Guyotat #7


Le Tombeau suite et fin, même si pas réellement. Fuite, hostie et napalm.

Kment prend Giauhare à la taille ; la fille lui caresse son sexe durci, ils traversent les nefs dévastées, les serpent se jettent sur les jambes de Kment ; le garçon, Giauhare renversée dans ses bras, saute dans les herbes sèches. La mer déborde ; la pluie sur les montagnes brûlées, déchirées, napalmées, gonfle les sources, emporte les familles des villages empuantis, roule dans les rues les cadavres d’enfants que leurs mères nourrissaient avec du crottin, roule et lave les cadavres mutilés des enfants d’Elö, éclabousse, comme le feu, sur la forge des galets, crépite sur les tôles noircies ; sur les plages, creuse le sable, roule les écorces, les os, les cordes, crible la mer, s’enflamme au ressac.

Kment court dans la haute ville, ses pieds nus s’enfoncent dans la boue sanglante qui sort des villas pillées, des jardins éventrés, il serre Giauhare dans ses bras, la main de la fille couvre son front ; une porte bat sous le dôme de la cathédrale, Kment y plonge : un jeune diacre échappé au massacre, prie, la tête entre ses mains, agenouillé sur un petit banc ; Kment traverse la crypte, il monte jusqu’à l’autel, le jeune diacre lève les yeux, Kment ouvre le tabernacle d’une main, l’autre retenant Giauhare renversée, les seins découverts et la robe enfoncée, ruisselante, entre les cuisses ; Kment, les reins cambrés, serre le ciboire dans son poing, il l’ouvre, il prend deux grandes hosties, il en mange une, l’autre, il l’enfonce entre les lèvres de Giauhare ; le jeune diacre recule vers le fond de la crypte ; Kment prend deux autres hosties, en met une dans la poche de sa chemise, l’autre, sous la robe de Giauhare, entre les cuisses ; puis, il redescend, Giauhare, réveillée, mâche l’hostie ; Kment sort, court sous la pluie, il avale l’hostie, il court jusqu’à Titov Veles, s’écroule au pied de la roche des esclaves, couche Giauhare sur l’herbe ruisselante et glacée, se couche sur elle, souffle sur son visage, Giauhare caresse les tempes de Kment :

- Un enfant bouge en moi depuis ce matin : Touche. C’est le dernier né du monde, et c’est un rat qui l’a fait.

Pierre Guyotat, Tombeau pour cinq cent mille soldats, L’imaginaire, P.482.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |