270219


La marque La tranquera, avec son cheval sur le paquet, son ranch, est un peu forte à mon goût. Parajito et Kraus sont toujours un cran au-dessus. Je crains le pont de Tolbiac quand le soleil est blanc comme ça : tu es exposé à tout, il n’y a pas le moindre gramme d’ombre. Et au carrefour qui précède, catastrophe électrique : aucun feu ne fonctionne. C’est un joyeux bordel. Une équipe de techniciens est là, ils sont trois quatre à regarder, les yeux dans le vague, à deux trois mètres de distance, dans leurs gilets orange, l’armoire de câbles et de signaux béante, avec, posés sur cette espèce de placard métallique tout tagué, une demi-douzaine de ces gobelets de café à emporter, probablement vides désormais. Après mon rendez-vous ici avec quelqu’un je rentrerai dans la nuit avec mes lunettes de soleil faute d’avoir emporté avec moi mes lunettes tout court.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

270219, version 6 (30 mars 2019)

Publie.net, Paris
jpg/dsc_1455.jpg
La marque La tranquera, avec son cheval sur le paquet, son ranch, est un peu forte à mon goût. Parajito ( vérifier ) et Kraus ( vérifier ) sont toujours un cran au-dessus. Je crains le pont de Tolbiac quand le soleil est blanc comme ça : tu es exposé à tout, il n’y a pas le moindre gramme d’ombre. Et au carrefour qui précède, catastrophe électrique : aucun feu ne fonctionne. C’est un joyeux bordel. Une équipe de techniciens est là, ils sont trois quatre à regarder, les yeux dans le vague, à deux trois mètres de distance, dans leurs gilets orange, l’armoire de câbles et de signaux béante, avec, posés sur cette espèce de placard métallique tout tagué, une demi-douzaine de ces gobelets de café à emporter, probablement vides désormais . Après mon rendez-vous ici avec quelqu’un je rentrerai dans la nuit avec mes lunettes de soleil faute d’avoir emporté avec moi mes lunettes tout court.

270219, version 5 (29 mars 2019)

La marque La tranquera, avec son cheval sur le paquet, son et une espèce de ranchen fond , est un peu forte à mon goût. Parajito (vérifier) et Kraus (vérifier) sont toujours un cran au-dessus. Je crains le pont de Tolbiac quand le soleil est blanc comme ça : tu es exposé à tout, il n’y a pas le moindre gramme d’ombre. Et au carrefour qui précède, catastrophe électrique : aucun feu ne fonctionne. C’est un joyeux bordel. Une équipe de techniciens est là, ils sont trois quatre à regarder, les yeux dans le vague, à deux trois mètres de distance, dans leurs gilets orange, l’armoire de câbles et de signaux béante béantes , avec, posés sur cette espèce de placard métallique tout tagué, une demi-douzaine de ces gobelets de café à emporter, probablement vides. Après mon rendez-vous ici avec quelqu’un je rentrerai dans la nuit avec mes lunettes de soleil faute d’avoir emporté avec moi mes lunettes tout court.

270219, version 4 (29 mars 2019)

La marque La tranquera, avec son cheval sur le paquet, et une espèce de ranch en fond, est un peu forte à mon goût. Parajito (vérifier) et Kraus (vérifier) sont toujours un cran au-dessus. Je crains le pont de Tolbiac quand le soleil est blanc comme ça : tu es exposé à tout, il n’y a pas le moindre gramme d’ombre. Et au carrefour qui précède, catastrophe électrique : aucun feu ne fonctionne. C’est un joyeux bordel. Une équipe de techniciens est là, ils sont trois ou quatre à regarder, les yeux dans le vague, à deux ou trois mètres de distance, dans leurs gilets orange, l’armoire de câbles et de signaux béantes, avec, posés sur cette espèce de placard métallique tout tagué, une demi-douzaine de ces gobelets de café à emporter, probablement vides. Après mon rendez-vous ici avec quelqu’un un auteur je rentrerai dans la nuit avec mes lunettes de soleil faute d’avoir emporté avec moi mes lunettes tout court.

270219, version 3 (24 mars 2019)

La marque La tranquera, avec son cheval sur le paquet, et une espèce de ranch en fond, est un peu forte à mon goût. Parajito (vérifier) et Kraus (vérifier) sont toujours un cran au-dessus. Je crains le pont de Tolbiac quand le soleil est blanc comme ça : tu es exposé à tout, il n’y a pas le moindre gramme d’ombre. Et au carrefour qui précède, catastrophe électrique : aucun feu ne fonctionne. C’est un joyeux bordel. Une équipe de techniciens est là, ils sont trois ou quatre à regarder, les yeux dans le vague, à deux ou trois mètres de distance, dans leurs gilets orange, l’armoire de câbles et de signaux béantes, avec, posés sur cette espèce de placard métallique tout tagué, une demi-douzaine de ces gobelets de café à emporter, probablement vides. Après mon rendez-vous ici avec un auteur je rentrerai dans la nuit avec mes lunettes de soleil faute d’avoir emporté avec moi mes lunettes tout court.

270219, version 2 (27 février 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |