisais, c’est vrai et faux à la fois). Surtout, Joachim m’explique les bitcoins, et probablement que je comprends plus quand c’est lui qui m’explique que quand c’est un papier quelque part (mais je ne garantis pas de pouvoir me souvenir de tout ça sur le long terme). Le soir même, terminer de confectionner les cartes, c’est-à-dire de coller le texte au verso de chacune des hanafuda. H. me disant, quand on vivra au Japon on... J’ai oublié la fin de cette phrase.

160119, version 2 (16 janvier 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |