fuirestunepulsion.net | journal | guillaume vissac | liens

Lignes du désir, par Pierre Ménard

1er octobre 2010, par Invité, dans Invités |
Tags : Dominique A - Pierre Ménard - Vases communicants - Ville

IMG_6175.JPG

Je suis une ville dont beaucoup sont partis enfin pas tous encore mais ça se rétrécit. Et toute la ville autour de nous, les parcours sont bien dessinés. C’est surtout un trou au milieu de la ville dans lequel on s’enfonce avant de revenir à la surface. Je suis une ville qui ne se voit pas ailleurs. Écrire la ville c’est marcher dans ses rues et savoir s’y perdre. Jouer avec la vitesse et tous ceux que l’on rencontre. Celui-là qui s’y voit mais à qui ça fait peur. Et celle-là qui ne sait plus, qui est trop abrutie. Certains autres s’y mêleraient, qui y redirait quoi ? On ne voit presque rien. On entend la rumeur, toute la ville autour de nous. Comment en rendre l’infini foisonnement ? Toute la ville autour de nous, qui ne sait pas où elle est ou, qui se croit partie. Créer un mouvement ininterrompu de phrases qui ne se ferment pas, s’ouvrent sans cesse sur d’autres phrases, donnant ainsi une image en mouvement du monde. Et toute la ville autour de nous serait belle, serait silencieuse.

IMG_6207.JPG

Je me dis qu’il faut me dépêcher, qu’il faut garder ce qui peut l’être encore. Je suis une ville où l’on ne voit même plus qu’un tel n’est pas au mieux, lui qu’on a toujours vu avec les joues bien bleues, avec les yeux rougis, ou avec le teint gris, mais bon, avec l’air d’être en vie. Ce qui appelle ou nous rappelle, ce que nous fûmes et ce que nous serons. Je jette de temps en temps un coup d’œil vers le ciel. Un jour il est foutu et peu comprennent alors que la mort a frappé quelqu’un de déjà mort. Toujours bien faire ce qu’on a envie de faire et s’en tenir là. Ce silence où tout soudain s’arrête sans pourtant s’arrêter. Je suis une ville de chantiers ajournés, de fêtes nationales, de peu de volonté. Le tremblé du monde qui s’y imprime dans l’avancée qu’on lui impose. Les fils qu’on suit, et qui fuient. Et puis : nos corps, nos corps qui se posent, qui s’interposent sur l’écran, comme des zones opaques empêchant la lumière de traverser. Je suis une ville couchée la bouche de travers.

IMG_6192.JPG

Raconter, c’est raconter quelque chose. Ils ne demandent qu’à dire combien ils sont heureux, d’être là à nouveau, qu’on les y aide un peu. Ce n’est pas vouloir dire mais vouloir faire. C’est dans cette intention de faire qui veut ce que l’on dit qu’en nous l’inconnu peut parler. Ce que je ne sais pas, ce que je devine, ce que j’invente, ce que j’avance, dans l’oubli de chaque pas, l’éblouissement des mots, ce sera donc ici. Les villes ont sans doute besoin de telles expériences pour éprouver le ciel. Les nuages au-dessus d’elles. Ils ne savent rien de rien et pourtant ils sont là. Je suis dans ce que je ne peux pas dire. Je suis une ville dont beaucoup sont partis, enfin pas tous encore mais ça se rétrécit. J’y suis, mais je ne le vois pas, pour le voir j’essaye d’oublier. Les souvenirs aveuglent, il faut toujours entrer dans ce mouvement, le temps immobile. Je suis une ville foutue qui ne sait plus lire l’heure, qui a oublié l’heure, qui ne sait plus lire l’heure, qui a oublié l’heure.

IMG_6200.JPG


Je suis une ville, extrait de l’album Remué, de Dominique A., Lithium - Labels, 1999.

_________________________



Tiers Livre et Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre.

Pour ce 16e numéro, j’ai le plaisir d’accueillir Pierre Ménard, qui lui-même accueille l’un de mes textes sur Liminaire, le texte proposé ici est aussi un extrait des Lignes du désir, actuellement en cours d’écriture. Le texte propulsé sur Liminaire est une prolongation de mon précédent vase communicant avec Juliette Mézenc il y a six mois et qui pourrait faire partie d’un ensemble appelé "Cartographies".

Liste des vases communicants d’octobre :

François Bon et Daniel Bourrion

Michel Brosseau et Joachim Séné

Christophe Grossi et Christophe Sanchez

Christine Jeanney et Piero Cohen-Hadria

Cécile Portier et Anne Savelli

Juliette Mezenc et Louis Imbert

Michèle Dujardin et Jean-Yves Fick

Guillaume Vissac et Pierre Ménard

Marianne Jaeglé et Jean Prod’hom

David Pontille de Scriptopolis et Running Newbie

Anita Navarrete-Berbel et Gilda

Matthieu Duperrex d’Urbain trop urbain et Loran Bart

Geneviève Dufour et Arnaud Maisetti

Jérémie Szpirglas et Jacques Bon

Maryse Hache et Candice Nguyen

Nolwenn Euzen et Olivier Beaunay

Lambert Savigneux et Brigitte Célérier



Share |

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?























Livres


- -

- - - -



-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |