070519


Aujourd’hui je remets le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une Freewrite Traveler, machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules, il ne m’en a coûté que quelques minutes de noirceur, et on peut tous vivre avec quelques minutes de noirceur, je pense. La nuit, un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles (j’en étais venu à me battre contre l’un de mes doubles en combat singulier, comme ça arrive souvent dans les rêves). Malgré cela je me fais rosser et pas qu’un peu. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Minimaliste à donf. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug bizarre sur mon Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou. En fait, il fait bon dehors. Quelque part, c’est une victoire sur la vie que d’être parvenu à récupérer gracieusement à Auchan les fanes de carottes qui restaient dans le bac bottes de carottes (or donc sans les carottes), le mot important ici est gracieusement, si ce n’est bien sûr le temps passé à demander l’autorisation à quatre personnes différentes de repartir avec, gracieusement donc, après moult vérifications auprès de la caisse centrale (il y a une caisse centrale) censées s’assurer que je n’étais pas un dangereux terroriste affabulateur et, de surcroit, mangeur de fanes de carottes, le tout gracieusement donc. Le soir devant un streaming pourri qui saccade grave pour voir l’incroyable remontada de Liverpool contre le Barça (le tout avec Shaqiri - Origi titulaires, c’est beau).

<  -  >

Partager

Révisions

10 révisions

070519, version 11 (7 juin 2019)

Aujourd’hui je remets le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la [Freewrite Traveler->https://getfreewrite.com/products/freewrite-traveler]  : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une [Freewrite Traveler->https://getfreewrite.com/products/freewrite-traveler]Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une Freewrite Traveler , machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journalEt puis , si jamais j’écrivais , comme par exemple ce journal , sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules, il ne m’en a coûté que quelques minutes de noirceur, et on peut tous vivre avec quelques minutes de noirceur, je pense. La nuitLa nuit , un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles (j’en étais venu à me battre contre l’un de mes doubles en combat singulier, comme ça arrive souvent dans les rêves). Malgré cela je me fais rosser et pas qu’un peu rosser bien . La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Minimaliste à donf Un site minimaliste . Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de [///-> http://fuirestunepulsion ///, qui est dans un état pire encore qu’ici .net/3/], qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug bizarre chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou. En fait, il fait bon dehors. Quelque part, c’est une victoire sur la vie que d’être parvenu à récupérer gracieusement à Auchan les fanes de carottes qui restaient dans le bac bottes de carottes (or donc sans les carottes), le mot important ici est gracieusement, si ce n’est bien sûr le temps passé à demander l’autorisation à quatre personnes différentes de repartir avec, gracieusement donc, après moult vérifications auprès de la caisse centrale (il y a une caisse centrale) censées pour s’assurer que je n’étais pas un dangereux terroriste affabulateur et, de surcroit, mangeur de fanes de carottes, le tout gracieusement donc . Le soir devant un streaming pourri qui saccade grave pour voir l’incroyable remontada de Liverpool contre le Barça (le tout avec Shaqiri - Origi titulaires, c’est beau).
Rêve, Lapins, Football, Spip
jpg/2048251700001_6034016803001_6033922115001-vs.jpg

070519, version 10 (31 mai 2019)

Aujourd’hui je remets le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une Freewrite Traveler , machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminositédes écrans . Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules, il ne m’en a coûté que quelques minutes de noirceur, et on peut tous vivre avec quelques minutes de noirceur, je pense. La nuit, un je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles ( j’en étais venu à me battre contre l’un de mes doubles en combat singulier , comme ça arrive souvent dans les rêves ). . Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou. En fait, il fait bon dehors. Quelque part, c’est une victoire sur la vie que d’être parvenu à récupérer gracieusement à Auchan les fanes de carottes qui restaient dans le bac bottes de carottes (or donc sans les carottes), le mot important ici est gracieusement, si ce n’est bien sûr le temps passé à demander l’autorisation à quatre personnes différentes de repartir avec, gracieusement donc, après moult vérifications auprès de la caisse centrale (il y a une caisse centrale) pour s’assurer que je n’étais pas un dangereux terroriste affabulateur et, de surcroit, mangeur de fanes de carottes gracieusement . Le soir devant un streaming pourri qui saccade grave pour voir l’incroyable remontada de Liverpool contre le Barça (le tout avec Shaqiri - Origi titulaires, c’est beau).

070519, version 9 (28 mai 2019)

Aujourd’hui je remets rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules, il ne m’en a coûté que quelques minutes de noirceur , et on peut tous vivre avec quelques minutes de noirceur , je pense . La nuit, je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou. En fait, il fait bon dehors. Quelque part, c’est une victoire sur la vie que d’être parvenu à récupérer gracieusement à Auchan les fanes de carottes qui restaient dans le bac bottes de carottes (or donc sans les carottes), le mot important ici est gracieusement, si ce n’est bien sûr le temps passé à demander l’autorisation à quatre personnes différentes de repartir avec, gracieusement donc, après moult vérifications auprès de la caisse centrale (il y a une caisse centrale) pour s’assurer que je n’étais pas un dangereux terroriste affabulateur et, de surcroit, mangeur de fanes de carottes. Le soir devant un streaming pourri qui saccade grave pour voir l’incroyable remontada de Liverpool contre le Barça ( , le tout avec Shaqiri - Origi titulaires, c’est beau). .

070519, version 8 (7 mai 2019)

Aujourd’hui je rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules. La nuit je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou. En fait, il fait bon dehors. Quelque part, c’est une victoire sur la vie que d’être parvenu à récupérer gracieusement à Auchan les fanes de carottes qui restaient dans le bac bottes de carottes (or donc sans les carottes), le mot important ici est gracieusement, si ce n’est bien sûr le temps passé à demander l’autorisation à quatre personnes différentes de repartir avec, gracieusement donc, après moult vérifications auprès de la caisse centrale (il y a une caisse centrale) pour s’assurer que je n’étais pas un dangereux terroriste affabulateur et, de surcroit, mangeur de fanes de carottes. Le soir devant un streaming pourri qui saccade grave pour voir l’incroyable remontada de Liverpool contre le Barça, le tout avec Shaqiri - Origi titulaires, c’est beau.

070519, version 7 (7 mai 2019)

Aujourd’hui je rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules. La nuit je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou. En fait, il fait bon dehors. Quelque part, c’est une victoire sur la vie que d’être parvenu à récupérer gracieusement à Auchan les fanes de carottes qui restaient dans le bac bottes de carottes (or donc sans les carottes), le mot important ici est gracieusement, si ce n’est bien sûr le temps passé à demander l’autorisation à quatre personnes différentes de repartir avec, gracieusement donc, après moult vérifications auprès de la caisse centrale (il y a une caisse centrale) pour s’assurer que je n’étais pas un dangereux terroriste affabulateur et, de surcroit, mangeur de fanes de carottes.

070519, version 6 (7 mai 2019)

Aujourd’hui je rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules. La nuit je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir. À un moment donné, en plein cœur du silence des relectures, Tartelette se met à faire un bruit chelou de chez bruit chelou.

070519, version 5 (7 mai 2019)

Aujourd’hui je rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules. La nuit je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça. Je pourrais, par exemple, expérimenter ça sur le site de ///, qui est dans un état pire encore qu’ici. J’ai un bug chelou sur mon mail perso via Thunderbird : je ne peux plus supprimer de message alors, là aussi, la mauvaise herbe ne va pas tarder à tout envahir.

070519, version 4 (7 mai 2019)

Aujourd’hui je rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules. La nuit je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ? Je ne supporte plus mon site : je ne peux plus le voir en peinture. Et faute de l’entretenir régulièrement (c’est comme les motocyclettes un site) il est devenu un genre de champ de ruines. Au fond, ce que je souhaite, c’est un site sans css. Un site minimaliste. Ma seule marge de manœuvre, ma liberté de création, ce serait l’angle de l’architecture : comment orienter la navigation. J’aimerais assez ça.

070519, version 3 (7 mai 2019)

Aujourd’hui je rouvre le chauffage dans la chambre. Je vois d’un bon œil l’arrivée prochaine de la Freewrite Traveler : une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules. Mais ai-je besoin d’une machine à écrire eink connectée et portable à 350 boules ? Ce n’est pas une question de distraction, c’est une question de luminosité des écrans. Or, en ce moment, je n’écris rien. Et puis, si jamais j’écrivais, comme par exemple ce journal, sans luminosité, j’ai une technique infaillible qui s’appelle écrire les yeux fermés. Voilà, je viens de m’économiser 350 boules. La nuit je rêve d’un maté à la crème de fentanyl qui me permettra de devenir totalement imprévisible en combat versus un de mes doubles. Malgré cela je me fais rosser et rosser bien. La cire, c’est bien, mais quand elle prend moins sur le devant j’ai des cheveux qui rebiquent et ça me fait des antennes. Je mets de moins en moins de miel dans mon maté, signe peut-être que je commence à m’habituer à l’amertume non du maté mais de la vie ?

070519, version 2 (7 mai 2019)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |