3079


1

Les soldes ont entraîné des pics de commandes, donc des pics d’expéditions, donc de livraisons, donc des retards accumulés, donc plus de problèmes de SAV, donc plus d’échanges à organiser, donc plus de retours à prévoir, donc plus de remboursements à demander, donc plus d’appels à gérer, donc plus de clavier frappé et de dossiers ouverts, fermés, mis entre parenthèses, donc plus retards intercalés entre les cas, donc plus d’appels à nouveau, plaintes, mails, messages, courriers, éclats de voix furieux, insultes, menaces, crises de nerf, automutilations, suicides, etc.

La fin des soldes a brisé net la spirale, quand bien même les prix, eux, n’ont pas tellement changé. Depuis des jours : retards amassés éléphantesques, quasiment impossibles à rattraper en sous-effectif durant l’été. Parfois, je suis arrivé devant la porte close du bureau, car je n’ai pas la clé, avec l’envie de repartir aussi sec et d’oublier toutes ces lignes de données qui me réveillent la nuit (six heures trente du matin, yeux ouverts, paupières fermées, ce n’est pas vraiment le matin). Je compte à présent les jours, même si les piles de cas lentement se défont depuis hier, et ne regrette pas de ne jamais posséder le précieux sésame, faux porte-clé, qui m’ouvrirait enfin au quotidien les portes du bureau, du moins de celui-là.

2

Terminer 2666, encore une fois, me brise le cœur. J’aborde aujourd’hui les dernières lignes comme j’avais entamé les premières : dans la carcasse bouillante d’un train lancé direct entre un point A et un point B, bien qu’entre temps inversés l’un par rapport à l’autre. Je pourrais encore citer longtemps, je garde en réserve ces phrases qui me viennent pour une chronique future, sans doute dimanche. Je pourrais citer, citer et citer plus ou mieux : je pourrais tout reprendre.

Le livre n’est plus dans le même état qu’aux premières pages découvertes : entre temps trois semaines, des milliers de kilomètres avalés, même si statiques au fond. Je prenais soin les premiers jours ne pas trop casser le livre, ne pas trop corner la couverture, plier les pages, forcer la colle, défaire la forme. Je tenais les pages du bout des doigts. Puis je l’ai attrapé, attrapé vraiment par les épaules et j’ai forcé ouvert les grands pectoraux, muscles trapèze et deltoïdes, et maintenant le livre est dans un état épouvantable, et les pages sont cornées, et la couverture rebiffe, et la crasse intérieure de mon sac s’est étalée sur la tranche, et certaines empreintes d’objets lâchés en orbite autour des pages ont mordu dedans. Je me suis fait à cette idée. Le long de ma lecture, le livre, avec moi, a éprouvé. Je n’aimerais pas l’idée qu’il puisse garder forme nette après milles pages parcourues, comme si rien ne s’était produit, comme si l’ombre des choses n’avait pas été vue, pesée. En revenant ce soir j’ai posé 2666 sur une étagère et dans dix, vingt, trente ans, au fil de mes lectures, il se décomposera progressivement et je serai heureux qu’il se défasse, s’affaisse, parallèle à moi-même.

3

Je repense aux heures, jours, minutes qui ont précédé il y a un peu plus de deux ans maintenant mon départ de St-Étienne et premier déménagement.

J’y pense puisque hier, après le travail, j’ai pris un autre train d’une autre ligne pour une autre gare, autre destination ; y retrouver N., fraîchement installé dans le 77 et découverte de la ville dans laquelle il s’est posé et l’appartement dans lequel progressivement il emménage. Nous avons passé une bonne soirée, je crois, avons croisé, durant nos déambulations de centre ville, quantité de restaurants ou traiteurs asiatiques qui ressemblaient en tous point à ceux qu’on aurait pu trouver n’importe où ailleurs.


Durant les préparatifs et nettoyage de ce qui fut ma chambre, durant le déplacement des choses d’un coffre à un autre ou durant les minutes pour lesquelles je n’avais aucune utilité (je fixais le mur et H. était à côté de moi), je me répétais sans lassitude que c’était un moment important. Je l’ai déjà écrit quelque part, j’y repense. Et puisqu’il s’agissait d’un moment important, je me sentais dans l’obligation de le ressentir comme tel. Je me disais : c’est un moment important c’est un moment important c’est un moment important c’est un moment important mais la réalité des choses qui m’entouraient n’étaient pas modifiée pour autant. Je l’ai ancré très fort dans l’arrière de ma tête afin de ne pas l’oublier, mais c’était déjà peine perdue, car malgré mes efforts tout défilait naturellement comme le reste de mes heures habituelles. Et puis ces heures-là ont passé et ne se sont pas révélées particulièrement importantes puisque moi je les ai vécues.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |