< -1 / +1 >

#Ulysse 599

La phrase originale

A misbirth with a trailing navelcord, hushed in ruddy wool. The cords of all link back, strandentwining cable of all flesh.

Une fausse couche l’ombilic à la traîne [1]
fourré dans du coton rougi.
Nos cordons bout à bout se relayent enchaînés [2]
câble encordé de toute chair.

Progression : 4.44 %

Position géographique

53.276063, -6.108634


Voir une carte plus grande

James Joyce par Guillaume Vissac / 26 septembre 2013 / Ulysse par jour
Chapitre : Protée - Géographie : Leahy’s Terrace - Personnage : Stephen Dedalus - Temps : 10h41 - Thématique : Corps

2 révisions

#Ulysse 599, version 2 (22 septembre 2013)

Stephen Dedalus, Corps, Leahy’s Terrace, Protée, Entre 10h40 et 11h10
A misbirth with a trailing navelcord, hushed in ruddy wool. The cords of all link back, strandentwining cable of all flesh.

La phrase originale

A misbirth with a trailing navelcord, hushed in ruddy wool. The cords of all link back, strandentwining cable of all flesh.

Une fausse couche l’ombilic à la traîne [1]
fourré dans du coton rougi.
Nos cordons bout à bout se relayent enchaînés [2]
câble encordé de toute chair.

Progression : 4.44 %

[1Stephen imagine la contenance du sac de la sage-femme qu’il apinche sur la plage depuis l’Ulysse 598.

[2Dans le livre Strandentwinning Cable : Joyce, Flaubert and intertextuality, Scarlett Baron explique la chose suivante (voir plus bas pour la version traduite pour l’occasion) :


Dans le chapitre « Protée » d’Ulysse, un Stephen démoralisé, toujours décrit comme un littérateur nécessiteux, marche seul, abattu, le long de la grève de Sandymount. Ses pensées philosophiques absconses, retranscrites par le biais d’un monologue intérieur, illustrent un retour à ses précédentes méditations sur la création. Provoqués par la vision lointaine de deux silhouettes sur la plage qu’il imagine par erreur être des sages-femmes, Stephen compare la simplicité divine et abstraite de la « Création ex nihilo » à la complexité tentaculaire et la matérialisation chaotique de la naissance humaine via son « ombilic à la traîne ». Bien que Stephen, répétant les mots dangereusement tentants que prononce le serpent de la bible, entretient brièvement le fantasme d’être « l’égal des dieux » (tout comme il se l’imagine à la fin du Portrait), il admet en lui-même que dans toute réalité humaine les « cordons bout à bout enchaînés » forment un « câble encordé de toute chair ». L’esprit de Stephen imagine une matrice originelle depuis laquelle ce câble prend source et auquel tous les cordons reviennent, à la fois comme organes humains et textuels : il s’agit d’Eve, son « ventre privé d’ombilic », une surface vierge, un « ventre immaculé ».

53.276063, -6.108634


Voir une carte plus grande

png/capture_d_ecran_2013-09-22_a_12.15.56.png, png/capture_d_ecran_2013-09-22_a_12.25.57.png, png/capture_d_ecran_2013-09-22_a_12.15.56-2.png


Notes

[1Stephen imagine la contenance du sac de la sage-femme qu’il apinche sur la plage depuis l’Ulysse 598.

[2Dans le livre Strandentwinning Cable : Joyce, Flaubert and intertextuality, Scarlett Baron explique la chose suivante (voir plus bas pour la version traduite pour l’occasion) :


Dans le chapitre « Protée » d’Ulysse, un Stephen démoralisé, toujours décrit comme un littérateur nécessiteux, marche seul, abattu, le long de la grève de Sandymount. Ses pensées philosophiques absconses, retranscrites par le biais d’un monologue intérieur, illustrent un retour à ses précédentes méditations sur la création. Provoqués par la vision lointaine de deux silhouettes sur la plage qu’il imagine par erreur être des sages-femmes, Stephen compare la simplicité divine et abstraite de la « Création ex nihilo » à la complexité tentaculaire et la matérialisation chaotique de la naissance humaine via son « ombilic à la traîne ». Bien que Stephen, répétant les mots dangereusement tentants que prononce le serpent de la bible, entretient brièvement le fantasme d’être « l’égal des dieux » (tout comme il se l’imagine à la fin du Portrait), il admet en lui-même que dans toute réalité humaine les « cordons bout à bout enchaînés » forment un « câble encordé de toute chair ». L’esprit de Stephen imagine une matrice originelle depuis laquelle ce câble prend source et auquel tous les cordons reviennent, à la fois comme organes humains et textuels : il s’agit d’Eve, son « ventre privé d’ombilic », une surface vierge, un « ventre immaculé ».

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Syndication RSS | Rechercher | Spip | Contact