Liquider


Avant départ ce samedi pour ailleurs, j’aimerais parvenir à liquider les trucs en cours, ce qui équivaudrait à liquider la Tête et tout ce qu’elle contient. Un ailleurs proche et quelques jours, pas plus, n’empêche que d’ici là j’aimerais que tous ces fichiers soient clos. D’abord (mais c’est en cours) s’occuper des mises à jour prévues sur Livre des peurs primaires et Qu’est-ce qu’un logement. Pour ce dernier version audio normalement terminée, simplement réécouter l’ensemble pour vérifier que c’est conforme. Pour le Livre des peurs ajout de 130 fragments au 100 fictions originelles et organisation des nouveaux textes comme une marelle, conformément à la structure mise en place sur le premier fichier. Après quinze jours passés à tout relire puis corriger puis réécrire ne reste plus dès à présent qu’à finaliser la mise en forme.

J’aimerais aussi dès vendredi avoir terminé Infinite Jest. Je ne m’explique pas vraiment pourquoi mais l’intuition qu’un déplacement géographique peut influencer toutes mes lectures en cours, en fait je le sais d’avance. Combien de fois je me suis assis devant le livre en cours (ou bien le texte, ou bien le site) et me suis dit, ne me trouvant plus exactement à la même place que les jours précédents ni même sous les mêmes toits, que ma lecture était foutue pour cause d’incompatibilité de latitude ?

’Katherine, I will tell you a story about feeling so bad and saving a life. I do not know you but we are drunk together now, and will you hear this story ?’
’It’s not about Hitting Bottom ingesting any sort of Substance and trying to Surrender, is it ?’
’My people, we do not hit the bottoms of women. I am, shall we say, Swiss. My legs, they were lost in the teenage years being struck by a train.’
’That must have smarted.’
’I would have temptation to say you have no idea. But I am sensing you have an idea of hurting.’
’You have no idea.’

David Foster Wallace, Infinite Jest

Idem aussi pour la nouvelle d’Amy Hempel en cours de traduction, celle qui donne son titre au recueil : The Dog of the Marriage. La terminer, impossible, mais au moins arriver au bout d’une première version que je pourrais ensuite relire et corriger là-bas.

Avant de partir aussi prendre la CB, télécharger directement un texte dont jusque là on n’a jamais trop entendu parler, auteure idem, et qui s’appelle Inferno. Peut-être le lire là-bas ? Alors qu’une certaine boite s’ouvre et se monte et se signale via Twitter pour attirer le client j’envoie, sait-on jamais, un message de moins de 140 caractères : est-ce que par hasard ils recrutent ? mais je me dis si jamais ils répondent, je ne serais plus là pour y être.

Quant à Dzoosotoyn Elisen, pas la peine d’y penser. On est encore trop embourbé au niveau du ventre pour ne serait-ce que croire qu’une fin peut être atteinte.

<  -  >

Partager

Révisions

Aucune révision

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |