/

#Ulysse 50

La phrase originale

— You could have knelt down, damn it, Kinch, when your dying mother asked you, Buck Mulligan said. I’m hyperborean as much as you. But to think of your mother begging you with her last breath to kneel down and pray for her. And you refused. There is something sinister in you…

— T’aurais pu te foutre à genoux
bordel Minus
quand ta mère te l’a demandé
lui dit Buck Mulligan.
Hyperboréen [1] j’le suis comme toi
mais savoir qu’une mère supplie sur son lit d’mort
un fils de se foutre à genoux prier pour elle.
Et tu dis niet.
Putain qu’est-ce que t’es glauque...

Progression : 0.34%


Position géographique

James Joyce par Guillaume Vissac / 26 mars 2012 / Ulysse par jour
Chapitre : Télémaque - Géographie : Tour Martello - Littérature : Friedrich Nietzsche - Personnage : Buck Mulligan - Personnage : Stephen Dedalus - Temps : 8h06 - Thématique : mɛʁ - Thématique : Mort

2 révisions

#Ulysse 50, version 3 (20 septembre 2014)

Buck Mulligan, Tour Martello, Télémaque, Entre 8h et 8h45, Stephen Dedalus, mɛʁ, Mort, Friedrich Nietzsche, 8h06

La phrase originale

— You could have knelt down, damn it, Kinch, when your dying mother asked you, Buck Mulligan said. I’m hyperborean as much as you. But to think of your mother begging you with her last breath to kneel down and pray for her. And you refused. There is something sinister in you…

— T’aurais pu te foutre à genoux
bordel Minus
T’aurais pu te foutre à genoux
_
bordel Minus _ quand ta mère te l’a demandé
lui dit Buck Mulligan.
Hyperboréen [1]j’le suis comme toi
mais savoir qu’une mère supplie sur son lit d’mort
un fils de se foutre à genoux prier pour elle.
Et tu dis niet.
Putain qu’est-ce que t’es glauque...

Progression : .34%


[1Qui sont les hyperboréens ? Morel parle, lui, d’« animal à sang froid », mais la version 2004 conserve tel quel le mot. Dans L’Antéchrist, Nietzsche mentionne les hyperboréens comme suit :

 Regardons-nous en face. Nous sommes des hyperboréens, — nous savons assez combien nous vivons à l’écart. “Ni par terre, ni par mer, tu ne trouveras le chemin qui mène chez les Hyperboréens” : Pindare l’a déjà dit de nous. Par delà le Nord, les glaces et la mort — notre vie, notre bonheur... Nous avons découvert le bonheur, nous en savons le chemin, nous avons trouvé l’issue à travers des milliers d’années de labyrinthe. Qui donc d’autre l’aurait trouvé ? — L’homme moderne peut-être ? — « Je ne sais ni entrer ni sortir ; je suis tout ce qui ne sait ni entrer ni sortir » — soupire l’homme moderne... Nous sommes malades de cette modernité. »

53.288667, -6.113613

<IFRAME SRC="http://www.openstreetmap.fuirestunepulsion . org / ? mlat=53.288667&mlon=-6.net/ulysse/iframes/martello 113613 " style="border  : 1px solid black">

<br />< small><a href="http://www .htm <iframe width="625 " height="450 " width=600 height=460 frameborder="0" scrolling="no " marginheight="0 " marginwidth="0 " SCROLLING="no "> </IFRAME > src="http://www . openstreetmap.org/ ?mlat=53.288667&mlon=-6.113613">Voir une carte plus grande

#Ulysse 50, version 2 (12 janvier 2013)

Buck Mulligan, Tour Martello, Télémaque, Entre 8h et 8h45, Stephen Dedalus, mɛʁ, Mort, Friedrich Nietzsche
—You could have knelt down, damn it, Kinch, when your dying mother asked you, Buck Mulligan said. I’m hyperborean as much as you. But to think of your mother begging you with her last breath to kneel down and pray for her. And you refused. There is something sinister in you…

La phrase originale

—You could have knelt down, damn it, Kinch, when your dying mother asked you, Buck Mulligan said. I’m hyperborean as much as you. But to think of your mother begging you with her last breath to kneel down and pray for her. And you refused. There is something sinister in you…

— T’aurais pu te foutre à genoux
bordel Minus
quand ta mère te l’a demandé
lui dit Buck Mulligan.
Hyperboréen [2] j’le suis comme toi
mais savoir qu’une mère supplie sur son lit d’mort
un fils de se foutre à genoux prier pour elle.
Et tu dis niet.
Putain qu’est-ce que t’es glauque...

Progression : 0.34%


[2Qui sont les hyperboréens ? Morel parle, lui, d’« animal à sang froid », mais la version 2004 conserve tel quel le mot. Dans L’Antéchrist, Nietzsche mentionne les hyperboréens comme suit :

 Regardons-nous en face. Nous sommes des hyperboréens, — nous savons assez combien nous vivons à l’écart. “Ni par terre, ni par mer, tu ne trouveras le chemin qui mène chez les Hyperboréens” : Pindare l’a déjà dit de nous. Par delà le Nord, les glaces et la mort — notre vie, notre bonheur... Nous avons découvert le bonheur, nous en savons le chemin, nous avons trouvé l’issue à travers des milliers d’années de labyrinthe. Qui donc d’autre l’aurait trouvé ? — L’homme moderne peut-être ? — « Je ne sais ni entrer ni sortir ; je suis tout ce qui ne sait ni entrer ni sortir » — soupire l’homme moderne... Nous sommes malades de cette modernité. »

53.288667, -6.113613


Voir une carte plus grande



Notes

[1Qui sont les hyperboréens ? Morel parle, lui, d’« animal à sang froid », mais la version 2004 conserve tel quel le mot. Dans L’Antéchrist, Nietzsche mentionne les hyperboréens comme suit :

 Regardons-nous en face. Nous sommes des hyperboréens, — nous savons assez combien nous vivons à l’écart. “Ni par terre, ni par mer, tu ne trouveras le chemin qui mène chez les Hyperboréens” : Pindare l’a déjà dit de nous. Par delà le Nord, les glaces et la mort — notre vie, notre bonheur... Nous avons découvert le bonheur, nous en savons le chemin, nous avons trouvé l’issue à travers des milliers d’années de labyrinthe. Qui donc d’autre l’aurait trouvé ? — L’homme moderne peut-être ? — « Je ne sais ni entrer ni sortir ; je suis tout ce qui ne sait ni entrer ni sortir » — soupire l’homme moderne... Nous sommes malades de cette modernité. »

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Syndication RSS | Rechercher | Spip | Contact