< -1 / +1 >

#Ulysse 294

La phrase originale

He tugged swiftly at Stephen’s ashplant in farewell and, running forward to a brow of the cliff, fluttered his hands at his sides like fins or wings of one about to rise in the air, and chanted :

—Goodbye, now, goodbye ! Write down all I said
And tell Tom, Dick and Harry I rose from the dead.
What’s bred in the bone cannot fail me to fly
And Olivet’s breezy… Goodbye, now, goodbye !

Il chope à l’arrache la canne en guise d’adieu
celle de Stephen &
après avoir couru jusqu’en haut de la falaise
fait palpiter ses mains à ses flancs comme des palmes ou des ailes prêtes à l’élever en l’air
il entonne :

— Adieu, alors, adieu ! Retranscris tout ce que je dis
Raconte à Pierpoljak mon come-back à la vie.
Grâce à la mie de mes os j’pourrais voler si j’veux
Et Dieu que ça souffle aux Oliviers... Adieu, alors, adieu !

Progression : 2.15%

Position géographique

James Joyce par Guillaume Vissac / 25 novembre 2012 / Ulysse par jour
Chapitre : Télémaque - Géographie : Tour Martello - Personnage : Buck Mulligan - Personnage : Stephen Dedalus - Temps : 8h36 - Thématique : Religion - Thématique : Chanson

3 révisions

#Ulysse 294, version 4 (25 mai 2015)

Buck Mulligan, Tour Martello, Télémaque, Entre 8h et 8h45, Stephen Dedalus, Religion, Chanson, 8h36

La phrase originale

He tugged swiftly at Stephen’s ashplant in farewell and, running forward to a brow of the cliff, fluttered his hands at his sides like fins or wings of one about to rise in the air, and chanted :

—Goodbye, now, goodbye ! Write down all I said
And tell Tom, Dick and Harry I rose from the dead.
What’s bred in the bone cannot fail me to fly
And Olivet’s breezy… Goodbye, now, goodbye !

Il chope à l’arrache vite fait la canne en guise d’adieu
celle de Stephen &
après avoir couru jusqu’en haut de la d’une falaise
fait palpiter ses mains à ses contre flancs comme des palmes ou des ailes prêtes à l’élever en l’air
il entonne :

— Adieu, alors, adieu ! Retranscris tout ce que je dis
Raconte à Pierpoljak mon come-back à la vie.
Grâce à la mie de mes os j’pourrais voler si j’veux
Et Dieu que ça souffle aux Oliviers... Adieu, alors, adieu !

Progression : 2.15%

53.288667, -6.113613

<IFRAME SRC="http://www.openstreetmap.fuirestunepulsion . org / ? mlat=53.288667&mlon=-6.net/ulysse/iframes/martello 113613 " style="border  : 1px solid black">

<br />< small><a href="http://www .htm <iframe width="625 " height="450 " width=600 height=460 frameborder="0" scrolling="no " marginheight="0 " marginwidth="0 " SCROLLING="no "> </IFRAME > src="http://www . openstreetmap.org/ ?mlat=53.288667&mlon=-6.113613">Voir une carte plus grande

#Ulysse 294, version 3 (23 juin 2013)

La phrase originale

He tugged swiftly at Stephen’s ashplant in farewell and, running forward to a brow of the cliff, fluttered his hands at his sides like fins or wings of one about to rise in the air, and chanted :

—Goodbye, now, goodbye ! Write down all I said
And tell Tom, Dick and Harry I rose from the dead.
What’s bred in the bone cannot fail me to fly
And Olivet’s breezy… Goodbye, now, goodbye !

Il chope vite fait la canne en guise d’adieu
celle de Stephen &
après avoir couru jusqu’en haut d’une falaise
fait palpiter ses mains contre flancs comme des palmes ou des ailes prêtes à l’élever en l’air s’élever dans les air
il entonne :

— Adieu, alors, adieu ! Retranscris tout ce que je dis
Raconte à Pierpoljak mon come-back à la vie.
Grâce à la mie de mes os j’pourrais voler si j’veux
Et Dieu que ça souffle aux Oliviers... Adieu, alors, adieu !

Progression : 2.15%

#Ulysse 294, version 2 (23 juin 2013)

Buck Mulligan, Tour Martello, Télémaque, Entre 8h et 8h45, Stephen Dedalus, Religion, Chanson

He tugged swiftly at Stephen’s ashplant in farewell and, running forward to a brow of the cliff, fluttered his hands at his sides like fins or wings of one about to rise in the air, and chanted :

—Goodbye, now, goodbye ! Write down all I said
And tell Tom, Dick and Harry I rose from the dead.
What’s bred in the bone cannot fail me to fly
And Olivet’s breezy… Goodbye, now, goodbye !

La phrase originale

He tugged swiftly at Stephen’s ashplant in farewell and, running forward to a brow of the cliff, fluttered his hands at his sides like fins or wings of one about to rise in the air, and chanted :

—Goodbye, now, goodbye ! Write down all I said
And tell Tom, Dick and Harry I rose from the dead.
What’s bred in the bone cannot fail me to fly
And Olivet’s breezy… Goodbye, now, goodbye !

Il chope vite fait la canne en guise d’adieu
celle de Stephen &
après avoir couru jusqu’en haut d’une falaise
fait palpiter ses mains contre flancs comme des palmes ou des ailes prêtes à s’élever dans les air
il entonne :

— Adieu, alors, adieu ! Retranscris tout ce que je dis
Raconte à Pierpoljak mon come-back à la vie.
Grâce à la mie de mes os j’pourrais voler si j’veux
Et Dieu que ça souffle aux Oliviers... Adieu, alors, adieu !

Progression : 2.15%

53.288667, -6.113613


Voir une carte plus grande



Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Syndication RSS | Rechercher | Spip | Contact