Qui que tu sois, où que tu sois.. J’ai dans l’idée qu’on se ressemble. Humains dans le noir, à tournoyer. Chacun voulant être vu. Touché. Entendu. Considéré aussi. Ceux que j’aime, ils sont tout pour moi. Ces quelques 3 dernières années je m’en suis pris à mon créateur. Je m’en suis pris aux nuages dans le ciel. J’ai hurlé dans l’espoir de quelque explication. Un peu de pitié peut-être. Pour qu’un peu de sérénité pleuve sur moi comme du mana, quelque part. Il y a 4 étés j’ai rencontré quelqu’un. J’avais 19 ans. Lui aussi. Cet été-là, et le suivant, on les a passés ensemble. Tous les jours presque. Et le long de ces jours que nous avons passés ensemble, le temps glissait. Le sommeil, souvent, c’était avec lui. Avant que je réalise que j’étais amoureux, ça avait mal tourné. C’était sans espoir. Aucune échappatoire, aucune négociation possible avec un sentiment pareil. Pas le choix. C’était mon premier amour. Ça a changé ma vie. À l’époque, je faisais défiler dans mon esprit les femmes avec qui j’avais été, celles qui m’étaient chères et qu’il m’avait semblé aimer. Des chansons d’amour me sont revenues en tête, des qui me plaisaient quand j’étais adolescent.. Celles que j’écoutais quand je sortais avec une fille pour la première fois. J’ai compris qu’on les avait écrites dans une langue que je ne parlais pas encore. J’ai compris trop de choses, trop vite. Imagine on te jette d’un avion. Mais je n’étais pas dans un avion. J’étais dans une Nissan Maxima. La même voiture dans laquelle j’avais fourré toutes mes affaires et qui m’avait servi à rallier Los Angeles. Je me suis posé là et j’ai raconté à mon ami ce que je ressentais. À mesure que les mots quittaient ma bouche, je me suis mis à pleurer. C’était une forme de deuil : savoir que je ne pourrais jamais les reprendre. Il m’a touché l’épaule. Il m’a dit des choses douces. Il a fait de son mieux, mais il n’a pas pu me rendre la pareille au niveau de l’aveu. Il fallait qu’il rentre, il était tard et sa copine l’attendait à l’étage. Ses vrais sentiments, il mettrait trois ans à me les confier. J’avais l’impression d’avoir moi imaginé cette réciprocité pendant si longtemps. Maintenant dis-toi qu’on te jette d’une falaise. Non, je n’étais pas au bord d’une falaise, j’étais encore dans ma voiture en train de me dire tout ira bien, respire à fond. J’ai respiré à fond et je suis passé à autre chose. J’ai continué à entrenir avec lui une amitié singulière car il m’était impossible d’imaginer ma vie sans lui. J’ai dû lutter pour parvenir à me maîtriser, moi et mes émotions. Il y a eu quelques échecs.

Le cirque a continué.. J’ai tenu le rythme les quelques étés qui ont suivi. C’est l’hiver, là. J’écris ça dans un avion qui me ramène de la Nouvelle Orléans à Los Angeles. Je suis rentré chez moi pour un autre de ces Noël de merde. J’ai un siège côté hublot. On est le 21 Décembre 2011. À ce jour, j’ai écrit deux albums, le deuxième étant celui-ci. Si j’ai écrit, c’est pour m’occuper la tête, tâcher de ne pas la perdre. Je voulais créer des mondes plus roses que les miens. J’ai tenté de saisir des émotions insaisissables. Ça m’étonne moi-même de voir jusqu’où ça m’a mené. Avant d’écrire tout ça, j’ai raconté mon histoire à des gens. Je suis persuadé que ces gens m’ont maintenu en vie, m’ont protégé.. Sincèrement. Voilà le genre de personnes que j’ai envie de remercier du fond du cœur. Chacun d’entre vous, vous savez qui vous êtes.. Des êtres humains géniaux. Des anges probablement. Je ne sais pas ce qui va se passer maintenant. Ça va le faire. Je n’ai plus aucun secret à devoir protéger désormais. Il reste probablement quelques petits trucs à la con. Mais tu vois ce que je veux dire. Je n’ai jamais été seul, et jamais autant que j’ai eu la sensation de l’être.. Quel que soit l’état dans lequel je peux encore parfois me trouver. Je ne l’ai jamais été. Je crois que jamais j’aurais pu l’être. Merci. À mon premier amour, je te remercie.. Merci, bien que ça ne se soit pas passé comme j’aurais pu espérer que ça se passe et bien que ça ne soit jamais assez, à mes yeux. C’était. Certaines choses n’arrivent jamais.. Nous si. Je ne t’oublierai jamais. Je n’oublierai jamais l’été. Je saurai toujours qui j’étais quand je t’ai rencontré. Je me souviendrai de qui tu étais et de combien nous avons changé tout en ne changeant pas. Je n’ai jamais eu autant de respect à l’égard de la vie et des vivants qu’en ce moment même. Si ça se trouve, pour se sentir vivant on a besoin de frôler la mort. Merci. À ma mère, tu m’as rendu fort. Si je suis si courageux c’est que tu l’as été d’abord, j’en ai conscience.. Alors merci. À tous. Pour tout ce qui est bon. J’ai l’impression d’être un homme libre. Si j’écoute attentivement.. Je dois presque pouvoir entendre le ciel tomber. - Frank

GV
dimanche 29 août 2021 - dimanche 5 février 2023

Frank Ocean est un chanteur américain né en 87. Son dernier album en date, Blonde, est l’un des plus marquants de ces dernières années. En 2012 il publie sur son Tumblr une lettre qui, initialement, devait figurer comme remerciements dans le livret de son premier album Channel Orange. Comme d’autres, c’est à l’occasion de la parution de cette lettre que j’ai découvert sa musique, et donc son histoire. D’autres ont traduit cette lettre avant moi. J’ai transcrit tout ça un jour, puis comme ça arrive souvent j’ai oublié le brouillon dans un coin. Je le publie aujourd’hui, peu remanié, proche de l’esprit initial. Il y a peut-être des approximations. Et je ne sais pas si c’est à proprement parler de la littérature. Mais je sais que c’en est.




11 révisions

Les plus lus : 270513 · 100813 · 130713 · 120614 · 290813 · 271113 · 010918 · 211113 · Fuir est une pulsion, listing adolescent · 120514 ·

Derniers articles : 050123 · 040123 · 030123 · 020123 · 010123 · 311222 · 301222 · 291222 · 281222 · 271222 ·

Au hasard : 040413 · 280111 · 210820 · 220822 · 210618 · 240420 · 161019 · Lune(s) #5 · 180512 · 021113 ·
Quelques mots clés au hasard : Hilda Mundy · Laurie Anderson · Wojciech Kilar · Arvo Pärt · Chrono Cross · ANPE · César Aira · Emil Cioran · Grisélidis Réal · Raymond Federman · SNK · John Adams · D. · Nebel · Yusuke Tsutsumi · Andrei Tarkovski · Band of gold · Minetarō Mochizuki · Ernesto & variantes · Svetlana Alexievich · Stéphane Desienne · André Rougier · Traduire · Joey Bada$$ · Métro · Emilie Notéris · Anthony Poiraudeau · Harper Lee · Do Make Say Think · David Menear

Guillaume Vissac est né dans la Loire un peu après Tchernobyl. Éditeur pour publie.net depuis 2015, il mène également ses propres chantiers d’écriture, de piratage littéraire et de traduction.

Livres : Vers Velvet (Pou, Histoires pédées, 2020). Accident de personne (Othello, réédition 2018) · Le Chien du mariage (traduction du recueil d'Amy Hempel, Cambourakis, 2018) · Mondeling (avec Junkuu Nishimura, publie.net, 2015) · Coup de tête (publie.net, 2013, réédité en 2017) · Accident de personne (publie.net, 2011) · Livre des peurs primaires (publie.net, 2010) · Qu'est-ce qu'un logement (publie.net, 2010)