6693-16-108-01


Du brouillard, au moins autant qu’à l’aller quand j’avais dit Fogville. Le Gier sur la gauche un peu haut, la neige a fondu, mais pas autant que la Seine. Sur moi encore l’odeur de clope d’hier. Je n’ai vu personne et personne ne m’a vu. Articuler des lèvres et dents quand vient passage, dans MP3, celui qui dit "I wanna have control" et puis laisser filer le reste. Quelque part dans le no man’s land de l’entre-deux de la France un peu de neige. Coté couloir, pas dormable, les mains des mecs par dessus l’appui-tête quand ils traversent. L’un d’entre eux, blond mais toujours de dos, genre chemise à carreaux rouge, plusieurs fois mais toujours de dos, et jamais son visage, et simplement sa nuque, et les manches aux coudes retroussées, cheveux blonds mais mi-longs. Sur l’Ipad lu Francois Bon, Montaigne, mélangés et pas dans l’ordre. Derrière moi piercing au coin des lèvres. Dans le wagon, quelque part milieu, des vieux répétant mêmes mots mâchés pour des sourds, des sourds répétant mêmes mots pareils pour des vieux. Quelques autres crânes. Voilà pour l’inventaire.

L’Inde du petit travail : il faudrait recenser ces industries du trottoir, le trottoir usine. Le folklore les cite : arracheurs de dents, rue entière de devins – par oiseaux, cartes ou jet de cailloux –, rétameurs de casseroles et marchands de cigarettes à l’unité, horlogers très
sérieux et médecins d’habits. Mais connaît-on le nettoyeur d’oreille ? J’en ai vu. Et le mort ? Un métier
comme les autres : on s’étend sur le trottoir, un drap
blanc sur le corps et le visage, tabou violé d’un rituel
immuable, puis on ne bouge plus, tandis qu’un comparse
ramasse la monnaie. À Juhu, la grande plage, près de
l’aéroport, deux gosses, huit ou neuf ans, alternent :
s’enterrant dans le sable jusqu’aux narines, un jour l’un,
un jour l’autre, par journées de douze heures, pendant
que le copain fait la manche. Plage, là-bas, ça ne veut pas
dire Pornic : mais l’énorme Bombay débordant jusqu’à
la mer, définitif camp de réfugiés sur le sable, entre les
pieds de chameaux et l’odeur grasse des lampes à carbure, troupes d’enfants en bandes et sans toit, qui viennent vous proposer leur sœur comme on vous montre
dans la paume un morceau brut de haschich ou une
gourmette volée à des Américains : « Do you better get a
boy ? »

François Bon, Les indes noires, Publie.net

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |