Irlande



  • #Ulysse 79

    24 avril 2012

    La phrase originale

    Drawing back and pointing, Stephen said with bitterness :
    — It is a symbol of Irish art. The cracked looking-glass of a servant.

    Marche arrière
    doigt levé
    Stephen l’amer [1] lui dit :
    — Symbole de l’art d’Irlande
    que ce miroir fêlé d’une pauvre.

    Progression : 0.54%

  • #Ulysse 190

    13 août 2012

    La phrase originale

    Buck Mulligan, hewing thick slices from the loaf, said in an old woman’s wheedling voice :
    —When I makes tea I makes tea, as old mother Grogan said. And when I makes water I makes water.

    Buck Mulligan
    taillant de bonnes tranches dans la miche
    prend la voix d’une vieille douce :
    — Quand j’fé l’thé j’fé l’thé
    comme elle disait la vieille Grogan [2].
    Et quand j’fé d’l’eau j’fé d’l’eau.

    Progression : 1.29%

  • #Ulysse 192

    15 août 2012

    La phrase originale

    Buck Mulligan went on hewing and wheedling :
    So I do, Mrs Cahill, says she. Begob, ma’am, says Mrs Cahill, God send you don’t make them in the one pot.

    Buck Mulligan continue sa découpe & son miel :
    Ca c’est vlai, Mme Cahil, dit-elle.
    Dedieu, M’am, dit Mme Cahill,
    l’Seigneur veut pas qu’vous les fassiez dans l’même pot
    .

    Progression : 1.31%

  • #Ulysse 194

    17 août 2012

    La phrase originale

    — That’s folk, he said very earnestly, for your book, Haines. Five lines of text and ten pages of notes about the folk and the fishgods of Dundrum. Printed by the weird sisters in the year of the big wind.

    — Voilà ce qu’il te faut
    dit-il super sérieux
    pour ton bouquin
    Haines.
    Cinq lignes de texte
    dix pages de notes
    sur les Hommes & les dieux sardines de Dundrum.
    Paru chez les soeurs zarb en l’année du grand vent [3].

    Progression : 1.33%


  • #Ulysse 195

    18 août 2012

    La phrase originale

    He turned to Stephen and asked in a fine puzzled voice, lifting his brows :
    —Can you recall, brother, is mother Grogan’s tea and water pot spoken of in the Mabinogion or is it in the Upanishads ?

    Il se tourne vers Stephen
    & lui demande perplexe
    hissant tous ses sourcils :
    — Tu te souviens
    mon frère
    si cette histoire de thé de la mère Grogan [4]
    vient du Mabinogi [5] ou de l’Upaniṣad [6] ?

    Progression : 1.34%

  • #Ulysse 198

    21 août 2012

    La phrase originale

    — I fancy, Stephen said as he ate, it did not exist in or out of the Mabinogion. Mother Grogan was, one imagines, a kinswoman of Mary Ann.

    — Me semble
    dit Stephen mastiquant
    que ça n’existe ni dans ni hors le Mabinogi.
    La mère Grogan [7] était
    on suppose
    de la famille de Mary Ann.

    Progression : 1.36%

  • #Ulysse 200

    23 août 2012

    La phrase originale

    Then, suddenly overclouding all his features, he growled in a hoarsened rasping voice as he hewed again vigorously at the loaf :

    —For old Mary Ann
    She doesn’t care a damn.
    But, hising up her petticoats…

    Puis
    faisant fondre d’un coup tout son masque
    il hurle & fait grincer sa rauque
    tout en charcutant toute la miche à nouveau :

    Ah cette Mary Ann la vioque
    De tout ça elle s’en moque
    Mais quand elle vire sa culotte...

    Progression : 1.38%

  • #Ulysse 213

    5 septembre 2012

    La phrase originale

    Crouching by a patient cow at daybreak in the lush field, a witch on her toadstool, her wrinkled fingers quick at the squirting dugs.

    Accroupie aux aurores dessous sa vache placide [8]
    dans un champ luxuriant
    une sorcière sur son trône vénéneux
    ses petits doigts fanés
    (plus vite !)
    sur les tétines qui giclent.

    Progression : 1.45%

  • #Ulysse 219

    11 septembre 2012

    La phrase originale

    — If we could live on good food like that, he said to her somewhat loudly, we wouldn’t have the country full of rotten teeth and rotten guts. Living in a bogswamp, eating cheap food and the streets paved with dust, horsedung and consumptives’ spits.

    — Ah si on pouvait toujours consommer comme ça
    lui dit-il plus ou moins assez fort
    on vivrait pas dans ce pays de dents pourries
    tripes malades.
    À vivre dans une maramerde
    à bouffer de la junkfood
    on patauge sur des pavés nappés
    poussière chiasse canine voire même mollards phase terminale.

    Progression : 1.50%

  • #Ulysse 227

    19 septembre 2012

    La phrase originale

    — Irish, Buck Mulligan said. Is there Gaelic on you ?

    — De l’irlandais
    répond Buck Mulligan.
    Vous bichez le gaélique ?

    Progression : 1.55%

  • #Ulysse 228

    20 septembre 2012

    La phrase originale

    — I thought it was Irish, she said, by the sound of it. Are you from the west, sir ?

    — Il me semblait que c’en était
    dit-elle
    juste au son il me semblait.
    Vous venez de l’Ouest
    m’sieur ?

    Progression : 1.56%

  • #Ulysse 230

    22 septembre 2012

    La phrase originale

    — He’s English, Buck Mulligan said, and he thinks we ought to speak Irish in Ireland.

    — L’est anglais
    lui dit Buck
    et d’après lui faudrait
    parler irlandais en Irlande.

    Progression : 1.56%

  • #Ulysse 231

    23 septembre 2012

    La phrase originale

    — Sure we ought to, the old woman said, and I’m ashamed I don’t speak the language myself. I’m told it’s a grand language by them that knows.

    — Pour sûr faudrait
    répond la vieille femme
    & j’suis pas fière de pas parler la langue moi-même.
    Paraît que c’en est une bien jolie d’langue
    ceux qui la savent parler le disent.

    Progression : 1.57%

  • #Ulysse 232

    24 septembre 2012

    La phrase originale

    — Grand is no name for it, said Buck Mulligan. Wonderful entirely. Fill us out some more tea, Kinch. Would you like a cup, ma’am ?

    — Bien jolie c’est peu dire
    lui dit Buck Mulligan.
    Carrément merveilleuse.
    Aboule le thé
    Minus.
    Vous en voulez une tasse
    m’dame ?

    Progression : 1.58%

  • #Ulysse 245

    7 octobre 2012

    La phrase originale

    He turned to Stephen and said :
    —Seriously, Dedalus. I’m stony. Hurry out to your school kip and bring us back some money. Today the bards must drink and junket. Ireland expects that every man this day will do his duty.

    Il se retourne vers Stephen & lui dit :
    — Sérieux Dedalus.
    Chuis fauché.
    Bouge-toi d’aller dans ton école à la con [9]
    & rapporte-nous du cash.
    Faut bien les bardes puissent boire & bouffer.
    L’Irlande exige qu’aujourd’hui tout le monde fasse son taf.

    Progression : 1.69%

  • #Ulysse 251

    13 octobre 2012

    La phrase originale

    — That one about the cracked lookingglass of a servant being the symbol of Irish art is deuced good.

    — Celui sur le miroir fêlé d’une bonne
    comme le symbole de l’art d’Irlande [10]
    était grave bien.

    Progression : 1.74%

  • #Ulysse 313

    14 décembre 2012

    La phrase originale

    — I am a servant of two masters, Stephen said, an English and an Italian.

    — Suis l’esclave de deux maîtres
    Stephen dit
    en Angleterre & en Italie.

    Progression : 2.30%


  • #Ulysse 318

    19 décembre 2012

    La phrase originale

    — The imperial British state, Stephen answered, his colour rising, and the holy Roman catholic and apostolic church.

    — L’État Britannique
    répond Stephen
    du sang dessous la peau
    & la Sainte église catholique apostolique & romaine [11].

    Progression : 2.32%

  • #Ulysse 319

    20 décembre 2012

    La phrase originale

    Haines detached from his underlip some fibres of tobacco before he spoke.
    — I can quite understand that, he said calmly. An Irishman must think like that, I daresay. We feel in England that we have treated you rather unfairly. It seems history is to blame.

    Haines arrache à sa lèvre inférieure X particules de sa clope avant de dire :
    — Je crois que ça je peux comprendre
    très calmement.
    C’est même ce qu’un irlandais doit dire
    je dois dire.
    En Angleterre on craint [12] de vous avoir traité pas très bien.
    Faute à l’Histoire sans doute.

    Progression : 2.33%


  • #Ulysse 324

    25 décembre 2012

    La phrase originale

    — Of course I’m a Britisher, Haines’s voice said, and I feel as one. I don’t want to see my country fall into the hands of German jews either. That’s our national problem, I’m afraid, just now.

    — Évidemment je suis britannique
    raconte la voix de Haines [13]
    & donc je pense comme tel.
    Pas plus envie de voir mon pays tomber aux mains des juifs allemands.
    Peur que ce soit ça notre problème intérieur
    aujourd’hui.

    Progression : 2.42%

  • #Ulysse 360

    30 janvier 2013

    La phrase originale

    — We’ll see you again, Haines said, turning as Stephen walked up the path and smiling at wild Irish. Horn of a bull, hoof of a horse, smile of a Saxon.

    — À bientôt
    dit Haines à l’envers
    toutes dents dehors à l’irlandaise [14]
    alors que Stephen remonte le sentier.
    Corne de taureau
    sabot de cheval
    dents de Saxon [15].

    Progression : 2.62%

  • #Ulysse 390

    1er mars 2013

    La phrase originale

    Tonight deftly amid wild drink and talk, to pierce the polished mail of his mind. What then ? A jester at the court of his master, indulged and disesteemed, winning a clement master’s praise. Why had they chosen all that part ? Not wholly for the smooth caress. For them too history was a tale like any other too often heard, their land a pawnshop.

    Ce soir soigneusement entre les gorgées
    & les gorges
    pour éventrer le cuir couenne de son crâne [16].
    Et puis quoi ?
    Un bouffon à la cour de ses maîtres
    toléré méprisé
    qui gagne les louanges de son boss.
    Pour eux aussi l’Histoire est un conte comme un autre
    & déjà mille fois rabâché
    & leur pays aux enchères sur Ebay.

    Progression : 2.81%

  • #Ulysse 445

    25 avril 2013

    La phrase originale

    Across the page the symbols moved in grave morrice, in the mummery of their letters, wearing quaint caps of squares and cubes. Give hands, traverse, bow to partner : so : imps of fancy of the Moors.

    Sur la page les symboles glissent sous une danse macabre [17]
    sous le murmure des lettres
    casquées de curieux cubes carrés [18].
    Donne-lui la main
    traverse
    salue ton partenaire :
    voilà :
    lutin venu du folklore & des Maures.

    Progression : 3.18 %

  • #Ulysse 471

    21 mai 2013

    La phrase originale

    On the sideboard the tray of Stuart coins, base treasure of a bog : and ever shall be. And snug in their spooncase of purple plush, faded, the twelve apostles having preached to all the gentiles : world without end.

    Sur le buffet les pièces des Stuart dans un plateau
    sale trésor des marais [19] :
    & ainsi soit-il.
    Et molletonnées dans leur étui à cuiller pourpre en velours
    délavé
    la bouille des douze apôtres ayant prêché la bonne parole aux gentils [20] :
    pour les siècles & les siècles.

    Progression : 3.35 %


  • [1Super amer, oui ! Entre les eaux amères, sa mère amère et « l’amer mystère de l’amour » (encore à venir), Stephen semble cerné, au propre (la marée) comme au figuré (le fantôme de sa mère), par la bile.

    [2Personnage issu d’une vieille chanson irlandaise.

    [3L’Ulysses annotated qualifie ce passage sur Dundrum et les soeurs zarb, je cite, d’absurdités folkloriques ; c’est dit.

    [4Cf. Ulysse 190.

    [5Cf. ceci.

    [6Cf. cela.

    [7Toujours la chanson irlandaise, Cf. Ulysse 190. Vaut aussi pour Mary Ann

    [8Suite de la rêverie champêtre de Stephen initié en Ulysse 212 : imaginer cette vieille trayant avec, en fond d’écran, ce folklore irlandais

    [9La Clifton School dans laquelle Stephen donne des cours (cf. le chapitre Nestor).

    [10Cf. Ulysse 79.

    [11Voici les deux maîtres de Stephen annoncés en Ulysse 313.

    [12Rappelons que Haines est anglais.

    [13Suite de la réplique de Haines initiée en Ulysse 318.

    [14Deux partis pris différents dans les deux traductions. Chez Morel, Haines sourit défiant Stephen de tout son irlandisme : « encore souriant de cet irlandisme débridé » . Dans la version 2004, c’est Stephen le sauvage : « Haines (...) adressant un sourire à ce spécimen de sauvage irlandais ».

    [15Fait référence à un proverbe : « Beware of the horns of a bull, of the heels of a horse, of the smile of an Englishman » (gare à la corne du taureau, au sabot du cheval, au sourire de l’anglais).

    [16Stephen imagine quand dire ce bon mot incompréhensible pour ses élèves (cf. Ulysse 386), et notamment au Ship, où il doit retrouver et Haines et Mulligan, plus tard dans le récit.

    [17

    [18Comparaison des deux traductions de 1929 et 2004 (dans cet ordre), toutes deux particulièrement nettes : « Au long de la page les chiffres déroulaient leur grave danse mauresque, mascarade de caractères, avec leurs petits bonnets bizarres de carrés et de cube. » et « À travers la page les symboles déroulaient leur moresque solennelle, leurs momeries de petites lettres, coiffées de carrés et de cubes en guise de casquettes cocasses ».

    [19

    Jacques II d’Angleterre

    (James Stuart en anglais), après avoir été chassé du trône d’Angleterre, en 1689, a dévalué la monnaie irlandaise en forgeant des pièces dans un métal de qualité inférieure. Ces pièces, alors destinée à valoir moins que leur valeur supposée sont devenues, depuis, rares donc précieuses. (Extrait de l’Ullyses annotated).

    [20Deasy possède douze cuillers dont chaque extrémité représente le visage d’un apôtre (Ullyses annotaded encore).