fuirestunepulsion.net | fictions| guillaume vissac | liens

J’ai laissé tomber le masque mais les tatouages résistent. « Je suis un éphémère » écrit à l’encre noire et puis du côté droit, en biais, dessous la clavicule.

Les gars dans les camions m’ont laissé où je me perds, la forme des routes a disparu derrière eux une fois la poussière léchée par les cimes. À en croire les fous locaux qui nous ont indiqué le chemin plutôt avec les mains, avec les yeux qu’avec la gorge, Dzoosotoyn Elisen se trouve quelque part derrière ces montagnes.

Je leur ai fait signe avant qu’ils disparaissent. J’ai étiré les bras et toutes mes épaules vers le haut comme s’il fallait voir mais voir au-delà de ce qu’offrent les yeux. Quelque chose a craqué au niveau du sternum. Il y a toujours quelque chose au niveau du sternum qui s’apprête à craquer. J’ai ramassé mes affaires et j’ai repris la marche précisément là où toutes les articulations crissent et forment aussi le rythme.

Je me suis arrêté pour que l’ombre me calme la nuque. Bien sûr, ici, l’ombre des pales est circulaire et elle ne reste jamais en place. Je me suis dit au moins, pour une seconde à peine, j’ai connu la fraîcheur. Combien sur les collines, je ne les ai pas comptées, mais des centaines au moins.

Plus loin entre l’ombre des pales j’ai repris ma route et je ne sais pas où je suis, qui pas mieux.

Share |

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?






















Livres


- -

- - - -



-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |