Qui est Bach



Bach, Cello Suite #1 In G, BWV 1007 - 1. Praeludium) - Interprété par Paul Tortelier.

J’expliquais à ma mère, mon père, que Paul Tortelier était Bach. Car ce disque je l’ai toujours vu trainer ici ou là, prêt à être joué, joué parfois jusqu’à l’indigestion, et, étant gamin, la pochette du disque étant le disque, par métonymie, j’avais mis la gueule sévère et stricte de Paul Tortelier sur le nom de Bach, qui n’était lui-même pas un nom ni un mot mais un son, un son qui derrière appelait d’autres sons. J’ignore à quel instant précisément je me suis rendu compte de mon erreur et quand précisément les corps se sont désassemblés. Le son, lui, est toujours le même, et ce n’est qu’à présent, plus de quinze ans plus tard, que je l’embarque à mon tour dans ma propre mémoire mobile de musique en mouvement.

Par dessus Bach lire C’était, cadeau de circonstance de Joachim Séné, livre miroir du précédent, à lire ou télécharger gratuitement sur son site. C’était serait sans doute l’envers de Sans. Composé de contributions au site Convoi des Glossolales, C’était est une compilation. Je l’ai lu d’une traite dans la soirée. Derrière, en fond d’écran paramétrable de Stanza, j’ai mis les ombres de quelques lunes issues, je crois, de Jupiter.

C’était partir le midi avant les autres, « j’ai un déj », uniquement pour se retrouver seul, dans un restaurant que l’on savait jamais fréquenté par les collègues ou dans un parc, une cour d’immeuble proche et tranquille, avec un sandwich et un livre.

C’était voir arriver un nouveau, jeune diplômé, en costume, bien rasé, bien coiffé, timide, volontaire, et savoir que, petit à petit, il ferait tomber la cravate, et puis le costume, et prendrait autant de pauses café que nous.

Et puis c’était attendre, sachant pourtant déjà que c’était foutu, que P. ou Q. qui sait se connecte, sur l’un ou l’autre des logiciels de conversation instantanée, tout simplement pour aligner deux mots et s’en voir répondre deux autres en retour, car c’est maintenant qu’on se sent prêt à démarrer l’écriture de kiss bye boy tout en sachant, pourtant, pertinemment, que sans eux on ne le pourra pas.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |