trois pylônes

En décembre (quel décembre ? un de ces décembre qui assassine le siècle, lequel ? ben le dernier) trois pylônes [1] de l’émetteur pour les ondes superlongues de Sainte-Assise (Seine et Marne > France > Monde > Terre) ont été détruits, amputés, dynamités avec les dents. Avec les dents, oui, avec les dents. La République de Seine et Marne titrait ce jour « trois pylônes au tapis », expliquait qu’ils « étaient devenus inutiles », précisait « les consignes étaient strictes », murmurait « site militaire sensible ». Alors armés de nos petits coucous de connards (deux beaux scooters flambants neufs piqués par je ne sais qui, filant vers je ne sais où) on est allé vérifier par nous-mêmes cette histoire d’ondes superlongues de Sainte-Assise en plantant nos culs sur la bute d’en face. On a écarquillé nos gueules, si c’est possible, et on a attendu. On a branché la CB démontée du camion du pote, enfin son père, et on a écouté. Ce qu’on a entendu, bon Dieu de putain, ce qu’on a entendu on y captait que dalle mais on kiffait que ça puisse être vrai.



4 novembre 2010
par Guillaume Vissac
Esquisses
Tags : Trois pylônes

[1Ce paragraphe est issu d’une version zéro de Trois Pylônes, lors de la phase d’enchaînement sans âme d’incipits décérébrés. C’est le seul incipit parallèle a avoir accroché, mais pas assez pour figurer malgré tout dans un premier jet véritable. A l’heure où j’écris ces lignes, Trois pylônes est encore en cours de mutation et n’est pas terminé.

<  -  >

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Partager



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |