fuirestunepulsion.net | fictions| guillaume vissac | liens



kbb | Pierrot à 0642508833 #3 est un fragment du projet kiss bye boy , première mise en ligne le 19 janvier 2011, dernière mise à jour le 20 juin 2011, par Guillaume Vissac, tags : Adolescence - Fuite - kiss bye boy

pierrot tu c’est qui c’est pourrais-tu pour une fois pourrais-tu me répondre

maintenant le jeu a assez duré maintenant il est temps de revenir en arrière parce que les nuits sont froides parce que le monde est loin parce que je me lasse de tout parce qu’il le faut tout simplement

ce n’est pas une vie de vivre ailleurs absent où on n’est pas ce n’est pas une vie tout ça j’en parlais l’autre jour avec mon avec le il se trouve que je vois quelqu’un en ce moment ce n’est pas de ta faute je vois quelqu’un c’est tout et tu n’y es pour rien mais oui je lui parle de toi autrement comment faire et je lui parle de toi d’autant plus que je ne ferme plus l’oeil il a fallu pour ça prescrire des doses pour que je puisse dormir pour qu’on m’assomme pour que l’idée de toi déjà mort quelque part ne m’achève pas pour que mon rythme cardiaque ma fréquence comme ils disent me permette de dormir plus de deux heures de suite sans me réveiller en plein milieu de la où en étais-je je ne sais même plus

ce qu’il faut simplement retenir c’est qu’à présent il est temps il faut revenir cela a trop duré cela a duré oui trop longtemps ce n’est plus drôle ne l’a jamais été mais si c’était le but ce ne l’est plus drôle non ce n’est pas une blague une farce appelle ça comme tu veux mais c’est trop tard et ça a trop duré il faut faut impérativement je le dis comme je le pense tous les jours depuis tant de jours que ça dure et a bien trop duré il faut que tu reviennes et que tu abandonnes

j’ai mis en mémoire sur mon téléphone celui avec lequel j’essaie en vain de te joindre de te convaincre de te toucher j’ai mis en mémoire dans mon répertoire les numéros de ceux susceptibles de savoir ou d’un jour pouvoir avoir quelques nouvelles de toi voilà ce que je cherche des nouvelles et des preuves que tu es que tu n’es pas enfin que la vie suit son cours que tout va bien pour toi dans la mesure du possible et dire que je ne sais même pas si tu manges où tu vis y a-t-il des murs autour de toi un toit la nuit au-dessus de ton crâne il y a bien des refuges pour ceux qui surtout en cette période de l’année il y en a heureusement qu’il y en a je sais bien qu’ils existent mais est-ce que toi tu irais dans des lieux pareils irais-tu honnêtement je ne sais pas comment savoir on ne se pose jamais la question évidemment maintenant je me la pose

voilà pourquoi j’ai demandé à tes amis tes proches tes potes de tes nouvelles si jamais ils en avaient voilà pourquoi je les ai mis enregistrés dans mes contacts mon répertoire ma mémoire vive juste au cas où

si même comme ça je n’arrive pas à t’attendre à t’atteindre pardon je voulais dire t’atteindre si même comme ça ce n’est pas possible j’en ai parlé au enfin à la personne le médecin qui me suit celui que je vois je lui en ai parlé il m’a dit que surtout il ne fallait pas que je tombe dans le négativisme total j’ai dit ben voyons vous pensez bien il m’a dit je sais bien que c’est dur je sais bien qu’on en crève il n’a pas dit en crever mais moi oui je le dis mais il faut tout faire pour essayer du mieux qu’on puisse et puis rester actif rester actif même dans l’absence c’est important rester soi-même peut-être même bien je suis d’accord c’est important bien sûr mais simplement comment faire il m’a dit le docteur m’a dit il m’a dit n’avez-vous aucun moyen de le faire réagir il m’a dit vous êtes sa mère oui vous devez savoir quelque chose qui ne vous serait pas venu à l’esprit car vous étiez sous le coup le choc encore pris dans l’instantané le flash du moment sur le coup je lui ai si je savais je l’aurai déjà fait vous pensez bien et il m’a dit bien sûr

maintenant je vois ce qu’il a voulu dire

je suis dans ta chambre pierrot je suis dans ta chambre à chaque fois que je t’appelle à chaque message que je laisse du plus court au plus long même un seul souffle j’y suis dans ta chambre toujours face à ton écran d’ordinateur mon reflet dans le noir de l’écran éteint je ferme les yeux maintenant car je n’aime pas me voir déformée à l’intérieur

mais maintenant je vois ce qu’il a voulu dire tu entends l’ordinateur je l’allume comment j’ai pu ne pas y penser tout de suite évidemment qu’à l’intérieur peut-être quelque chose une piste n’importe quoi qui m’aide à te trouver écoute-le le voilà qui s’allume évidemment j’aurais dû y penser

j’aurais dû je t’écoute je t’attends rappelle-moi juste pour une fois rappelle-moi je te laisse


Premier jet du 19/01/11

pierrot tu c’est qui c’est pourrais-tu pour une fois pourrais-tu répondre

maintenant le jeu a assez duré maintenant il est temps de revenir en arrière parce que les nuits sont froides parce que le monde est loin parce que je suis lassée de tout parce qu’il le faut tout simplement

ce n’est pas une vie de vivre ailleurs absent où on n’est pas ce n’est pas une vie tout ça j’en parlais l’autre jour avec mon avec le il se trouve que je vois quelqu’un en ce moment ce n’est pas de ta faute je vois quelqu’un c’est tout et tu n’y es pour rien mais oui je lui parle de toi autrement comment faire et je lui parle de toi d’autant plus que je ne ferme plus l’oeil il a fallu pour ça prescrire des médicaments pour que je puisse dormir pour qu’on m’assomme pour que l’idée de toi déjà mort quelque part ne m’achève pas pour que mon rythme cardiaque ma fréquence comme ils disent me permette de dormir plus de deux heures d’affilée sans me réveiller en plein milieu de la où en étais-je je ne sais même plus

ce qu’il faut simplement retenir c’est qu’à présent il est temps il faut revenir cela a trop duré cela a duré oui trop longtemps ce n’est plus drôle ne l’a jamais été mais si c’était le but ce ne l’est plus drôle non ce n’est pas une blague une farce appelle ça comme tu veux mais c’est trop tard et ça a trop duré il faut faut impérativement je le dis comme je le pense tous les jours depuis tant de jours que ça dure et a bien trop duré il faut que tu reviennes que tu abandonnes

j’ai mis en mémoire sur mon téléphone celui avec lequel j’essaie en vain de te joindre de te convaincre de te toucher j’ai mis en mémoire dans mon répertoire les numéros de ceux susceptibles de savoir ou d’un jour pouvoir avoir quelques nouvelles de toi voilà ce que je cherche des nouvelles et des preuves que tu es que tu n’es pas enfin que la vie suit son cours que tout va bien pour toi dans la mesure du possible et dire que je ne sais même pas si tu manges où tu vis y a-t-il des murs autour de toi un toit la nuit quelque part il y a bien des refuges pour ceux qui surtout en cette période de l’année il y en a heureusement qu’il y en a je sais qu’ils existent mais est-ce que toi tu irais dans des lieux pareils irais-tu honnêtement je ne sais pas comment savoir on ne se pose jamais la question évidemment

voilà pourquoi j’ai demandé à tes amis tes proches tes potes de tes nouvelles si jamais ils en avaient voilà pourquoi je les ai mis enregistrés dans mes contacts mon répertoire ma mémoire vive

si même comme ça je n’arrive pas à t’attendre à t’atteindre pardon je voulais dire t’atteindre si même comme ça ce n’est pas possible j’en ai parlé au enfin à la personne le médecin qui me suit celui que je vois je lui en ai parlé il m’a dit que surtout il ne fallait pas que je tombe dans le négativisme total j’ai dit ben voyons vous pensez bien il m’a dit je sais bien que c’est dur je sais bien qu’on en crève il n’a pas dit en crever mais moi oui je le dis mais il faut tout faire pour essayer du mieux qu’on puisse et puis rester actif rester actif même dans l’absence c’est important je suis d’accord c’est important bien sûr mais simplement comment faire il m’a dit le docteur m’a dit il m’a dit n’avez-vous aucun moyen de le faire réagir il m’a dit vous êtes sa mère oui vous devez savoir quelque chose qui ne vous serait pas venu à l’esprit car vous étiez sous le coup le choc encore pris dans l’instantané le flash du moment sur le coup je lui ai si je savais je l’aurai déjà fait vous pensez bien et il m’a dit bien sûr

maintenant je vois ce qu’il a voulu dire

je suis dans ta chambre pierrot je suis dans ta chambre à chaque fois que j’appelle à chaque message que je laisse du plus court au plus long même un seul souffle j’y suis dans ta chambre toujours face à ton écran d’ordinateur mon reflet dans le noir de l’écran éteint je ferme les yeux maintenant car je n’aime pas me voir déformé tout dedans

mais maintenant je vois ce qu’il a voulu dire tu entends l’ordinateur je l’allume comment j’ai pu ne pas y penser tout de suite évidemment qu’à l’intérieur peut-être quelque chose une piste n’importe quoi qui m’aide à te trouver écoute-le le voilà qui s’allume évidemment j’aurais dû y penser

j’aurais dû je t’écoute je t’attends rappelle-moi juste pour une fois rappelle-moi je te laisse



Share |

Aucune révision


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


kbb, autres textes


Livres


- -

- - - -



-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |