150319


Disons que pour te donner une idée de mon degré d’inattention à tout aujourd’hui je me rendrai compte un peu après 15 h que mon pull est resté à l’envers sur moi pendant quelque chose comme, donc, 7 h ou quoi. Et puis là j’expliquerai en marchant dans ses allées que mon souvenir des précédents salons du livre se mélange précisément parce que c’est là tout ce dont je me souviens de tous les précédents salons du livre mélangés : marcher pendant des heures dans des allées sans trop savoir (où, quand, qui, pourquoi, il y a plein de fin possible à cette question qui, étant fermée comme ça, n’est en réalité qu’une non-question, et fuck). Mais sans trop se tromper on peut supposer que ces précédents salons sont ponctués d’échanges avec des éditeurs et des auteurs plus ou moins enthousiastes quant à la réalité du salon (et du marché en général), d’échanges avec Hachette et/ou LSF quant à notre situation présente avec eux (fabrication, distribution, facturation...), parfois un ou deux achats de livres, souvent chercher au juste où l’on se trouve (et par rapport à quoi) et, toujours, tomber complètement par hasard sur un auteur qu’on aime présentement sur scène, soit en train de lire comme ce fut le cas une année avec Antoine Emaz, soit comme ici en train de répondre aux questions de Marie Richeux sur le studio de France Culture ouvert au public, et c’est Pierre Bergounioux. Là, j’envoie une photo discrétos à ma mère qui, comme chacun sait, en est fan (big time). Sur le stand de l’Ogre, après que des gamins de dix douze ans diront à haute et intelligible voix en passant dans notre dos J’AI ENVIE DE KEN, il est question de Tao Lin. Mais on peut dire que c’est la première année où je serai confronté à un genre de performance sauvage : une borne non pas d’arcade mais de Switch sur laquelle on peut essayer en démo un jeu artisanal (amateur ?) qui est en réalité un jeu de baston avec des personnages de Rabelais, imaginez plutôt. D’ailleurs, qui est le plus grand (ou gros) des deux, Pantagruel ou Gargantua ? Moi, j’ai plutôt tendance à dire pantagruélique que gargantuesque. Est-ce que ça veut dire la même chose ? Là, l’une des attaques spéciales de Panurge, c’est ses moutons, qui ne sont donc pas les siens comme chacun sait. Il y a même une technique qui envoie des paroles gelées à la gueule de l’adversaire, ainsi bien sûr qu’un gigantesque torchecul, c’est plutôt bien fichu ce machin. Après avoir discuté avec la meuf qui a créé tout ça, j’apprendrai que c’est construit avec le moteur MUGEN, c’est donc de la 2D pixelisée tout ce qu’il y a de plus old school, mon frère. Ce jeu n’est pas réellement destiné à être commercialisé mais sert plus dans les manifestations de ce type, ou genre à la BNF (on devrait aller à la BNF plus souvent). Il existe également une version jouable en ligne, on peut la trouver assez facilement sur le oueb (je pourrais dire les pages jaunes, mais je préfère dire le oueb). Son autre projet est de construire un autre jeu de baston 2D qui ferait cette fois s’opposer des célébrités mortes jeunes, par exemple Kurt Cobain VS Janice Joplin, James Dean VS Heath Ledger, Sid Vicious VS Aaliyah, XXXTentacion VS River Phoenix (il y en a toute une ribambelle, là encore une petite recherche permet de trouver facilement qui figure où et comment dans le roster). Elle a même fait l’effort d’inclure des célébrités d’autres temps (comme Billy the kid, Évariste Galois ou Charlotte Corday), qui ont tous des skins en noir et blanc, joli. Quel rapport avec la littérature ? Aucun (encore que, pour Billy the kid, il y avait ce livre vraiment bien écrit par Sébastien Doubinsky, dommage que l’un des lapins, j’ai oublié plus lequel, l’ait mangé — littéralement). Mais elle pourra par exemple démarcher le salon des pompes funèbres, si la chose existe. Dans le métro de retour (d’où vient / où va la douze ? qui suis-je, où vais-je et je est-il un autre ? ), je réalise que non seulement j’ai bien été inspiré de ne pas prendre la huit, bloquée suite à un incident mais également que H. et moi on ne se suit pas respectivement sur Twitter, ce qui est quand même assez curieux.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

150319, version 7 (17 avril 2019)

Publie.net, Mort, Métro, Paris, Twitter, Sébastien Doubinsky, H., Antoine Emaz, Lapins, Fantôme, François Rabelais, Mère, Tao Lin, Pierre Bergounioux, Daria, XXXTentacion
Disons que pour te donner une idée de mon degré d’inattention à tout de perché aujourd’hui je me rendrai compte un peu après 15 h que mon pull est resté à l’envers sur moi pendant quelque chose comme, donc, 7 h ou quoi. Et puis là j’expliquerai en marchant dans ses allées que mon souvenir des précédents salons du livre se mélange précisément parce que c’est là tout ce dont je me souviens de tous les précédents salons du livre mélangés : précisément marcher pendant des heures dans des allées sans trop savoir (où, quand, qui, pourquoi, il y a plein de fin possible à cette question qui, étant fermée comme ça, n’est en réalité qu’une non-question, il n’y aura donc même pas de point d’interrogation , et fuck). Mais sans trop se tromper on peut supposer que ces précédents salons sont ponctués d’échanges avec des éditeurs et des auteurs plus ou moins enthousiastes quant à la réalité du salon (et du marché en général), d’échanges d’échange avec Hachette et/ou LSF quant à [notre->https://www . notre situation présente avec eux ( fabrication , distribution , facturation ... publie.net] Peu importe . situation présente avec eux (fabrication, distribution, facturation...), parfois un ou deux achats de livres, souvent chercher au juste où l’on se trouve (et par rapport à quoi) et, toujours, tomber complètement par hasard sur un auteur qu’on aime présentement sur scène, soit en train de lire comme ce fut le cas une année avec Antoine Emaz, soit comme ici en train de répondre aux questions de Marie Richeux sur le studio de France Culture ouvert au public, et [c’est c’est Pierre Bergounioux->https://www Bergounioux .franceculture.fr/emissions/par-les-temps-qui-courent/pierre-bergounioux]. Là, j’envoie une photo discrétos à [ma mère->https://jardindombres . ma mère qui , comme chacun sait , en est fan ( big time ). blogspot.com] qui, comme chacun sait, en est fan (big time). Sur le stand de [l’Ogre->http://www.editionsdelogre.fr/books/catalog]Sur le stand de l’Ogre , après que des gamins de dix douze ans diront à haute et intelligible voix en passant dans notre dos J’AI ENVIE DE KEN, il est question de Tao Lin. Mais on peut dire que c’est la première année où je serai confronté à un genre de performance sauvage : une borne non pas d’arcade mais de Switch sur laquelle on peut essayer en démo un jeu artisanal (amateur ?) qui est en réalité un jeu de baston avec des personnages de Rabelais, imaginez plutôt. D’ailleurs, qui est le plus grand (ou gros) des deux, Pantagruel ou Gargantua ? Moi Mais moi , j’ai plutôt tendance à dire pantagruélique que gargantuesque. Est-ce que ça veut dire la même chose ? C’est encore une autre question. Là, l’une des attaques spéciales de Panurge, c’est ses moutons, qui ne sont donc pas les siens comme chacun sait. Il y a même une technique qui envoie des paroles gelées à la gueule de l’adversaire, ainsi bien sûr qu’un gigantesque torchecul, c’est plutôt bien fichu ce machin. Après avoir discuté avec la meuf qui a créé tout ça, j’apprendrai que c’est construit avec le moteur MUGEN, c’est donc de la 2D pixelisée tout ce qu’il y a de plus old school, mon frère. Ce jeu n’est pas réellement destiné à être commercialisé mais sert plus dans les manifestations de ce type, ou genre à la BNF (on devrait aller à la BNF plus souvent). Il existe également une version jouable en ligne, on peut la trouver assez facilement sur le oueb (je pourrais dire les pages jaunes, mais je préfère dire le oueb). Son autre projet est de construire un autre jeu de baston 2D qui ferait cette fois s’opposer des célébrités mortes jeunes, par exemple Kurt Cobain VS Janice Joplin, James Dean VS Heath Ledger, Sid Vicious VS Aaliyah, XXXTentacion VS River Phoenix (il y en a toute une ribambelle, là encore une petite recherche permet de trouver facilement qui figure où et comment dans le roster). Elle a même fait l’effort d’inclure des célébrités d’autres temps (comme Billy the kid, Évariste Galois ou Charlotte Corday), qui ont tous des skins en noir et blanc, joli. Quel rapport avec la littérature ? Aucun (encore que, pour Billy the kid, il y avait [ce ce livre vraiment bien écrit par Sébastien Doubinsky->https://charybde2 . Doubinsky , je crois , dommage que l’un des lapins , je sais plus lequel , l’ait mangé oui , littéralement ). wordpress.com/2014/03/03/note-de-lecture-quien-es-sebastien-doubinsky/], dommage que l’un des lapins, j’ai oublié plus lequel, l’ait mangé — littéralement). Mais elle pourra par exemple démarcher le salon des pompes funèbres, si la chose existe. Dans le métro de retour (d’où vient / où va la douze ? qui suis-je, où vais-je et je est-il un autre ? ), je réalise que non seulement j’ai bien été inspiré de ne pas prendre la huit, bloquée suite à [un incident->article4243] un incident mais également que H . mais également que [H.->mot59] et moi on ne se suit pas respectivement sur Twitter, ce qui est quand même assez curieux.
jpg/dsc_1494.jpg

150319, version 6 (16 avril 2019)

Disons que pour te donner une idée de mon degré de perché perchétude aujourd’hui je me rendrai compte un peu après 15 h 15h que mon pull est resté à l’envers sur moi pendant quelque chose comme, donc, 7 h 7h ou quoi. Et puis là j’expliquerai en marchant dans ses des allées que mon souvenir des précédents salons du livre se mélange précisément parce que c’est là tout ce dont je me souviens de tous les précédents salons du livre mélangés : précisément marcher pendant des heures dans des allées sans trop savoir (où, quand, qui, pourquoi, il y a plein de fin possible à cette question qui, étant fermée comme ça, n’est en réalité qu’une non-question, il n’y aura donc même pas de point d’interrogation, et fuck). Mais sans trop se tromper on peut supposer que ces précédents salons sont ponctués d’échanges avec des éditeurs et des auteurs plus ou moins enthousiastes quant à la réalité du salon (et du marché en général), d’échange avec Hachette et/ou LSF quant à notre situation présente avec eux (fabrication, distribution, facturation...), parfois un ou deux achats de livres, souvent chercher au juste où l’on se trouve (et par rapport à quoi) et, toujours, tomber complètement par hasard sur un auteur qu’on aime présentement sur scène, soit en train de lire comme ce fut le cas une année avec Antoine Emaz, soit comme ici en train de répondre aux questions de Marie Richeux sur le studio de France Culture ouvert au public, et c’est Pierre Bergounioux. Là, j’envoie une photo discrétos à ma mère qui, comme chacun sait, en est fan (big time). Sur le stand de l’Ogre, après que des gamins de dix douze ans diront à voix haute et intelligible voix en passant dans notre dos J’AI ENVIE DE KEN, il est question de Tao Lin. Mais on peut dire que c’est la première année où je serai confronté à un genre de performance sauvage : une borne non pas d’arcade mais de Switch sur laquelle on peut essayer en démo un jeu artisanal (amateur ?) qui est en réalité un jeu de baston avec des personnages de Rabelais, imaginez plutôt. D’ailleurs, qui est le plus grand (ou gros) des deux, Pantagruel ou Gargantua ? Peu importe. Mais moi, j’ai plutôt tendance à dire pantagruélique que gargantuesque. Est-ce que ça veut dire la même chose ? C’est encore une autre question. Là, l’une des attaques spéciales de Panurge, c’est ses moutons, qui ne sont donc pas les siens comme chacun sait. Il y a même une technique qui envoie des paroles gelées à la gueule de l’adversaire, ainsi bien sûr qu’un gigantesque torchecul c’est plutôt bien fichu ce machin. Après avoir discuté avec la meuf qui a créé tout ça, j’apprendrai que c’est construit avec le moteur MUGEN, c’est donc de la 2D pixelisée tout ce qu’il y a de plus old school, mon frère. Ce jeu n’est pas réellement destiné à être commercialisé mais sert plus dans les manifestations de ce type, ou genre à la BNF (on devrait aller à la BNF plus souvent). Il existe également une version jouable en ligne, on peut la trouver assez facilement sur le oueb (je pourrais dire les pages jaunes, mais je préfère dire le oueb). Son autre projet est de construire un autre jeu de baston 2D qui ferait cette fois s’opposer des célébrités mortes jeunes, par exemple Kurt Cobain VS Janice Joplin, James Dean VS Heath Ledger, Sid Vicious VS Aaliyah, XXXTentacion VS River Phoenix (il y en a toute une ribambelle, là encore une petite recherche permet de trouver facilement qui figure où et comment dans le roster). Elle a même fait l’effort d’inclure des célébrités d’autres temps (comme Billy the kid, Évariste Galois ou Charlotte Corday), qui ont tous des skins en noir et blanc, joli. Quel rapport avec la littérature ? Aucun (encore que, pour Billy the kid, il y avait ce livre vraiment bien écrit par Sébastien Doubinsky, je crois, dommage que l’un des lapins, je sais plus lequel, l’ait mangé — oui, littéralement). Mais elle pourra par exemple démarcher le salon des pompes funèbres, si la chose existe. Dans le métro de retour (d’où vient / où va la douze ? qui suis-je, où vais-je et je est-il un autre ? ), je réalise que non seulement j’ai bien été inspiré de ne pas prendre la huit, bloquée suite à un incident mais également que H. et moi on ne se suit pas respectivement sur Twitter, ce qui est quand même assez curieux.

150319, version 5 (15 avril 2019)

Disons que pour te donner une idée de mon degré de perchétude perché aujourd’hui je me rendrai compte un peu après 15h que mon pull est resté à l’envers sur moi pendant quelque chose comme, donc, 7h ou quoi. Et puis là j’expliquerai en marchant dans des allées que mon souvenir des précédents salons du livre se mélange précisément parce que c’est là tout ce dont je me souviens de tous les précédents salons du livre mélangés : précisément marcher pendant des heures dans des allées sans trop savoir (où, quand, qui, pourquoi, il y a plein de fin possible à cette question qui, étant fermée comme ça, n’est en réalité qu’une non-question, il n’y aura donc même pas de point d’interrogation , fuck ). Mais sans trop se tromper on peut supposer que ces précédents salons sont ponctués d’échanges avec des éditeurs et des auteurs plus ou moins enthousiastes quant à la réalité du salon (et du marché marché en général), d’échange avec Hachette et/ou LSF quant à notre situation présente avec eux (fabrication, distribution, facturation...), parfois un ou deux achats de livres, souvent chercher au juste où l’on se trouve (et par rapport à quoi) et, toujours, tomber complètement par hasard sur un auteur qu’on aime présentement sur scène, soit en train de lire comme ce fut le cas une année avec Antoine Emaz, soit comme ici en train de répondre aux questions de Marie Richeux sur le studio de France Culture ouvert au public, et c’est Pierre Bergounioux. Là, j’envoie une photo discrétos à ma mère qui, comme chacun sait, en est fan ( big time ). . Sur le stand de l’Ogre, après que des gamins de dix douze ans diront à voix haute en passant dans notre dos J’AI ENVIE DE KEN, il est question de Tao Lin. Mais on peut dire que c’est la première année où je serai confronté à un genre de performance sauvage : une borne non pas d’arcade mais de Switch sur laquelle on peut essayer en démo un jeu artisanal (amateur ?) qui est en réalité un jeu de baston avec des personnages de Rabelais, imaginez plutôt. D’ailleurs, qui est le plus grand (ou gros) des deux, Pantagruel ou Gargantua ? Peu importe. Mais moi, j’ai plutôt tendance à dire pantagruélique que gargantuesque. Est-ce que ça veut dire la même chose ? C’est encore une autre question. , l’une L’une des attaques spéciales de Panurge, c’est ses moutons, qui ne sont donc pas les siens comme chacun sait. Il y a même une technique qui envoie des paroles gelées à la gueule de l’adversaire, c’est plutôt bien fichu ce machin. Après avoir discuté avec la meuf qui a créé ça, j’apprendrai que c’est construit avec le moteur MUGEN, c’est donc de la 2D pixelisée tout ce qu’il y a de plus plos old school, mon frère . Ce jeu n’est pas réellement destiné à être commercialisé mais sert plus dans les manifestations de ce type, ou genre à la BNF (on devrait aller à la BNF plus souvent). Il existe également une version jouable en ligne, on peut la trouver assez facilement sur le oueb (je pourrais dire les pages jaunes, mais je préfère dire le oueb). Son autre projet est de construire un autre jeu de baston 2D qui ferait cette fois s’opposer des célébrités mortes jeunes, par exemple Kurt Cobain VS Janice Joplin, James Dean VS Heath Ledger, Sid Vicious VS Aaliyah, XXXTentacion VS River Phoenix (il y en a toute une ribambelle, là encore une petite recherche permet de trouver facilement qui figure et comment dans le roster). Elle a même fait l’effort d’inclure des célébrités d’autres temps (comme Billy the kid, Évariste Galois ou Charlotte Corday), qui ont tous des skins en noir et blanc, joli . Quel rapport avec la littérature ? Aucun (encore que, pour Billy the kid, il y avait ce livre vraiment bien écrit par Sébastien Doubinsky, je crois, dommage que l’un des lapins, je sais plus lequel, l’ait mangé — oui, littéralement). Aucun. Mais elle pourra par exemple démarcher le salon des pompes funèbres, si la chose existe. Dans le métro de retour (d’où vient / où va la douze ? qui suis-je, où vais-je et je est-il un autre ? je ne sais plus ), je réalise que non seulement j’ai bien été inspiré de ne pas prendre la huit, bloquée suite à un incident mais également que H. et moi on ne se suit pas respectivement sur Twitter, ce qui est quand même assez curieux.

150319, version 4 (16 mars 2019)

Disons que pour te donner une idée de mon degré de perché aujourd’hui je me rendrai compte un peu après 15h que mon pull est resté à l’envers sur moi pendant quelque chose comme, donc, 7h ou quoi. Et puis là j’expliquerai en marchant dans des allées que mon souvenir des précédents salons du livre se mélange précisément parce que c’est là tout ce dont je me souviens de tous les précédents salons du livre mélangés : précisément marcher pendant des heures dans des allées sans trop savoir (où, quand, qui, pourquoi, il y a plein de fin possible à cette question qui, étant fermée comme ça, n’est en réalité qu’une non-question). Mais sans trop se tromper on peut supposer que ces précédents salons sont ponctués d’échanges avec des éditeurs et des auteurs plus ou moins enthousiastes quant à la réalité du salon (et du marché en général), d’échange avec Hachette et/ou LSF quant à notre situation présente avec eux (fabrication, distribution, facturation...), parfois un ou deux achats de livres, souvent chercher au juste où l’on se trouve (et par rapport à quoi) et, toujours, tomber complètement par hasard sur un auteur qu’on aime présentement sur scène, soit en train de lire comme ce fut le cas une année avec Antoine Emaz, soit comme ici en train de répondre aux questions de Marie Richeux sur le studio de France Culture ouvert au public, et c’est Pierre Bergounioux. Là, j’envoie une photo discrétos à ma mère qui, comme chacun sait, en est fan. Sur le stand de l’Ogre, après que des gamins de dix douze ans diront à voix haute en passant dans notre dos J’AI ENVIE DE KEN, il est question de Tao Lin. Mais on peut dire que c’est la première année où je serai confronté à un genre de performance sauvage : une borne non pas d’arcade mais de Switch sur laquelle on peut essayer en démo un jeu artisanal (amateur ?) qui est en réalité un jeu de baston avec des personnages de Rabelais, imaginez plutôt. D’ailleurs, qui est le plus grand (ou gros) des deux, Pantagruel ou Gargantua ? Peu importe. L’une des attaques spéciales de Panurge, c’est ses moutons, qui ne sont donc pas les siens comme chacun sait. Il y a même une technique qui envoie des paroles gelées à la gueule de l’adversaire, c’est plutôt bien fichu ce machin. Après avoir discuté avec la meuf qui a créé ça, j’apprendrai que c’est construit avec le moteur MUGEN, c’est donc de la 2D pixelisée tout ce qu’il y a de plos old school. Ce jeu n’est pas réellement destiné à être commercialisé mais sert plus dans les manifestations de ce type, ou genre à la BNF (on devrait aller à la BNF plus souvent). Il existe également une version jouable en ligne, on peut la trouver assez facilement sur le oueb (je pourrais dire les pages jaunes, mais je préfère dire le oueb). Son autre projet est de construire un autre jeu de baston 2D qui ferait cette fois s’opposer des célébrités mortes jeunes, par exemple Kurt Cobain VS Janice Joplin, James Dean VS Heath Ledger, Sid Vicious VS Aaliyah, XXXTentacion VS River Phoenix (il y en a toute une ribambelle, là encore une petite recherche permet de trouver facilement qui figure dans le roster). Elle a même fait l’effort d’inclure des célébrités d’autres temps (comme Billy the kid, Évariste Galois ou Charlotte Corday), qui ont tous des skins en noir et blanc. Quel rapport avec la littérature ? Aucun. Mais elle pourra par exemple démarcher le salon des pompes funèbres, si la chose existe. Dans le métro de retour (d’où vient / où va la douze ? je ne sais plus), je réalise que non seulement j’ai bien été inspiré de ne pas prendre la huit, bloquée suite à un incident mais également que H. et moi on ne se suit pas respectivement sur Twitter, ce qui est quand même assez curieux.

150319, version 3 (16 mars 2019)

Disons que pour te donner une idée de mon degré de perché aujourd’hui je me rendrai compte un peu après 15h que mon pull est resté à l’envers sur moi pendant quelque chose comme, donc, 7h ou quoi. Et puis là j’expliquerai en marchant dans des allées que mon souvenir des précédents salons du livre se mélange précisément parce que c’est là tout ce dont je me souviens de tous les précédents salons du livre mélangés : précisément marcher pendant des heures dans des allées sans trop savoir (où, quand, qui, pourquoi, il y a plein de fin possible à cette question qui, étant fermée comme ça, n’est en réalité qu’une non-question). Mais sans trop se tromper on peut supposer que ces précédents salons sont ponctués d’échanges avec des éditeurs et des auteurs plus ou moins enthousiastes quant à la réalité du salon (et du marché en général), d’échange avec Hachette et/ou LSF quant à notre situation présente avec eux (fabrication, distribution, facturation...), parfois un ou deux achats de livres, souvent chercher au juste où l’on se trouve (et par rapport à quoi) et, toujours, tomber complètement par hasard sur un auteur qu’on aime présentement sur scène, soit en train de lire comme ce fut le cas une année avec Antoine Emaz, soit comme ici en train de répondre aux questions de Marie Richeux sur le studio de France Culture ouvert au public, et c’est Pierre Bergounioux. Là, j’envoie une photo discrétos à ma mère qui, comme chacun sait, en est fan. Mais on peut dire que c’est la première année où je serai confronté à un genre de performance sauvage : une borne non pas d’arcade mais de Switch sur laquelle on peut essayer en démo un jeu artisanal (amateur ?) qui est en réalité un jeu de baston avec des personnages de Rabelais, imaginez plutôt. D’ailleurs, qui est le plus grand (ou gros) des deux, Pantagruel ou Gargantua ? Peu importe. L’une des attaques spéciales de Panurge, c’est ses moutons, qui ne sont donc pas les siens comme chacun sait. Il y a même une technique qui envoie des paroles gelées à la gueule de l’adversaire, c’est plutôt bien fichu ce machin. Après avoir discuté avec la meuf qui a créé ça, j’apprendrai que c’est construit avec le moteur MUGEN, c’est donc de la 2D pixelisée tout ce qu’il y a de plos old school. Ce jeu n’est pas réellement destiné à être commercialisé mais sert plus dans les manifestations de ce type, ou genre à la BNF (on devrait aller à la BNF plus souvent). Il existe également une version jouable en ligne, on peut la trouver assez facilement sur le oueb (je pourrais dire les pages jaunes, mais je préfère dire le oueb). Son autre projet est de construire un autre jeu de baston 2D qui ferait cette fois s’opposer des célébrités mortes jeunes, par exemple Kurt Cobain VS Janice Joplin, James Dean VS Heath Ledger, Sid Vicious VS Aaliyah, XXXTentacion VS River Phoenix (il y en a toute une ribambelle, là encore une petite recherche permet de trouver facilement qui figure dans le roster). Elle a même fait l’effort d’inclure des célébrités d’autres temps (comme Billy the kid, Évariste Galois ou Charlotte Corday), qui ont tous des skins en noir et blanc. Quel rapport avec la littérature ? Aucun. Mais elle pourra par exemple démarcher le salon des pompes funèbres, si la chose existe. Dans le métro de retour (d’où vient / où va la douze ? je ne sais plus), je réalise que non seulement j’ai bien été inspiré de ne pas prendre la huit, bloquée suite à un incident mais également que H. et moi on ne se suit pas respectivement sur Twitter, ce qui est quand même assez curieux.

150319, version 2 (15 mars 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |