Claro, CosmoZ


D’autres ont déjà écrit, et bien écrit, avant moi sur CosmoZ, dernier livre de Claro sorti récemment chez Actes Sud. Je suis un peu à la traine. Mais pas beaucoup.

cosmoz.jpg

1900 : point d’exclamation du vingtième siècle encore à venir, départ choisi d’un périple initiatique qui court jusqu’aux années cinquante. 1900 : date d’écriture du Magicien d’Oz, par L. Franck Baum (baum baum baum). Date aussi choisie par Claro pour la propulsion de ses personnages, les oziens, dans un monde parallèle truffé d’angoisse et de chair en suspens, monde parfois appelé Histoire, nôtre ou réalité. Les personnages du Magicien d’Oz sont crachés depuis la langue de l’écrivain vers le monde véritable comme une difformité palpable, une déviance du langage. CosmoZ (C majuscule, Z majuscule, écho possible à eXistenZ, de David Cronenberg, qui creusait d’autres types de réalités parallèles ?) articule leur quête pour retrouver la route de briques jaunes censés les guider vers leur Oz véritable, El Dorado des fictifs : leur matrice, leur monde, leur réalité.

C’est un très long voyage, une migration vers d’autres états de conscience, d’autres conditions de déperdition. D’autres pulsions, aussi. Dorothy reste Dorothy mais elle devient également toutes sortes de femmes possibles, la voilà infirmière au chevet d’invalides de guerre, le visage penché sur des corps décousus, diminués, furieux d’être encore ; puis Dorothy s’envole, elle laisse passer sous elle l’océan susceptible ; elle est désormais ouvrière dans un atelier d’horlogerie, occupée à sucer la pointe de pinceaux nimbés de radium, mais les aiguilles tournent, déjà un orage remodèle le paysage des rues et des champs, elle perd des amis, gagne des soucis, travaille dans la quincaillerie familiale et vend des aspirateurs, du grillage pour poulailler, du barbelé au mètre, elle prolonge son avenir au-delà du raisonnable, fait exploser le monde et puis meurt, renaît et oublie, accomplit des milliers de gestes en un seul mouvement et échafaude cent stratégies d’une seule décision.
Claro, CosmoZ, Actes Sud, P.59

Dorothy ouvre le livre dans un prologue qui la catapulte dans le texte « Tu t’appelles Dorothy, tu es une petite fille et tu vis au Kansas ». L’épouvantail, le bûcheron en fer-blanc, les munchkins et le chien Toto la rejoindront. D’autres encore. Chaque initiation est aussi une quête : la quête des personnages extirpés d’Oz est aussi celle du livre, est aussi celle du siècle : « savoir comment finit le monde et pourquoi il ne cesse de recommencer. » Et le Magicien répond : « il est temps de traverser les sables mortels. »

the-wizard-of-oz.jpg

L’écrire c’est déjà un peu se tromper : bien sûr que l’ombre de Pynchon plane sur la page blanche de CosmoZ, avant même d’ouvrir le livre. Rappelons que Claro a traduit Pynchon, et notamment Contre-jour, il y a deux ans, qui, se terminant Rue du Départ, orchestrait ni plus ni moins la naissance du siècle. Claro entreprend d’en saisir la première moitié : de 1900 à 1956, et ce faisant s’extirpe à son tour de l’ombre du géant américain.

Quand le train a quitté la gare, Eizik m’a montré du doigt l’énorme horloge en train de rétrécir et m’a dit : Nous ne partageons pas les mêmes secondes qu’eux. Nos minutes n’ont rien à voir avec leurs minutes, leurs heures avec nos heures. Nous sommes à l’extrémité de ces aiguilles et eux au centre, et nos circonférences ont beau tourner autour du même axe, nous tremblons toujours un peu avant d’aller d’un chiffre à un autre, tandis qu’eux glissent comme s’ils patinaient autour du trou du temps, prêts à harponner le précieux poisson.
Quel poisson ?
Le poisson... du... du moment !
P. 86-87.

Plus qu’un voyage à travers la fiction (Le Magicien d’Oz, bien sûr, mais pas seulement), CosmoZ est un voyage à travers le temps. Eizik ou Avram (sait-on jamais lequel écrit ?) a raison : les oziens sont décalés par rapport aux époques qu’ils traversent. Étrangers aux morbides préoccupations du monde (la guerre, le cirque, la manipulation génique, le travail, la fuite, la guerre encore, la mort souvent) ils ne savent vivre que dans un seul moment : celui de la quête d’Oz, bien sûr. D’ailleurs les personnages ne vieillissent pas, déshumanisés par les circonstances (prenons l’exemple d’Oscar Crow, l’épouvantail, et Nick Chopper, le bucheron en fer-blanc, rescapés de la Grande Guerre et respectivement privés de mémoire et d’enveloppe humaine, mais remis sur pieds ou reconstruits par la main de l’homme dans le seul but de les rendre productif au travail), désarticulés par les flux du Temps, ils demeurent malgré tout en quête de la route de briques jaunes qui refuse d’apparaître. Voilà le moment dont ils sont prisonniers, voilà le poisson (poison ?) qu’il leur reste à harponner. Au bout du périple, qu’y-a-t-il ? On en revient à la question originelle posée par Dorothy au Magicien : le Temps est une boucle insondable.

losalamos.jpg

Et la boucle un pont en suspension qui pourrait bien relier CosmoZ au Fond du ciel, de Rodrigo Fresán, comme l’esquisse Antonio Werli dans son article, et comme je l’ai par la suite signalé dans mes dernières notes sur Le fond du ciel. Un point géographique mesure d’ailleurs l’écart minimum entre les deux, l’un semblant passer le relais à l’autre : il s’agit de Los Alamos, New Mexico, et de l’explosion de la première bombe atomique, concrétisation du projet Manhattan.

Pareille à un cerveau arraché à sa boîte crânienne, la reine plutonium envahit le ciel et efface le visible, aspirant toutes les particules de poussière afin de s’en faire une couronne d’un brun or et sépia. Des milliers de tonnes de sable en ébullition sont avalées par son titanesque fondement puis régurgitées en un geyser inextinguible – et l’Ombre ! enfin enfin enfin ! tombe.
P.471
« Ne dis rien. Écoute », m’a-t-il ordonné.
Alors j’ai entendu un son nouveau et pour moi inédit. Le son de quelque chose resté jusqu’alors derrière une porte close car nul n’en avait jamais trouvé la clé. Le son de la lumière et de l’ombre, de milliers de soleils annonçant l’arrivée de l’obscurité.
« Si tu voyais ce que je vois, Isaac ! » s’est écrié Ezra.
Rodrigo Fresán, Le fond du ciel, Seuil, trad : Isabelle Gugnon, P. 104.

Ce trait d’union entre les deux bouquins, très proches bien que profondément autres (ou très différents quoique radicalement proches) articule, je pense, un point de bascule important entre un Temps droit et linéaire, fait de briques jaunes tracées au loin, qu’incarne CosmoZ, et un Temps brutal, éparpillé, présent passé futur incarné à la fois, un Temps absent où tout existe en même temps : un Temps sans temps, somme toute, comme l’écrit Fresán. Un moment à partir duquel le Temps ne peut que se dérégler, buguer comme un système informatique saturé de redondances cycliques. Voilà la grande rencontre de ces deux fictions contradictoires et voilà aussi leur profonde incompatibilité.

Allons donc, nous sommes de toute façon entrés dans le siècle des adaptations, les formes ne nous évoquent plus que des formes, nous quittons telle coquille pour nous réfugier dans telle carapace, les larves migrent, les peaux muent, mais l’armature, la grille, le squelette persistent – et ce sont encore les charniers qui connaissent les meilleures, les plus fidèles, les plus ambitieuses adaptations, ce sont les ghettos dont on favorise la reproduction avec le plus d’enthousiasme, à grand renfort de barbelés toujours plus illisibles, les immenses parcs à thème de la souffrance, avec pour objectif la concentration de tous les camps en un seul, l’ultime zoo de la douleur humaine, sans cesse mis en scène, au prix d’infinies répétitions, chaque échec consommant le succès prochain, les figurants toujours plus nombreux, toujours lus rampants, écrasés sous la fanfare des accessoires, fièvres, virus, microbes, coups coups coups, le corps adaptant la mort, l’esprit adaptant la nuit, la viande adaptant la viande, le cri adaptant le silence, le scalpel adaptant le progrès, la cruauté adaptant jusqu’au geste lui-même, n’importe quel geste, sans le moindre remords (…)
P.349

Et, clin d’oeil, Claro adapte Le Magicien d’Oz (le livre, la pièce, le film, l’extravaganza) pour une plongée plus torve encore dans les méandres des méandres du siècle. Il pirate le conte et le renverse (« anti-féerie », dit l’éditeur en quatrième de couverture). Il subvertit en métamorphosant la narration (multiple, à la fois précise et prolixe, la langue utilisée garde aussi tout son humour, toute sa distance, toute sa méticulosité). Il re-produit. Il inquiète.

D’autres hOriZons :

Fric-Frac Club : François Monti & Antonio Werli
Tierslivre
La ruelle bleue
Lesoir.be
Culture Café : critique & entretien avec Claro
L’[email protected] [email protected] (extraits) : #1 & #2

Le blog de Claro : Le clavier cannibale

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |