190115


I wore a black suit and a white shirt, a black tie and black shoes, all polished and shiny : clothes that normally would make me feel uncomfortable, as if I were in a stolen uniform, or pretending to be an adult. Today gave they me comfort, of a kind. I was wearing the right clothes for a hard day.

Neil Gaiman, The Ocean at the End of the Lane, Headline

Quelque chose de très direct et de très pur dans ce premier paragraphe. Pas besoin de beaucoup pour que l’on comprenne, dans l’ordre : que le narrateur est un enfant, que le narrateur est un enfant dans le corps d’un adulte, que le narrateur est en réalité un adulte qui renoue avec sa part d’enfance. Quelques phrases, rien de plus. Justes.

Hier une expérience Wattpad. Écrit puis publié un chapitre de Bajir. Le titre des chapitres est toujours issu du texte lui-même (bouts de mots dits dedans). Choisis ici volontairement un truc bien racoleur pour voir l’impact et les lectures, si ça suit. Ça s’appelle « À l’époque Bajir suçait des mecs pour du fric ». Ça fonctionne. Deux fois plus de lectures sur celui-là que sur le plus lu des autres. Ça ne veut pas dire grand chose, bien sûr, compte tenu des chiffres, de la modestie des chiffres, du faible nombre de lectures, mais ça veut dire grand chose.

<  -  >

Partager

Révisions

5 révisions

190115, version 6 (3 février 2015)

Neil Gaiman

I wore a black suit and a white shirt, a black tie and black shoes, all polished and shiny : clothes that normally would make me feel uncomfortable, as if I were in a stolen uniform, or pretending to be an adult. Today gave they me comfort, of a kind. I was wearing the right clothes for a hard day.

Neil Gaiman, The Ocean at the End of the Lane, Headline

Quelque chose de très direct et de très pur dans ce premier paragraphe. Pas besoin de beaucoup pour que l’on comprenne, dans l’ordre : que le narrateur est un enfant, que le narrateur est un enfant dans le corps d’un adulte, que le narrateur est en réalité un adulte qui renoue avec sa part d’enfance. Quelques phrases, rien de plus, des phrases justes . Justes.

Hier Hier une expérience [Wattpad->http://www Wattpad .wattpad.com]. Écrit puis publié un chapitre de [Bajir->http://www Bajir .wattpad.com/story/30146659-bajir]. Le titre des chapitres est toujours issu du texte lui-même (bouts de mots dits dedans). Choisis ici volontairement un truc bien racoleur pour voir l’impact et les lectures, si ça suit. Ça s’appelle [«  «  À l’époque Bajir suçait des mecs pour du fric »-> http://www .  ». wattpad.com/96623891-5-%C3%A0-l%27%C3%A9poque-bajir-su%C3%A7ait-des-mecs-pour-du-fric]. Ça fonctionne. Deux fois plus de lectures sur celui-là que sur le plus lu des autres. Ça ne veut pas dire grand chose, bien sûr, compte tenu des chiffres, de la modestie des chiffres, du faible nombre de lectures, mais ça veut dire grand chose.

190115, version 5 (3 février 2015)

190115, version 4 (3 février 2015)

<blockquote>

</blockquote>

Quelque Il y a quelque chose de très direct et de très pur dans ce le premier paragraphedu Neil Gaiman . Pas besoin de beaucoup pour que l’on comprenne, dans l’ordre : que le narrateur est un enfant, que le narrateur est un enfant dans le corps d’un adulte, que le narrateur est en réalité un adulte qui renoue avec sa part d’enfance. Quelques phrases, rien de plus, des phrases justes qui touchent juste .

Hier une petite expérience sur Wattpad. Écrit puis publié un chapitre de mon machin Bajir. Le titre des chapitres est toujours issu du texte lui-même ( , j’y prends des bouts de mots dits dedans). . Choisis ici volontairement un truc bien racoleur pour voir l’impact et les lectures, si ça suit. Ça s’appelle «  À l’époque Bajir suçait des mecs pour du fric ». . Ça fonctionne. Deux fois plus de lectures sur celui-là que sur le plus lu des autres. Ça ne veut pas dire grand chose, bien sûr, compte tenu des chiffres, de la modestie des chiffres , du faible nombre de lectures , mais ça veut dire grand chose.

190115, version 3 (19 janvier 2015)

Il y a quelque chose de très direct et de très pur dans le premier paragraphe du Neil Gaiman. Pas besoin de beaucoup pour que l’on comprenne, dans l’ordre : que le narrateur est un enfant, que le narrateur est un enfant dans le corps d’un adulte, que le narrateur est en réalité un adulte qui renoue avec sa part d’enfance. Quelques phrases, rien de plus, qui touchent juste .

Hier une petite expérience sur Wattpad. Écrit puis publié un chapitre de mon machin Bajir. Le titre des chapitres est toujours issu du texte lui-même, j’y prends des bouts de mots dits dedans. Choisis ici volontairement un truc bien racoleur pour voir l’impact et les lectures, si ça suit. Ça s’appelle À l’époque Bajir suçait des mecs pour du fric. Ça fonctionne. Deux fois plus de lectures sur celui-là que sur le plus lu des autres. Ça ne veut pas dire grand chose, bien sûr, compte tenu des chiffres, mais ça veut dire grand chose.

190115, version 2 (19 janvier 2015)

Il y a quelque chose de très direct et de très pur dans le premier paragraphe du Neil Gaiman. Pas besoin de beaucoup pour que l’on comprenne, dans l’ordre : que le narrateur est un enfant, que le narrateur est un enfant dans le corps d’un adulte, que le narrateur est en réalité un adulte qui renoue avec sa part d’enfance. Quelques phrases, rien de plus.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |