090219


Quatrième jour. J’en suis à attendre l’arrivée de l’agent orange qui doit venir voir ce qui cloche avec notre Livebox. Ce sera le sommet de ma journée. Il doit passer entre 13h et 18h et ça ne devrait pas poser le moindre problème d’attendre tout ce temps puisque cela fait précisément plus de 24h déjà que j’attends : que les lueurs disparaissent de mes yeux (aujourd’hui, ce sera des hiraganas, quand ce n’est pas l’ensemble de la paupière, la droite ou la gauche, sous forme de carrés qui clignoteront). Il faudrait ôter de la vie tous les moments où l’on attend comme ça, autant que ça, les mettre disons dans un livre. Ce serait le miroir maléfique du roman. Des heures et des heures de salle d’attente, de verdict lent à tomber, de deadline angoissante, d’espoirs inassouvis. Mais connaissant la littérature française, il est probable que ça ait déjà été fait. J’arrive à lire une demi-heure (victoire !) : Lady Snowblood, L’amie prodigieuse, le journal de Crouzet, des moments picorés quoi... Jusqu’à ce que la douleur revienne : je n’étais donc pas prêt pour faire quelque chose d’aussi audacieux visuellement que lire. Moment que choisira l’agent orange, qui s’est viandé en venant (en scooter, ai-je d’abord cru, mais non : il n’avait pas de casque), pour arriver, avec toutes ses petites loupiotes rouges et aigres pour détecter la fuite des fibres optiques et son pansement en forme de croix sur la main. Contrairement au mec d’il y a un an, il n’a pas peur des lapins, c’est même tout le contraire, il s’intéresse à eux (elles). D’ailleurs, ce sont eux (elles) qui sont au centre de toute cette histoire de fibre optique lorsque soudain le couperet tombe : Poulpir a boulotté le câble (running gag)... Il me montrera un peu plus tard sa plaie ouverte à la paume, sous ce pansement qui collait mal. C’était assez profond. J’ai perdu pas mal de sang. J’avais la tête qui tourne. Vous croyez que je dois aller aux urgences ?

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

090219, version 6 (16 mars 2019)

Corps, Lapins, Thierry Crouzet, Vincent Fleury, Elena Ferrante, Kazuo Kamimura
jpg/img_20190214_214121_567.jpg
[Quatrième jour->article4316 ]. Quatrième jour . J’en suis à attendre l’arrivée de [l’agent orange->http://remue.net/Je-l-ai-vu-mon-petit-coeur] J’en suis à attendre l’arrivée de l’agent orange ( linker VF ) qui doit venir voir ce qui cloche avec notre Livebox. Ce sera le sommet de ma journée. Il doit passer entre 13h et 18h et ça ne devrait pas poser le moindre problème d’attendre tout ce temps puisque cela fait précisément [plus plus de 24h déjà->article4317] déjà que j’attends  : que les lueurs disparaissent de mes yeux ( aujourd’hui , ce sera des hiraganas , quand ce n’est pas l’ensemble de la paupière , la droite ou la gauche , sous forme de carrés qui clignoteront ). que j’attends : que les lueurs disparaissent de mes yeux (aujourd’hui, ce sera [des hiraganas->https://fr.wikipedia.org/wiki/Hiragana], quand ce n’est pas l’ensemble de la paupière, la droite ou la gauche, sous forme de carrés qui clignoteront). Il faudrait ôter de la vie tous les moments où l’on attend comme ça, autant que ça, les mettre disons dans un livre. Ce serait le miroir maléfique du roman. Des heures et des heures de salle d’attente, de verdict lent à tomber, de deadline angoissante, d’espoirs inassouvis. Mais connaissant la littérature française, il est probable que ça ait déjà été fait. J’arrive à lire une demi-heure (victoire !) : Lady Snowblood, L’amie prodigieuse, [le le journal de Crouzet->https://tcrouzet . Crouzet , des moments picorés quoi ... com/tag/carnet-de-route/], des moments picorés quoi... Jusqu’à ce que la douleur revienne : je n’étais donc pas prêt pour faire quelque chose d’aussi audacieux visuellement que lire. Moment que choisira l’agent orange, qui s’est viandé en venant (en scooter, ai-je d’abord cru, mais non : il n’avait pas de casque), pour arriver, avec toutes ses petites loupiotes rouges et aigres pénibles pour détecter la fuite des fibres optiques et son pansement en forme de croix sur la main. Contrairement au mec d’il y a un anContrairement au mec d’il y a un an , il n’a pas peur des lapins, c’est même tout le contraire, il s’intéresse ils s’intéressent à eux (elles). D’ailleurs, ce sont eux ( elles ) bien les lapins qui sont au centre de toute cette histoire de fibre optique lorsque soudain le couperet tombe : Poulpir a boulotté avait mangé le câble (running gag)... Il me montrera un peu plus tard sa plaie ouverte à la paume, sous ce pansement qui collait mal. C’était assez profond. J’ai perdu pas mal de sang. J’avais la tête qui tourne. Vous croyez que je dois aller aux urgences,  ?

090219, version 5 (15 mars 2019)

Quatrième jour. J’en suis à attendre l’arrivée de l’agent orange (linker VF) qui doit venir voir ce qui cloche avec notre Livebox. Ce sera le sommet de ma journée. Il doit passer entre 13h et 18h et ça ne devrait pas poser le moindre problème d’attendre tout ce temps puisque cela fait précisément plus de 24h déjà que j’attends : que les lueurs disparaissent de mes yeux (aujourd’hui, ce sera des hiraganas, quand ce n’est pas l’ensemble de la paupière, la droite ou la gauche, sous forme de carrés qui clignoteront). Il faudrait ôter de la vie tous les moments où l’on attend comme ça, autant que ça, les mettre disons dans un livre. Ce serait le miroir maléfique du roman. Des heures et des heures de salle d’attente, de verdict lent à tomber, de deadline angoissante, d’espoirs inassouvis. Mais connaissant la littérature française, il est probable que ça ait déjà été fait. J’arrive à lire une demi-heure (victoire !) : Lady Snowblood, L’amie prodigieuse, le journal de Crouzet, des moments picorés quoi... Jusqu’à ce que la douleur revienne : , je n’étais donc pas prêt pour faire quelque chose d’aussi audacieux visuellement que lire. Moment que choisira l’agent orange, qui s’est viandé en venant (en scooter, ai-je j’ai d’abord cru, mais non : il n’avait pas de casque), pour arriver, avec toutes ses petites loupiotes rouges et pénibles pour détecter la fuite des fibres optiques et son pansement en forme de croix sur la main. Contrairement au mec d’il y a un an, il n’a pas peur des lapins, c’est même tout le contraire, ils s’intéressent à eux (elles). D’ailleurs, ce sont bien les lapins qui sont au centre de toute cette histoire de fibre optique lorsque soudain le couperet tombe : Poulpir avait mangé le câblede la fibre (running gag)... Il me montrera un peu plus tard sa plaie ouverte à la paume, sous ce pansement qui collait mal. C’était assez profond. J’ai perdu pas mal de sang. J’avais la tête qui tourne. Vous croyez que je dois aller aux urgences, là ?

090219, version 4 (13 mars 2019)

Quatrième jour. J’en , j’en suis à attendre l’arrivée de l’agent orange (linker VF) qui doit venir voir ce qui cloche avec notre Livebox. Ce sera le sommet de ma journée, faut dire . Il doit passer entre 13h et 18h et ça ne devrait pas poser le moindre problème d’attendre tout ce temps puisque cela fait précisément plus de 24h déjà que j’attends : que les lueurs disparaissent de mes yeux (aujourd’hui, ce sera des hiraganas hiragana , quand ce n’est pas l’ensemble de la paupière, la droite ou la gauche, sous forme de carrés qui clignoteront). . Il faudrait ôter de la vie tous les moments où l’on attend comme ça, autant que ça, les le mettre disons dans un livre. Ce serait sera le miroir maléfique du roman. Des heures et des heures de salle d’attente, de verdict lent à tomber, de deadline angoissante, d’espoirs inassouvis. Mais connaissant la littérature française, il est probable que ça ait déjà été fait. J’arrive à lire une demi-heure (victoire !) : Lady Snowblood, L’amie prodigieuse, le journal de Crouzet, des moments picorés quoi... Jusqu’à ce que la douleur revienne, je n’étais donc pas prêt pour faire quelque chose d’aussi audacieux visuellement que lire. Moment que choisira l’agent orange, qui s’est viandé en venant (en scooter, j’ai d’abord cru, mais non : il n’avait pas de casque), pour arriver, avec toutes ses petites loupiotes rouges et pénibles pour détecter la fuite des fibres optiques et son pansement en forme de croix sur la main. Contrairement au mec d’il y a un an, il n’a pas peur des lapins, c’est même tout le contraire, ils s’intéressent à eux ( elles ). . D’ailleurs, ce sont bien les lapins qui sont au centre de toute cette histoire tout lorsque le couperet tombe : Poulpir avait mangé le câble de la fibre (running gag)... Il me montrera un peu plus tard sa plaie ouverte à la paume, sous ce pansement qui collait mal. C’était assez profond. J’ai perdu pas mal de sang. J’avais la tête qui tourne. Vous croyez que je dois aller aux urgences, là ?

090219, version 3 (9 mars 2019)

Là, j’en suis à attendre l’arrivée de l’agent orange (linker VF) qui doit venir voir ce qui cloche avec notre Livebox. Ce sera le sommet de ma journée, faut dire. Il doit passer entre 13h et 18h et ça ne devrait pas poser le moindre problème d’attendre tout ce temps puisque cela fait précisément plus de 24h déjà que j’attends : que les lueurs disparaissent de mes yeux (aujourd’hui, ce sera des hiragana, quand ce n’est pas l’ensemble de la paupière, la droite ou la gauche, sous forme de carrés qui clignoteront. Il faudrait ôter de la vie tous les moments où l’on attend comme ça, autant que ça, le mettre disons dans un livre. Ce sera le miroir maléfique du roman. Des heures et des heures de salle d’attente, de verdict lent à tomber, de deadline angoissante, d’espoirs inassouvis. Mais connaissant la littérature française, il est probable que ça ait déjà été fait. J’arrive à lire une demi-heure (victoire !) : Lady Snowblood, L’amie prodigieuse, le journal de Crouzet, des moments picorés quoi... Jusqu’à ce que la douleur revienne, je n’étais donc pas prêt pour lire. Moment que choisira l’agent orange, qui s’est viandé en venant (en scooter, j’ai d’abord cru, mais non : il n’avait pas de casque), pour arriver, avec toutes ses petites loupiotes rouges et pénibles pour détecter la fuite des fibres optiques et son pansement en forme de croix sur la main. Contrairement au mec d’il y a un an, il n’a pas peur des lapins, c’est même tout le contraire. D’ailleurs, ce sont bien les lapins qui sont au centre de tout lorsque le couperet tombe : Poulpir avait mangé le câble de la fibre (running gag)... Il me montrera un peu plus tard sa plaie ouverte à la paume, sous ce pansement qui collait mal. C’était assez profond. J’ai perdu pas mal de sang. J’avais la tête qui tourne. Vous croyez que je dois aller aux urgences, là ?

090219, version 2 (13 février 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |