210119


Pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Le mot que je cherche en réalité n’est pas prévu mais prémédité. Bon. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne autour d’une vérité possible, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui ou elle parce que je m’adresse moins à la personne qu’à l’instant. Alors c’est se mettre à un café quelque part et puis travailler à (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais donc rien ni prémédité ni prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, merde, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) puis, ensuite, ce n’était plus tellement le tel le problème mais la 4G, impossible de remettre la main sur la 4G. Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies d’arrêter de parler (hier c’est loin). Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés limite acides. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons [1]. Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce sera compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, disait-il, elles en ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie (ou quelque chose comme ça). Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et puis quel intérêt d’être dans le sud s’il n’y a pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé dans un airbnb au loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes « Bara no hanayome » : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix, je sais pas. Surtout, je peine à expliquer ma démarche en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. Moi non plus. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que j’ai peut-être fait n’importe quoi avec ces « Bara no hanayome ». Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’ai écrit en 48 exemplaires uniquement pour pouvoir y inscrire, cachés, des genres d’easter eggs sur ce qui m’est réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Des trucs mais minuscules. Infimes. Et peut-être qu’il convient de supprimer tout le bordel autour pour ne garder que ça.

En une semaine – le délai donné par le NASDAQ pour débrancher l’IBM -, avec l’aide de ses meilleurs ingénieurs, de beaucoup de câbles et de lignes de codes, il construisit une machine qui devait se comporter comme n’importe quel humain face à l’écran du terminal. Le robot devait remplir deux tâches principales : lire à l’écran les informations sur l’état du marché – du simple texte – et saisir des ordres sur le clavier en fonction des informations qui défilaient à l’écran. Petterfy et ses ingénieurs installèrent une imposante lentille de Fresnel sur l’écran du terminal pour grossir les informations, derrière laquelle ils placèrent une caméra. La caméra était reliée à un premier ordinateur qui décodait l’image et la transformait en texte. Ces données reconstituées étaient ensuite envoyées sur l’IBM où Peterffy faisait tourner ses algorithmes.
Restait à résoudre le problème de la saisie des ordres. Le règlement du Nasdaq exigeait qu’ils soient exécutés « à l’aide du clavier », mais il ne disait pas qui (ou quoi) devait se retrouver derrière le clavier. Avec des bouts de caoutchouc et des pistons, les ingénieurs fabriquèrent des mains artificielles qui tapaient à la machine automatiquement. Et rapidement. Le bruit des doigts de l’appareil frappant les touches avec frénésie rendait parfois les conversations difficiles, mais la machine faisait parfaitement ce qu’on lui demandait : saisir des ordres sur le clavier en fonction des informations décodées depuis l’écran du terminal et qui entre-temps avaient été traitées par les algorithmes de Peterffy.
Lorsque l’inspecteur du Nasdaq revint une semaine plus tard pour vérifier que tout était en ordre, il se retrouva face à un cyborg pourvu d’un œil énorme et de doigts artificiels, un mélange de mécanique du XIXe siècle, d’optique des années 1970 et de code informatique dernier cri. Il regarda la machine s’agiter bruyamment sur son clavier. Peterffy sentit que la situation allait lui échapper et joua son va-tout, avec humour, en proposant de construire un mannequin autour du robot, comme pour donner l’illusion qu’il s’agissait d’une secrétaire en train de taper à la machine, mais l’inspecteur quitta les bureaux sans plus de commentaire. Il n’avait pas grand-chose à dire : le cyborg respectait les règles.

Alexandre Laumonier, 6, Points, P. 44-45 (extrait également cité par Guénaël Boutouillet il y a quelques années).

2 mars 2019
par Guillaume Vissac
Journal
#Ailleurs #Alexandre Laumonier #Bara no hanayome #C. #Guénaël Boutouillet #Migraine #Publie.net

[1Quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un.

<  -  >

Partager

Révisions

9 révisions

210119, version 10 (2 mars 2019)

Migraine, Publie.net, Ailleurs, C., Guénaël Boutouillet, Bara no hanayome, Alexandre Laumonier
jpg/dsc_1462.jpg
Pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Le mot que je cherche en réalité n’est pas prévu mais prémédité. Bon. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne autour d’une de la vérité possible , c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui ou elle parce que je m’adresse moins à la personne qu’à l’instant la situation . Alors c’est se mettre à un café quelque part et puis [travailler->https://www . travailler à ( des mails , des relectures à finir , des trucs à taper ). publie.net] à (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais donc rien ni prémédité ni prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, merde, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) puis , et ensuite, ce n’était plus tellement ça le tel le problème mais la 4G, impossible de remettre la main sur dessus à la 4G. Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies d’arrêter de parler ([ hier->article4296] ( hier c’est loin ). c’est loin). Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés limite acides. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons [1]. ). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce sera compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, disait-il, elles en ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie (ou quelque chose comme ça). Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et puis , franchement , quel intérêt d’être dans le sud s’il n’y a pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé dans un airbnb au loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes « Bara no hanayome » : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix, je sais pas. Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. Moi non plus. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que peut-être j’ai peut-être fait n’importe quoi avec ces « Bara no hanayome ». Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’ai écrit en 48 exemplaires uniquement pour pouvoir y inscrire, cachés, des genres d’easter eggs sur ce qui m’est réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Des trucs mais minuscules. Infimes. Et peut-être qu’il convient de supprimer tout le bordel autour pour ne garder que ça.

[1Quand bons ( quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un.

210119, version 9 (28 février 2019)

Pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Le mot que je cherche en réalité n’est pas prévu mais prémédité. Bon À l’instant . Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne autour de la vérité, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui ou elle parce que je m’adresse moins à la personne qu’à la situationen définitive . Alors c’est se mettre à un café quelque part et puis travailler à (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais rien ni prémédité ni prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, merde , je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) et ensuite, ce n’était plus tellement ça le problème mais la 4G, impossible de remettre la main dessus à la 4G . Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies d’arrêter de parler (hier c’est loin). Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés limite acides. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons (quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce sera fut compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, disait-il dit-il , elles en ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie ( ou quelque chose comme ça ). vie . Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et, franchement, quel intérêt d’être dans le sud s’il n’y a même pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé dans un airbnb au pas loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes « Bara no hanayome » : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix, je sais pas en tout . Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. Moi non plus. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que peut-être j’ai fait n’importe quoi avec « Bara no hanayome ». Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’ai écrit en 48 exemplaires uniquement pour pouvoir y inscrire, cachés caché , des genres d’easter eggs sur ce qui m’est réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Des trucs mais minuscules. Infimes. Et peut-être qu’il convient de supprimer tout le ce bordel autour pour ne garder que ça.

210119, version 8 (18 février 2019)

Pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne autour de la vérité, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui ou elle parce que je m’adresse moins à la personne qu’à la situation en définitive, à l’instant . À l’instant. Alors c’est se mettre à un café quelque part et puis travailler à je travaillerai (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais rien prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) et ensuite, ce n’était plus tellement ça le problème mais la 4G, impossible de remettre la main dessus je ne sais pas elle est . Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies d’arrêter de parler ( hier c’est loin ). . Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés limite acides. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons (quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce fut compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, dit-il, elles en ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie. Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et, franchement, quel intérêt d’être dans le sud s’il n’y a même pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé qui m’attend dans un airbnb pas loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes «  Bara no hanayome » : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix en tout. Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. Moi non plus. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que peut-être j’ai fait n’importe quoi avec «  Bara no hanayome ». . Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’ai écrit en 48 exemplaires uniquement pour y inscrire, caché, des genres d’easter eggs sur ce qui m’est réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Des trucs mais minuscules. Infimes. Et peut-être Peut-être qu’il convient de supprimer tout ce bordel pour dispositif et de ne garder que ça.

210119, version 7 (3 février 2019)

Pas Je n’avais pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne autour de la vérité, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui ou elle parce que je m’adresse moins à la personne qu’à la situation en définitive, à l’instant. Alors c’est se mettre à un café quelque part et je travaillerai là (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais rien prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) et ensuite, ce n’était plus ça le problème mais la 4G, je ne sais pas où elle est. Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies hier d’arrêter de parler hier . Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés limite acides trop . Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons (quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce fut compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, dit-il, elles en ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie. Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et, franchement, quel intérêt d’être dans le sud s’il n’y a même pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé qui m’attend dans un airbnb pas loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes Bara no hanayome : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix en tout. Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. Moi non plus. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que peut-être j’ai fait n’importe quoi avec Bara no hanayome. Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’ai écrit en 48 exemplaires uniquement pour y inscrire, caché, des genres d’easter eggs sur ce qui m’est m’était réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Peut-être qu’il convient de supprimer tout ce dispositif et de ne garder que ça.

210119, version 6 (29 janvier 2019)

Je n’avais pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne plutôt autour de la vérité, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui ou elle parce que je m’adresse moins à la personne qu’à la situation en définitive, à l’instant. Alors c’est se mettre à un café quelque part et je travaillerai là (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais rien prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) et ensuite, ce n’était plus ça le problème mais la 4G, je ne sais pas où elle est. Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies hier d’arrêter de parler. Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés trop. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons (quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce fut compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la la mousse c’est important. . Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, dit-il, elles en ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie. Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et, franchement, quel intérêt d’être dans le sud s’il n’y si y a même pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé qui m’attend dans un airbnb pas loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes Bara no hanayome : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix en tout. Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. Moi non plus. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que peut-être j’ai fait n’importe quoi avec Bara no hanayome. Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’ai écrit j’écrit en 48 exemplaires uniquement pour y inscrire, caché, des genres d’easter eggs sur ce qui m’était réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Peut-être qu’il convient de supprimer tout ce dispositif et de ne garder que ça.

210119, version 5 (23 janvier 2019)

6, page 45 (quelque part)

J’ai beau essayer de traduire un truc que l’on m’a invité, sans me le dire pourtant (putain qu’est-ce que je hais ces modes de communication détournés qui ressemblent plus, si tu veux mon avis, à de la manipulation), je n’arrive pas à faire sonner ça bien, juste quoi, et j’en viens à me dire que je n’ai jamais su traduire quoi que ce soit, que le Chien était un accident, Ulysse une espèce de blague dont je ne parviendrai jamais à m’extirper et qu’il vaut mieux pour tout le monde que j’arrête tout de suite de faire semblant d’y prétendre. Je veux dire, je ne sais même pas parler anglais correctement et s’il y a a bien quelque chose que je suis dans cette vie, comme beaucoup d’autres, c’est bien être un imposteur. Je ne sais pas si c’est concomitant (ça se dit ça ?) mais quelque chose s’est creusé au moment où je parle, un truc au niveau du sternum, comme si un appel d’air s’y faisait et que tout (la cage thoracique, pour commencer) manquer de s’effondrer en son milieu. Un genre d’essoufflement soudain mais pire.

210119, version 4 (21 janvier 2019)

Je n’avais pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne plutôt autour de la vérité, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui parce que je m’adresse moins à la personne qu’à la situation en définitive, à l’instant. Alors c’est se mettre à un café quelque part et je travaillerai là (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais rien prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) et ensuite, ce n’était plus ça le problème mais la 4G, je ne sais pas où elle est. Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies d’arrêter de parler. Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés trop. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons (quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce fut compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, dit-il, elles ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie. Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et, franchement, quel intérêt d’être dans le sud si y a même pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé qui m’attend dans un airbnb pas loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes Bara no hanayome : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix en tout. Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte. À cause de l’heure tardive à laquelle j’ai pris ce maté j’ai du mal à trouver le sommeil. C’est pas très confortable non plus. Pour une raison X ou Y j’en viens à me dire que peut-être j’ai fait n’importe quoi avec Bara no hanayome. Je n’aurais pas dû, au fond, y consacrer tant de temps et d’énergie, pour un résultat aussi aléatoire. Et qu’est-ce que ça dit de moi au fond que ces cartes ? Je crois que j’ai écrit ce que j’écrit en 48 exemplaires uniquement pour y inscrire, caché, des genres d’easter eggs sur ce qui m’était réellement précieux. Des instants. Des souvenirs. Des mouvements, de la peau. Des regards. C’est tout. Peut-être qu’il convient de supprimer tout ce dispositif et de ne garder que ça.

210119, version 3 (21 janvier 2019)

Je n’avais pas prévu de faire ça, errer de ville en ville en disant à celles ou ceux à qui je m’adresse que si je le fais, c’est pour trouver une idée d’endroit où vivre un jour, quand on aura quitté Paris. Je ne mens pas vraiment, je fais comme ça m’arrive souvent, c’est-à-dire que je tourne plutôt autour de la vérité, c’est comme quand je parle à quelqu’un et que mes yeux orbitent autour de lui parce que je m’adresse moins à la personne qu’à la situation en définitive, à l’instant. Alors c’est se mettre à un café quelque part et je travaillerai là (des mails, des relectures à finir, des trucs à taper). Comme je n’avais rien prévu, je dois aller dans une pharmacie m’approvisionner en mélatonine et c’est aujourd’hui que Free a prévu de switcher la ligne mobile, je me retrouverai donc sans tel pendant un bon moment, jusqu’à ce que ça revienne (une nano carte sim quelque part) et ensuite, ce n’était plus ça le problème mais la 4G, je ne sais pas où elle est. Je sais plus me repérer où que ce soit, ni dans l’espace ni sur un plan, sans GPS maintenant alors je passe mon temps à demander mon chemin, généralement la gare, ou autre, tant pis pour mes lubies d’arrêter de parler. Les sandwichs, j’en viens à détester les sandwichs, que je fais attention de prendre en boulangerie et pas dans les saloperies qu’il y a en gare, ça ne changera rien, là c’était une espèce de copa synthétique rouge fluo et puis plus tard une demi-baguette céréales avec du chèvre rance et des poivrons marinés trop. Ça pourrait être une bonne résolution 2019, ne plus acheter de sandwichs ailleurs que là où les sandwichs sont bons (quand je bossais chez STAT, on était à quelques encablures à pieds du meilleur bougnat de Paris, dixit C., et pas une fois en quatre ans j’en ai pris un). Ou bien alors : refuser de passer son temps à manger en permanence la même chose, et généralement la même merde. Méditer là-dessus. À un moment donné il a fallu partir en quête d’un café ou d’un bar où boire un bon maté, ou un maté tout court, ce fut compliqué mais ici le type te montre ce que tu fais mal (je veux dire moi), par exemple lui n’y met pas d’eau froide au début et m’a dit, la mousse c’est important. Quelque chose à propos du sucre aussi, qu’il ne fallait pas en mettre, le vrai maté se boit amer, il n’y a que les grands-mères qui y rajoutent du sucre car elles, dit-il, elles ont suffisamment bavé de l’amertume de la vie. Je ne lui dis pas que je mets du miel dans le mien et le fait est que le sien était bon (mais il est hors de question que je vienne vivre à Nîmes : il fait trop chaud l’été et, franchement, quel intérêt d’être dans le sud si y a même pas la mer ?). Avant de rejoindre le canapé qui m’attend dans un airbnb pas loin j’ai cherché un lieu désert pour répéter mes Bara no hanayome : j’ai mes cartes avec moi, j’en lirai quelques unes, pour voir comment ça prend. J’avais en tête d’en lire huit (deux fixes, six tirées au hasard par une main innocente) mais on se dirige plutôt vers dix en tout. Surtout, je peine à expliquer ma démarche et mon truc en moins d’une minute chrono. Ce sera compliqué. Le type chez qui je loge à un moment : je conduis pas et je bois pas de café non plus. Je dois pas être adulte.

210119, version 2 (21 janvier 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |