< -1 / +1 >

#Ulysse 709

La phrase originale

To yoke me as his yokefellow, our crimes our common cause. You’re your father’s son. I know the voice.

Pour me soumettre comme ses boys [1]
ses crimes nos causes communes.
T’es bien le fils de ton père.
Je reconnais la voix [2].

Progression : 5.19 %

Position géographique


Afficher une carte plus grande

James Joyce par Guillaume Vissac / 14 janvier 2014 / Ulysse par jour
Chapitre : Protée - Géographie : Plage de Sandymount - Littérature : Homère - Littérature : William Shakespeare - Littérature : Victor Hugo - Littérature : Leconte de Lisle - Littérature : Philippe Jaccottet - Temps : 10h51 - Thématique : Irlande - Thématique : Réminiscence - Thématique : Filiation

3 révisions

#Ulysse 709, version 3 (12 janvier 2014)

Homère, William Shakespeare, Irlande, Réminiscence, Filiation, Victor Hugo, Protée, Entre 10h40 et 11h10, Plage de Sandymount, Leconte de Lisle, Philippe Jaccottet

La phrase originale

To yoke me as his yokefellow, our crimes our common cause. You’re your father’s son. I know the voice.

Pour me soumettre comme ses boys [1]
Pour me soumettre
ses crimes nos causes communes.
T’es T’es bien le fils de ton père.
Je reconnais la voix[wikisource.org/wiki/L’Odyssée/3" class='spip_out' rel='external'>Ici, c’est L’Odyssée qui est invoquée, lorsque Nestor dit à Télémaque que le son de sa voix lui évoque celle de son père, ici dans [la version de Leconte de Lisle  : Je reconnais la voix .

<blockquote>

Là, nul n’égala jamais le divin Odysseus par la sagesse, car ton père l’emportait sur tous par ses ruses sans nombre, si vraiment tu es son fils.
Mais l’admiration me saisit en te regardant. Tes paroles sont semblables aux siennes, et on ne te croirait pas si jeune, tant tu sais parler comme lui.

</blockquote>

ou via la traduction de Jaccottet (Éditions La Découverte, P.45), qui laisse de côté la similarité des voix :

<blockquote>

Et s’il était là-bas quelqu’un à qui nul n’eût songé
à disputer le prix de l’invention, c’était Ulysse,
maître en toutes les ruses, et ton père, s’il est bien vrai
que tu sois son enfant : la stupeur me gagne à ta vue.
Il est vrai que tu parles comme il faut, comme on
ne croirait pas que pût parler un si jeune homme !

</blockquote>

À noter qu’en note, Jaccottet renvoie à une autre version, différente elle encore, de Victor Bérard : « Comment peut-on, si jeune, à ce point refléter le langage d’un père ? »]].

Progression : 13991 / 269 228 = 5.19 %

[1Renvoie à Shakespeare, Henry V :

Yoke-fellows in arms,
Let us to France ; like horse-leeches, my boys,
To suck, to suck, the very blood to suck !

Compagnons d’armes, — en France ! et comme des sangsues, mes enfants, — suçons, suçons, suçons jusqu’au sang. —

To yoke me as his yokefellow, our crimes our common cause. You’re your father’s son. I know the voice.


Afficher une carte plus grande

#Ulysse 709, version 2 (11 janvier 2014)

La phrase originale

To yoke me as his yokefellow, our crimes our common cause. You’re your father’s son. I know the voice.

Pour me soumettre
ses crimes nos causes communes.
T’es bien le fils de ton père.
Je reconnais la voix.

Progression : 13991 / 269 228 = 5.19 %



Notes

[1Renvoie à Shakespeare, Henry V :

Yoke-fellows in arms,
Let us to France ; like horse-leeches, my boys,
To suck, to suck, the very blood to suck !

Compagnons d’armes, — en France ! et comme des sangsues, mes enfants, — suçons, suçons, suçons jusqu’au sang. —

[2Ici, c’est L’Odyssée qui est invoquée, lorsque Nestor dit à Télémaque que le son de sa voix lui évoque celle de son père, ici dans la version de Leconte de Lisle :

Là, nul n’égala jamais le divin Odysseus par la sagesse, car ton père l’emportait sur tous par ses ruses sans nombre, si vraiment tu es son fils.
Mais l’admiration me saisit en te regardant. Tes paroles sont semblables aux siennes, et on ne te croirait pas si jeune, tant tu sais parler comme lui.

ou via la traduction de Jaccottet (Éditions La Découverte, P.45), qui laisse de côté la similarité des voix :

Et s’il était là-bas quelqu’un à qui nul n’eût songé
à disputer le prix de l’invention, c’était Ulysse,
maître en toutes les ruses, et ton père, s’il est bien vrai
que tu sois son enfant : la stupeur me gagne à ta vue.
Il est vrai que tu parles comme il faut, comme on
ne croirait pas que pût parler un si jeune homme !

À noter qu’en note, Jaccottet renvoie à une autre version, différente elle encore, de Victor Bérard : « Comment peut-on, si jeune, à ce point refléter le langage d’un père ? »

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Syndication RSS | Rechercher | Spip | Contact