11 10 10 : 12h13


Dans le train juste avant départ, retour Paris dans la brume, le wagon quasi vide et pourtant l’ombre d’un corps derrière le mien, qui sort un sandwich, midi oblige, et respire fort entre chaque bouchées, tellement fort qu’il en aspire le siège derrière et les pages de Vies de saints que j’essaye de lire, relire plutôt, sans succès, car sa simple présente derrière, juste, me déprime, et je me retournerais bien comme au cinéma pour lui demander la paix mais on demande pas à un mec qu’on a jamais vu de sa vie d’arrêter un peu de respirer merci, n’est-ce pas ? Alors je m’abstiens. Le mec à gauche, rangée opposée, lui, vissé portable depuis qu’il est monté, essaie désespérément d’expliquer à sa voix dans l’oreille droite que ça suffit cinq minutes de faire tout un bordel de rien et qu’il faudrait lui foutre la paix putain. J’approuve.

Une demi-heure après départ, Google Agenda m’envoie un mail pour me rappeler départ, numéro de train, horaire, au cas où j’aurais zappé de partir et que je souhaiterais, qui sait, remonter le temps pour le reprendre.

Hier j’ai revu F., le jour d’avant L., I., et revenir ici (cet ici qui, tandis que j’écris ces lignes, redevient progressivement là-bas) c’est un peu retomber quatre ans, cinq ans, en arrière, sans réellement y parvenir, alors les rencontres ne sont pas tout à fait les mêmes que celles qu’elles auraient dû, pu être.

Dans l’Iphone Florent Marchet chante « qui je suis, dis-moi qui je suis » et le répète.

Sur la gauche du train, derrière la vitre, des mecs jouent les acrobates sur les pylônes d’une centrale électrique qui jouxte les voies.

Je reprends, donc, Vies de saints :

Oui, Canciones Tristes.

Une ville dans le coma. Immobile et en transe ; mais allez savoir ce qui se passait derrière ses portes et ses fenêtres closes, comme des paupières qui auraient suivi une thérapie intensive. Une ville qui – m’avait-on prévenu à la rédaction de Rieles – regorgeait de saints ou, du moins, de candidats à la sanctification. De perpétuelles opportunités d’alléluias. Une concentration maximale de martyrs et de prodiges. Tout était miraculeux ou digne de le devenir : « Vous ne vous souvenez donc pas de ce jour où le soleil ne s’est pas levé, et de la veuve qui saignait à la messe comme un immense jet d’eau, et de l’autruche qui parlait le latin à la perfection ? »

Rodrigo Fresán, Vies de saints, Passage du Nord Ouest, trad : Serge Mestre, P.220.
<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |