280319


Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillés puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais cédé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, je crois que le terme exact serait il n’est pas très enclin, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, là, cette exposition ayant déjà eu lieu en 2018, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage de n’avoir jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être soi-même) [1]. Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main from scratch ? Ici, je me suis mis à tester la Kobo Forma pour relire et annoter un texte. Ça fonctionne assez bien pour la prise de notes en elle-même, l’écran est assez réactif, rapide, il convient alors de coder des remarques que l’on sera ensuite à même de comprendre plus tard lorsque sera venu le moment de les reporter dans le traitement de texte, alors je me retrouve à inonder l’écran de n,, de ,n, de X ou de Md, ça se corse en revanche lorsqu’il faut toutes les reprendre (et les comprendre). Cette liseuse à une bonne ergonomie notamment quand on la place en paysage, et la housse permet de la faire tenir inclinée comme on le ferait d’une tablette, mais le dispositif de gestion des notes lui ne s’oriente qu’en portrait, du coup on peut voir le texte en paysage mais pas les notes qu’on a pu prendre. Dans cette émission sur France Culture sur la douleur : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue. Glups. Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému).

30 avril 2019
par Guillaume Vissac
Journal
#Chris Marker #Corps #Football #Lapins #Mort #Publie.net #Rêve #Temps

[1Cette phrase avait peut-être un sens au moment de l’écriture, mais à l’heure de sa mise en ligne, je suis juste incapable de le retrouver.

<  -  >

Partager

Révisions

8 révisions

280319, version 9 (30 avril 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillés puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moiSorti de cette situation inextricable j’avais co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double , nous nous étions brouillés puis vertement opposés , puis après qu’il m’avait menacé , fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé , las , fatigué , chez moi , c’est-à-dire pas chez moi , où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais cédé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, je crois que le terme exact serait il n’est pas très enclin, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, , cette exposition ayant déjà eu lieu en 2018, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage de n’avoir jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être soi-même) [1]. soi-même ). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette [question question des emballages plastiques->article4363] plastiques à comme mis en branle  : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui . à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain demain matin . matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journalJe ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal ( ou alors seulement dans le journal ) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main from scratch de zéro ? Ici, je me suis mis à tester [la la Kobo Forma->article4337] Forma pour relire et annoter un texte . pour relire et annoter un texte. Ça fonctionne assez bien pour la prise de notes en elle-même, l’écran est assez réactif, et rapide, il convient alors de coder des remarques que l’on sera ensuite à même de comprendre plus tard lorsque sera venu le moment de les reporter dans le traitement de texte, alors je me retrouve à inonder l’écran de n,, de ,n, de X ou de Md, ça se corse en revanche lorsqu’il faut toutes les reprendre ( et les comprendre ). . Cette liseuse à une bonne ergonomie notamment quand on la place en paysage, et la housse permet de la faire tenir inclinée comme on le ferait d’une tablette, mais le dispositif de gestion des notes lui ne s’oriente qu’en portrait, du coup on peut voir le texte en paysage mais pas les notes qu’on a pu prendre. Dans cette émission sur France Culture sur la douleur : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue. Glups. Mais j’ai encore Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému).

[1Cette phrase avait peut-être un sens au moment de l’écriture , mais à l’heure de sa mise en ligne , je suis juste incapable de le retrouver .

Publie.net, Mort, Corps, Temps, Rêve, Lapins, Football, Chris Marker
jpg/img_20190328_155702_975.jpg

280319, version 8 (29 avril 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillés puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais cédé laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, je crois que le terme exact serait il n’est pas très enclin, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu en 2018, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage de n’avoir jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être soi-même). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main de zéro ? Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému). Dans cette émission sur France Culture sur la douleur : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue. Ici, je me suis mis à tester la Kobo Forma pour relire et annoter un texte. Ça fonctionne assez bien pour la prise de notes en elle-même, l’écran est assez réactif et rapide, il convient alors de coder des remarques que l’on sera ensuite à même de comprendre plus tard lorsque sera venu le moment de les reporter dans le traitement de texte, alors je me retrouve à inonder l’écran de n,, de ,n, de X ou de Md, ça se corse en revanche lorsqu’il faut toutes les reprendre. Cette liseuse à bonne ergonomie notamment quand on la place en paysage, et la housse permet de la faire tenir inclinée comme on le ferait d’une tablette, mais le dispositif de gestion des notes lui ne s’oriente qu’en portrait, du coup on peut voir le texte en paysage mais pas les notes qu’on a pu prendre.

280319, version 7 (27 avril 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillés puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, je crois que le terme exact serait il n’est pas très enclin , voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu en 2018, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage de n’avoir jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être soi-même lui-même ). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main de zéro ? Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému). Dans cette émission sur France Culture sur la douleur : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue. Ici, je me suis mis à tester la Kobo Forma pour relire et annoter un texte publie ( un texte. court ). Ça fonctionne assez bien pour la prise de notes en elle-même, l’écran est assez réactif et rapide, il convient alors de coder des remarques que l’on sera ensuite à même de comprendre plus tard lorsque sera venu le moment de les reporter dans le traitement de texte, alors je me retrouve à inonder l’écran de n,, de ,n, de X ou de Md, ça se corse en revanche lorsqu’il faut toutes les reprendre. Cette liseuse à bonne ergonomie notamment quand on la place en paysage, et la housse permet de la faire tenir inclinée comme on le ferait d’une tablette, mais le dispositif de gestion des notes lui ne s’oriente qu’en portrait, du coup on peut voir le texte en paysage mais pas les notes qu’on a pu prendre.C’était un coup d’essai.

280319, version 6 (18 avril 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillés brouillé puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu en 2018 l’an dernier , et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage de n’avoir n’ai jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être lui-même). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main de zéro ? Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému). Dans cette émission sur France Culture sur la douleur : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue. Ici, je me suis mis à tester la Kobo Forma pour relire et annoter un texte publie (un texte court). Ça fonctionne assez bien pour la prise de notes en elle-même, l’écran est assez réactif et rapide, il convient alors de coder des remarques que l’on sera ensuite à même de comprendre plus tard lorsque sera venu le moment de les reporter dans le traitement de texte, alors je me retrouve à inonder l’écran de n,, de ,n, de X ou de Md, ça se corse en revanche lorsqu’il faut toutes les reprendre. Cette liseuse à bonne ergonomie notamment quand on la place en paysage, et la housse permet de la faire tenir inclinée comme on le ferait d’une tablette, mais le dispositif de gestion des notes lui ne s’oriente qu’en portrait, du coup on peut voir le texte en paysage mais pas les notes qu’on a pu prendre. C’était un coup d’essai.

280319, version 5 (28 mars 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillé puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu l’an dernier, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage n’ai jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être lui-même). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main de zéro ? Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému). Dans cette émission sur France Culture sur la douleur : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue. Ici, je me suis mis à tester la Kobo Forma pour relire et annoter un texte publie (un texte court). Ça fonctionne assez bien pour la prise de notes en elle-même, l’écran est assez réactif et rapide, il convient alors de coder des remarques que l’on sera ensuite à même de comprendre plus tard lorsque sera venu le moment de les reporter dans le traitement de texte, alors je me retrouve à inonder l’écran de n,, de ,n, de X ou de Md, ça se corse en revanche lorsqu’il faut toutes les reprendre. Cette liseuse à bonne ergonomie notamment quand on la place en paysage, et la housse permet de la faire tenir inclinée comme on le ferait d’une tablette, mais le dispositif de gestion des notes lui ne s’oriente qu’en portrait, du coup on peut voir le texte en paysage mais pas les notes qu’on a pu prendre. C’était un coup d’essai.

280319, version 4 (28 mars 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillé puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu l’an dernier, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage n’ai jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être lui-même). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main de zéro ? Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému). Dans [cette émission sur France Culture sur la douleur->https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/la-douleur-14-ecouter-la-plainte]  : je n’ai pas eu de formation sur la douleur, je suis neurologue.

280319, version 3 (28 mars 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillé puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu l’an dernier, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage n’ai jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être lui-même). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin. Je ne suis toujours pas satisfait par l’idée de publier des récits dérivés de mes rêves dans le journal (ou alors seulement dans le journal) et cela fait des années que je peine à leur trouver un lieu à eux, l’expérience Textopoly ayant tourné court. L’idéal, ce serait sans doute de pouvoir les stocker dans un espace géographique en ligne, construit par un équivalent d’Openstreetmap mais pour les contrées imaginaires, et de les punaiser à des endroits correspondant à leur substance. Est-ce qu’un tel outil existe et, si oui, est-il facile à prendre en main de zéro ? Mais j’ai encore mis mon pull à l’envers aujourd’hui et j’ai préféré m’en détourner car, au même moment sans doute, mon attention se sera fixée sur autre chose : les mots plage et pelage sont voisins d’une seule lettre (et, quelque part, j’ignore encore pourquoi, ça m’a ému).

280319, version 2 (28 mars 2019)

Sorti de cette situation inextricable où j’avais dû co-écrire un interminable essai sur l’art avec mon propre double, où nous nous étions brouillé puis vertement opposés, puis après qu’il m’avait menacé, fait tomber dans une sorte de guet-apens universitaire puis m’avait retrouvé, las, fatigué, chez moi, c’est-à-dire pas chez moi, où il avait décidé de m’éliminer purement et simplement du tableau pour récolter tous les lauriers du livre, j’avais fini par abandonner toute résistance, je m’en étais remis à lui corps et âme, je lui avais laissé le manuscrit, mes propres affaires, l’arme que je m’étais procurée pour me défendre de lui et j’avais dit, pendant que Poulpir s’agitait entre nous, vouloir manger quelque chose avant tout, mais avant quoi ?, je crois que même lui n’était plus tout à fait sûr de vouloir me tuer, voyant précisément comment je m’abandonne à ça, la possibilité qu’il me tue, il y a eu comme blanc, bref, sorti de cette situation, je me suis dit tournant le dos à la fenêtre que j’aimerais aller voir la rétrospective Chris Marker à la Cinémathèque, qui est à quelques minutes à pied à peine d’ici, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il y avait comme un hiatus d’une année, cette exposition ayant déjà eu lieu l’an dernier, et étant moi propulsé dans le temps en mouvement une année plus tard. C’est finalement la même chose que se dire : un joueur comme Pato est passé à côté d’une carrière fantastique. Ou encore : quel dommage n’ai jamais réellement combattu qui que ce soit (à part peut-être lui-même). Ou bien considérer, comme j’ai eu bien souvent tendance à le faire par le passé, qu’une journée où je n’avais pas à sortir du tout était une victoire sur quelque chose, par exemple une idée de ce que peut-être l’impératif de productibilité, de rentabilité de l’être, quand en réalité ce n’est qu’une défaite sur soi-même que cette question des emballages plastiques à comme mis en branle : peut-être que j’irai chez le fromager en passant par la Poste aujourd’hui. Peut-être que je ferai le marché demain matin.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |