050516


Je me suis dit, courir sur Jerusalem in my heart serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire hier. Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5 (j’ai pas les chiffres exacts). Je sais pas si cette histoire de transcendance et de mysticisme est exhaussée [1], tout ce que je sais c’est que je parviens pas à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face. Un husky gris, un corgy roux. Groupe communie en cercle, se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende. Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui sème, dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude qu’il y a c’est quand ça parle de chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur Rue89 : Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu, suivi. Des radis, du beurre salé, de la salade, des œufs brouillés à la crème et aux aillets. Vraiment bien. Cet article hallucinant des Jours sur ce type qui rentre de Syrie et sa conversation retranscrite avec le consulat de France en Turquie. Je repense à un truc que j’ai crit pour ///, c’était un extrait d’interrogatoire biaisé, les vers étaient cassés exprès. Vieux maintenant. Il faut que je retrouve ça. Avec Thierry je discute brièvement de cette histoire d’écrire juste, et d’être à l’équilibre entre l’accessibilité et l’exigence, cet équilibre-là. Plus de deux heures à sous-titrer cette vidéo de dix minutes où David Buuck et Juliana Spahr lisent la partie du livre où ils remixent Carver. Le cœur génial du livre. Je traduis realist par narratif et ailleurs j’écris qu’il faut que je change de focalisation encore : cette fois ça veut dire autre chose. Cet autre article sur les playlists et que ce ça change dans notre rapport à la musique. Entropicalia c’est vraiment bien. J’utilise peu les playlists à part pour courir et séparer les trucs sans mots des trucs qui sont au cœur de ma vie musicale. Autrement c’est une playlist par année depuis 2011. Et pour qu’un truc mérite d’y rester, ça veut dire que ça doit s’inscrire dans la durée des mois. Il devrait y avoir un Smoking / No smoking des lettres : ça te dirait ce que tu aurais écrit / pas écrit, et combien différemment tu les aurais écrits, si t’avais lu ou pas lu tel, tel ou tel auteur. Par exemple je me dis merde, si j’avais pas lu Seb j’écrirais pas Чарнобыль comme ça du tout. Je l’écrirais quand même, je pense, mais ce serait autre chose. C’est à ça que tu vois ce qui compte. Je ne l’écris pas souvent, ou quand je l’écris je l’écris je l’écris je l’efface, mais c’est une très belle journée qui se termine. Je suis exceptionnellement heureux et énergique [2].

4 juin 2016
par Guillaume Vissac
Journal
#/// #Courir #David Buuck #Jerusalem in my heart #Juliana Spahr #Sébastien Ménard #The Soundcarriers #Thierry Crouzet

[1Au moins je parviens à écouter de bout en bout celle qui crépite : Qala Li Kafa Kafa Kafa Kafa Kafa Kafa.

[2Mais exceptionnellement énergique, c’est une expression qui figure dans la liste des symptômes du Migraine buddy.

<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

050516, version 8 (4 juin 2016)

Je me suis dit, courir sur [Jerusalem Jerusalem in my heart->http://jerusaleminmyheart heart serait une expérience mystique .com] serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire [hier->article3299 ]. hier . Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5 (j’ai pas les chiffres exacts). Je sais pas si cette histoire de transcendance et de mysticisme est exhaussée [1]Je sais pas si ça s’est exhaussé cette histoire de transcendance et de mysticisme , tout ce que je sais c’est que je parviens pas à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face. Un husky gris, un corgy roux. Groupe communie en cercle, se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende. Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui sème, dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude qu’il y a que tu trouves c’est quand ça parle de chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur Rue89 rue89 : Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu, suivi. Des radis, du beurre salé, de la salade, des œufs brouillés à la crème et aux aillets. Vraiment bien. Cet article hallucinant des Jours sur ce type qui rentre de Syrie et sa conversation retranscrite avec le consulat de France en Turquie. Je repense à un truc que j’ai crit pour [///->http://fuirestunepulsion.net/3/], Je repense à un truc que j’ai crit pour ///, c’était un extrait d’interrogatoire biaisé, les vers étaient cassés exprès. Vieux maintenant. Il faut que je retrouve ça. Avec [Thierry->http://tcrouzet.com] Avec Thierry je discute brièvement de cette histoire d’écrire juste, et d’être à l’équilibre entre l’accessibilité et l’exigence, cet équilibre-là. Je lui dis que j’ai pas les épaules, ou que je suis pas au niveau, pour l’instant, pour faire ça. Plus de deux heures à sous-titrer cette vidéo de dix minutes où David Buuck et Juliana Spahr lisent la partie du [livre->http://www livre ils remixent Carver .publie.net/livre/une-armee-damants-juliana-spahr-david-buuck/] où ils remixent Carver. Le cœur génial du livre. Je traduis realist par narratif et ailleurs j’écris qu’il faut que je change de focalisation encore : cette fois ça veut dire autre chose je parle pas de littérature je parle de regard sur la vie . Cet autre article sur les playlists et que ce ça change dans notre rapport à la musique. [Entropicalia->https://www.youtube.com/watch?v=S5jY4uNDQ-M&index=3&list=PLRQKT-Cu2_2Qa1qxR7TjHzCOYQUwdkHy2] Entropicalia c’est vraiment bien. J’utilise peu les playlists à part pour courir et séparer les trucs sans mots des trucs qui sont au cœur de ma vie musicale. Autrement c’est une playlist par année depuis 2011. Et pour qu’un truc mérite d’y rester, ça veut dire que ça doit s’inscrire dans la durée des mois. Il devrait y avoir un [Smoking / No smoking->https://fr.wikipedia.org/wiki/Smoking_/_No_Smoking_%28film%29] Il devrait y avoir un Smoking / No smoking des lettres : ça te dirait ce que tu aurais écrit / pas écrit, et combien différemment tu les aurais écrits, si t’avais lu ou pas lu tel, tel ou tel auteur. Par exemple je me dis merde, si j’avais pas lu [Seb->http://diafragm Seb j’écrirais pas Tchernobyl comme ça du tout .net] j’écrirais pas Чарнобыль comme ça du tout. Je l’écrirais quand même, je pense, mais ce serait autre chosecomplètement . C’est à ça que tu vois ce qui compte. Je ne l’écris pas souvent, ou quand je l’écris je l’écris je l’écris je l’efface, mais c’est une très belle journée qui se termine. Je suis exceptionnellement heureux et énergique. Je suis exceptionnellement heureux et énergique [2]. .

[1Au moins je parviens à écouter de bout en bout celle qui crépite : Qala Li Kafa Kafa Kafa Kafa Kafa Kafa.

[2Mais Mais exceptionnellement énergique, c’est une expression qui figure dans la liste des symptômes du de Migraine buddy.

///, Sébastien Ménard, Courir, Thierry Crouzet, David Buuck, Juliana Spahr, Jerusalem in my heart, The Soundcarriers
<img1801|center > photo de playlists  ??
jpg/dsc_0196.jpg

050516, version 7 (4 juin 2016)

Je me suis dit, que de courir sur Jerusalem in my heart ce serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire hier. Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5 ( , j’ai pas les chiffres exacts). . Je sais pas si ça s’est exhaussé cette histoire de transcendance et de mysticisme, tout ce que je sais c’est que je parviens pas à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face. Un husky gris, un corgy roux. Groupe communie et en cercle, en se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende. Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui sème crème , dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude que tu trouves c’est quand ça parle de chien. Peut-être me faut un chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur rue89 : Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain. J’ai jamais dû écrire le mot merveille de toute ma vie. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu, suivi. Je suis allé lire les commentaires. Des radis, du beurre salé, de la salade, des œufs brouillés à la crème et aux aillets. Vraiment bien. Cet article hallucinant des Jours sur ce type qui rentre de Syrie et sa conversation retranscrite avec le consulat de France en Turquie. Je repense à un truc que j’ai crit pour ///, c’était un extrait d’interrogatoire biaisé, les vers étaient cassés exprès. Vieux maintenant. Il faut que je retrouve ça. Avec Thierry je discute brièvement de cette histoire d’écrire juste, et d’être à l’équilibre entre l’accessibilité et l’exigence, cet équilibre-là. Je lui dis que j’ai pas les épaules, ou que je suis pas au niveau, pour l’instant, pour faire ça. Que la barre est trop haute. Plus de deux heures à sous-titrer cette vidéo de dix minutes où David Buuck et Juliana Spahr lisent la partie du livre où ils remixent Carver. Le cœur génial du livre. Je traduis realist par narratif et ailleurs j’écris qu’il faut que je change de focalisation encore  : cette fois , je parle pas de littérature je parle de regard sur la vie. Cet autre article sur les playlists et que ce ça change dans notre rapport à la musique. Entropicalia c’est vraiment bien. J’utilise peu les playlists à part pour courir et séparer les trucs sans mots des trucs qui sont au cœur de ma vie musicale. Autrement c’est une playlist par année depuis 2011. Et pour qu’un truc mérite d’y rester, ça veut dire que ça doit s’inscrire dans la durée des mois. Il devrait y avoir un Smoking / No smoking des lettres : ça te dirait ce que tu aurais écrit / pas écrit, et combien différemment tu les aurais écrits, si t’avais lu ou pas lu tel, tel ou tel auteur. Par exemple je me dis merde, si j’avais pas jamais lu Seb j’écrirais pas Tchernobyl comme ça du tout. Je l’écrirais quand même, je pense, mais ce serait autre chose complètement. C’est à ça que tu vois ce qui compte. Je ne l’écris pas souvent, ou quand je l’écris je l’écris je l’écris je l’efface, mais c’est une très belle journée qui se termine. Je suis exceptionnellement heureux et énergique. Mais exceptionnellement exceptionnellement énergique, c’est une expression qui figure dans la liste des symptômes de Migraine buddy.

050516, version 6 (2 juin 2016)

Je me suis dit que de courir sur Jerusalem in my heart ce serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire hier. Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5, j’ai pas les chiffres exacts. Je sais pas si ça s’est exhaussé cette histoire de transcendance et de mysticisme, tout ce que je sais c’est que je parviens pas à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face. Un husky gris, un corgy roux. Groupe Un groupe communie et en cercle en se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende . détende . Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui crème, dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude que tu trouves c’est quand ça parle de chien. Peut-être il me faut un chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur rue89 : Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain. J’ai jamais dû écrire le mot merveille de toute ma vie. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu, et suivi. J’ai fait ce qu’il fallait ne pas faire, cela dit. Je suis allé lire les commentaires. Des radis, du beurre salé, de la salade, des œufs brouillés à la crème et aux aillets. Vraiment bien. Cet article hallucinant des Jours sur ce type qui rentre de Syrie et sa conversation retranscrite avec le consulat de France en Turquie. Je repense à truc que j’ai crit pour ///, c’était un extrait d’interrogatoire biaisé, les vers étaient cassés exprès. Vieux maintenant. Il faut Faut que je retrouve ça. Avec Thierry je discute brièvement de cette histoire d’écrire juste, et d’être à l’équilibre entre l’accessibilité et l’exigence, cet équilibre-là. Je lui dis que j’ai pas les épaules, ou que je suis pas au niveau, pour l’instant, pour faire ça. Que la barre est trop haute. Plus de deux heures à sous-titrer cette vidéo de dix minutes où David Buuck et Juliana Spahr lisent lise la partie du livre où ils remixent Carver. Le cœur génial du livre. Je traduis realist par narratif et ailleurs j’écris qu’il faut que je change de focalisation, je parle pas de littérature je parle de regard sur la vie. Cet autre article sur les playlists et que ce ça change dans notre rapport écoute à la musique. Entropicalia c’est vraiment bien. J’utilise peu les playlists à part pour courir et séparer les trucs sans mots des trucs qui sont au cœur de ma vie musicale. Autrement c’est une playlist par année depuis 2011. Et pour qu’un truc mérite d’y rester, ça veut dire que ça doit s’inscrire dans la durée des mois. Il devrait y avoir un Smoking / No smoking des lettres : ça te dirait ce que tu aurais écrit / , pas écrit, et combien différemment tu les aurais écrits, si t’avais t’as lu ou pas lu tel ou tel auteur. Par exemple je me dis merde, si j’avais jamais lu Seb j’écrirais pas Tchernobyl comme ça du tout. Je l’écrirais quand même, je pense, mais ce serait autre chose complètement. C’est à ça que tu vois ce qui compte. Je ne l’écris pas souvent, ou quand je l’écris je l’écris je l’écris je l’efface, mais c’est une très belle journée qui se termine. Je suis exceptionnellement heureux et énergique. Mais exceptionnellement Je me souviens qu’exceptionnellement énergique, c’est une expression qui figure dans la liste des symptômes de Migraine buddy.

050516, version 5 (5 mai 2016)

Je me suis dit que de courir sur Jerusalem in my heart ce serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire hier. Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5, j’ai pas les chiffres exacts. Je sais pas si ça s’est exhaussé cette histoire de transcendance et de mysticisme, tout ce que je sais c’est que je parviens pas à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face. Un husky gris, un corgy roux. Un groupe communie en cercle en se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende. Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui crème, dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude que tu trouves c’est quand ça parle de chien. Peut-être il me faut un chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur rue89 : Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain. J’ai jamais dû écrire le mot merveille de toute ma vie. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu et suivi. J’ai fait ce qu’il fallait ne pas faire, cela dit. Je suis allé lire les commentaires. Des radis, du beurre salé, de la salade, des œufs brouillés à la crème et aux aillets. Vraiment bien. Cet article hallucinant des Jours sur ce type qui rentre de Syrie et sa conversation retranscrite avec le consulat de France en Turquie. Je repense à truc que j’ai crit pour ///, c’était un extrait d’interrogatoire biaisé, les vers étaient cassés exprès. Vieux maintenant. Faut que je retrouve ça. Avec Thierry je discute brièvement de cette histoire d’écrire juste, et d’être à l’équilibre entre l’accessibilité et l’exigence, cet équilibre-là. Je lui dis que j’ai pas les épaules, ou que je suis pas au niveau, pour l’instant, pour faire ça. Que la barre est trop haute. Plus de deux heures à sous-titrer cette vidéo de dix minutes où David Buuck et Juliana Spahr lise la partie du livre où ils remixent Carver. Le cœur génial du livre. Je traduis realist par narratif et ailleurs j’écris qu’il faut que je change de focalisation, je parle pas de littérature je parle de regard sur la vie. Cet autre article sur les playlists et que ce ça change dans notre écoute à la musique. Entropicalia c’est vraiment bien. J’utilise peu les playlists à part pour courir et séparer les trucs sans mots des trucs qui sont au cœur de ma vie musicale. Autrement c’est une playlist par année depuis 2011. Et pour qu’un truc mérite d’y rester, ça veut dire que ça doit s’inscrire dans la durée des mois. Il devrait y avoir un Smoking / No smoking des lettres : ça te dirait ce que tu aurais écrit, pas écrit, et combien différemment tu les aurais écrits, si t’as lu ou pas lu tel ou tel auteur. Par exemple je me dis merde, si j’avais jamais lu Seb j’écrirais pas Tchernobyl comme ça du tout. Je l’écrirais quand même, je pense, mais ce serait autre chose complètement. C’est à ça que tu vois ce qui compte. Je ne l’écris pas souvent, ou quand je l’écris je l’écris je l’écris je l’efface, mais c’est une très belle journée qui se termine. Je suis exceptionnellement heureux et énergique. Je me souviens qu’exceptionnellement énergique, c’est une expression qui figure dans la liste des symptômes de Migraine buddy.

050516, version 4 (5 mai 2016)

photo de playlists ??
Je me suis dit que de courir sur Jerusalem in my heart ce serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire hier. Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5, j’ai pas les chiffres exacts. Je sais pas si ça s’est exhaussé cette histoire de transcendance et de mysticisme, tout ce que je sais c’est que je parviens pas à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face. Un husky gris, un corgy roux. Un groupe communie en cercle en se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende. Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui crème, dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude que tu trouves c’est quand ça parle de chien. Peut-être il me faut un chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur rue89 : Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain. J’ai jamais dû écrire le mot merveille de toute ma vie. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu et suivi. J’ai fait ce qu’il fallait ne pas faire, cela dit. Je suis allé lire les commentaires. Des radis, du beurre salé, de la salade, des œufs brouillés à la crème et aux aillets. Vraiment bien. [Cet article hallucinant des Jours->https://lesjours.fr/obsessions/les-revenants/bilel-episode-1/] sur ce type qui rentre de Syrie et sa conversation retranscrite avec le consulat de France en Turquie. Je repense à truc que j’ai crit pour ///, c’était un extrait d’interrogatoire biaisé, les vers étaient cassés exprès. Vieux maintenant. Faut que je retrouve ça. Avec Thierry je discute brièvement de cette histoire d’écrire juste, et d’être à l’équilibre entre l’accessibilité et l’exigence, cet équilibre-là. Je lui dis que j’ai pas les épaules, ou que je suis pas au niveau, pour l’instant, pour faire ça. Que la barre est trop haute. Plus de deux heures à sous-titrer cette vidéo de dix minutes où David Buuck et Juliana Spahr lise la partie du livre où ils remixent Carver. Le cœur génial du livre. Je traduis realist par narratif et ailleurs j’écris qu’il faut que je change de focalisation, je parle pas de littérature je parle de regard sur la vie. [Cet autre article->https://lesjours.fr/obsessions/la-fete-du-stream/ep13-playlists1/] sur les playlists et que ce ça change dans notre écoute à la musique. Entropicalia c’est vraiment bien. J’utilise peu les playlists à part pour courir et séparer les trucs sans mots des trucs qui sont au cœur de ma vie musicale. Autrement c’est une playlist par année depuis 2011. Et pour qu’un truc mérite d’y rester, ça veut dire que ça doit s’inscrire dans la durée des mois. Il devrait y avoir un Smoking / No smoking des lettres : ça te dirait ce que tu aurais écrit, pas écrit, et combien différemment tu les aurais écrits, si t’as lu ou pas lu tel ou tel auteur. Par exemple je me dis merde, si j’avais jamais lu Seb j’écrirais pas Tchernobyl comme ça du tout. Je l’écrirais quand même, je pense, mais ce serait autre chose complètement. C’est à ça que tu vois ce qui compte.

050516, version 3 (5 mai 2016)

Je me suis dit que de courir sur Jerusalem in my heart ce serait une expérience mystique. J’aurais mieux fait de le faire d’aller courir hier. Je le fais ce matin. 35 minutes et quelques sur quelques 5km5, j’ai je n’ai pas les chiffres exacts. Je ne sais pas si ça s’est exhaussé cette histoire de transcendance et de mysticisme, tout ce que je sais c’est que je parviens ne suis pas parvenu à complètement éteindre et abolir les mots, la parole intérieure. Ici c’est le réel pleine face lumineux . Un husky gris, un corgy roux. Un groupe communie en cercle en se tenant par la main. Des mecs en sueurs pour de la boxe. J’écris il faut que je change de focalisation. Il faut surtout que je souffle et que je me détende. Tout ce qui court, tout ce qui pulse, tout ce qui crème, dans la vie, ce n’est pas dû, c’est fort. Ça mérite qu’on y accorde un peu de cœur et un peu de mon temps. Quand tu prends le journal en général le peu de sérénité ou de plénitude que tu trouves c’est quand ça parle de chien. Peut-être il me faut un chien. Le premier article d’une série paraît aujourd’hui sur rue89 : [Merveilles du Web : 8 lieux où s’invente la fiction de demain->http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2016/05/05/merveilles-web-8-lieux-sinvente-fiction-demain-263912]. J’ai jamais dû écrire le mot merveille de toute ma vie. Content de voir les retours que c’est, de voir que c’est repris, relayé, lu et suivi. J’ai fait ce qu’il fallait ne pas faire, cela dit. Je suis allé lire les commentaires.

050516, version 2 (5 mai 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |