Des briques


Je prépare l’envoi des manuscrits Coup de tête comme des briques à porter à la mer, et ces briques n’ont même pas de messages inscrits au plus profond d’elles-mêmes, elles sont simplement conditionnées, bouclées, conçues, pour pouvoir revenir, telles qu’elles, probablement à peine tenues et sans doute moins cassées. J’écris sans croire la petite lettre expliquant à l’éditeur, quel qu’il soit et quoi qu’il puisse en croire, que si je l’ai choisi, lui plutôt qu’un autre, c’est parce que « j’apprécie personnellement les textes édités et que le mien correspond parfaitement aux choix éditoriaux » et je me dis que bientôt il faudra envoyer d’autres lettres de motivations fausses et ce sera la même soupe, ni plus ni moins honnête, ou bien si mais si peu.

Parallèlement à ces préparatifs je me rends compte qu’Open Office, sans raison officielle, a bouffé hier la moitié de ma nouvelle Trois pylônes, enfin de la quatrième version écrite hier comme un somnolent au rythme de la bande son des Heures de Philip Glass. Je l’ai réécrite ce matin, non pas à l’identique, car je m’en souviens peu, mais en gardant le ton, ou peut-être le timbre. J’aurais bientôt, sans doute, de quoi composer ce fameux recueil Trois pylônes (variations) où la même nouvelle serait réécrite X fois, dans X styles et genres, prévues pour X revues et X appels à textes, ce pourrait être drôle.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |