040219


Il n’y a pas un centimètre de neige ici (mais ailleurs oui). Ailleurs et, bien sûr, autre part dans le temps. Quelle est la portée symbolique de la neige ? Qu’est-ce que ça dit de l’autre temps, celui qui est en nous ? On vit dans nos vies de cocons, des vies sans doute bien confortables, et puis on rentre la tête dans nos épaules lorsque les catastrophes tournoient autour de nous sachant très bien qu’un jour, d’une façon ou d’une autre, elles finiront par nous toucher, nous ou quelqu’un de très proche. C’est comme ça. Je réaliserai quelque chose pendant que je suis là, entre ces deux épaules : cette histoire d’interludes, au pluriel, dans Morphine(s). Ce n’est pas tant une erreur de les avoir écrits qu’une extension de ce que devraient être ces images dans le livre : un symbole unique et non une multiplicité de vidéos éparses. Une seule VHS, donc, sur laquelle on aurait enregistré et enregistré encore par dessus, si bien que les images se mélangent, que toutes les fictions (violentes, pour la plupart) se confondent ou se succèdent sans qu’on puisse en saisir aucune pleinement. Ça, ça vit bien dans l’univers de Morphine(s). Ça, ça fonctionnerait. J’ignorais tout des suite d’Orphée de Philip Glass (je parle des transcriptions pour le piano, pas de l’opéra). Et c’est délicieusement dissonant en fait.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

040219, version 4 (13 mars 2019)

Il n’y a pas un centimètre de neige ici (mais ailleurs oui). Ailleurs et, bien sûr, autre part dans le temps. Quelle est la portée symbolique de la neige ? Qu’est-ce que ça dit de l’autre du temps, justement , celui qui est en nous ? On vit dans nos vies de cocons, des vies sans doute bien confortables, et puis on rentre la tête dans nos épaules lorsque les catastrophes tournoient autour de nous sachant très bien qu’un jour, d’une façon ou d’une autre, elles finiront par nous toucher, nous ou quelqu’un de très proche. C’est comme ça. Je réaliserai quelque chose pendant que je suis là, entre ces deux épaules : cette histoire d’[interludes->http://fuirestunepulsion.net/3/?m62#.XIjxei3MyAw], au pluriel, dans Morphine(s). Ce n’est Je réaliserai quelque chose pendant que je suis , entre deux épaules  : cette histoire d’interludes , au pluriel , dans Morphine(s ), c’est non pas tant une erreur de les avoir écrits qu’une mais une extension de ce que devraient devrait être ces images dans le livre : un symbole unique et non une multiplicité de vidéos éparses. Une seule VHS, donc, sur laquelle on aurait enregistré et enregistré encore par dessus, si bien que les images se mélangent, que toutes les fictions (violentes, pour la plupart) se confondent ou se succèdent sans qu’on puisse en saisir aucune pleinement. Ça, ça vit bien dans l’univers de Morphine(s). Ça, ça fonctionnerait. J’ignorais tout des suite d’Orphée d’Orphée de Philip Glass (je parle des transcriptions pour le piano, pas et non de l’opéra). Et c’est C’est délicieusement dissonant en fait .
Temps, Philip Glass, ///
jpg/dsc_1407.jpg

040219, version 3 (9 mars 2019)

Il n’y a pas un centimètre de neige ici (mais ailleurs oui). Ailleurs et, bien sûr, autre part dans le temps. Quelle est la portée symbolique de la neige ? Qu’est-ce que ça dit du temps, justement, qui est en nous ? On vit dans nos vies de cocons, des vies sans doute bien confortables confortable , et puis on l’on rentre la tête dans nos épaules lorsque les catastrophes tournoient autour de nous sachant très bien qu’un jour, d’une façon ou d’une autre, elles finiront par nous toucher nous ou quelqu’un de très proche. C’est comme ça. Je réaliserai quelque chose pendant que je suis là, entre deux épaules : cette histoire d’interludes, au pluriel, dans Morphine(s), c’est est non pas une erreur mais une extension de ce que devrait être ces images dans le livre : un symbole unique et non une multiplicité de vidéos éparses. Une seule VHS, donc, sur laquelle on aurait enregistré et enregistré encore par dessus, si bien que les images se mélangent, que toutes les fictions (violentes, pour la plupart) se confondent ou se succèdent sans qu’on puisse en saisir aucune pleinement des intrigues . Ça, ça vit bien dans l’univers de Morphine(s). Ça, ça fonctionnerait. J’ignorais tout des suite d’Orphée de Philip Glass (je parle des transcriptions pour le piano et non , pas de l’opéra). C’est délicieusement dissonant.

040219, version 2 (4 février 2019)

040219
Il n’y a pas un centimètre de neige ici (mais ailleurs oui). Ailleurs et, bien sûr, autre part dans le temps. Quelle est la portée symbolique de la neige ? Qu’est-ce que ça dit du temps, justement, qui est en nous ? On vit dans nos vies de cocons, des vies sans doute bien confortable, et puis l’on rentre la tête dans nos épaules lorsque les catastrophes tournoient autour de nous sachant très bien qu’un jour, d’une façon ou d’une autre, elles finiront par nous toucher nous ou quelqu’un de très proche. C’est comme ça. Je réaliserai quelque chose pendant que je suis là, entre deux épaules : cette histoire d’interludes, au pluriel, dans Morphine(s), est non pas une erreur mais une extension de ce que devrait être ces images dans le livre : un symbole unique et non une multiplicité de vidéos éparses. Une seule VHS, donc, sur laquelle on aurait enregistré et enregistré encore par dessus, si bien que les images se mélangent, que toutes les fictions (violentes, pour la plupart) se confondent ou se succèdent sans qu’on puisse en saisir aucune des intrigues. Ça, ça vit bien dans l’univers de Morphine(s). Ça, ça fonctionnerait. J’ignorais tout des suite d’Orphée de Philip Glass (je parle des transcriptions pour le piano, pas de l’opéra). C’est délicieusement dissonant.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |