180813


Cette phrase étrange, dans le Tarnac, magasin général de David Dufresne, qui cite lui-même un extrait de l’ouvrage anonyme intitulé L’appel :

Nous nous sommes organisés pour la survie élémentaire – récup’, vol, travaux collectifs, repas en commun, partage de techniques, de matériel, d’inclinations amoureuses – et nous avons trouvé des formes d’expression politique : concerts, manifs, action directe, sabotage, tracts.

Qu’est-ce qu’un partage d’inclinations amoureuses ?

Un peu plus tard, un peu plus tôt je sais pas, dans un autre livre écrit un siècle et demi en amont de cet autre, Walden, je lis :

We are all sculptors and painters, and our material is our own flesh and blood and bones.

Cette phrase intervient peu après une défense et illustration d’un certain refus de la carnivorouce [1].

Toutes ces choses sont lues en mouvement, entre un point A qui pèse 27/28° aux alentours de midi et un point B pluvieux quinze heures, 22° d’après la météo tactile. La recette que j’applique pour éviter le crâne est directement issue du trajet aller de vendredi. Se décompose comme suit (et dans cet ordre) :
- 1h de lecture non rétro-éclairé
- 1h de somnolence avec ou sans musique, aléatoire ou linéaire, indice son 1 ou 2
- si besoin, 1h d’écrire sur le Mac déplié en rétroéclairage 1
Le tout assorti d’un dernier truc, et la plupart du temps sans aucun verre correcteur : ne pas regarder dehors le paysage filer.

18 août 2013
par Guillaume Vissac
Journal
#David Dufresne #Henry David Thoreau #Migraine #Train

[1

Is it not a reproach that man is a carnivorous animal ? True, he can and does live, in a great measure, by preying on other animals ; but this is a miserable way, — as any one who will go to snaring rabbits, or slaughtering lambs, may learn, — and he will be regarded as a benefactor of his race who shall teach man to confine himself to a more innocent and wholesome diet. Whatever my own practice may be, I have no doubt that it is a part of the destiny of the human race, in its gradual improvement, to leave off eating animals, as surely as the savage tribes have left off eating each other when they came in contact with the more civilized.

Henry David Thoreau, Walden : Life in the Woods

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

180813, version 4 (23 août 2013)

Migraine, Train, David Dufresne, Henry David Thoreau

Cette phrase étrange, dans le [Tarnac, magasin général->http://magasin-general.fr/] de [David Dufresne->http://www.davduf.net/]Cette phrase étrange , dans le Tarnac , magasin général de David Dufresne , qui cite lui-même un extrait de l’ouvrage anonyme intitulé L’appel :

<blockquote>

Nous nous sommes organisés pour la survie élémentaire – récup’, vol, travaux collectifs, repas en commun, partage de techniques, de matériel, d’inclinations amoureuses – et nous avons trouvé des formes d’expression politique : concerts, manifs, action directe, sabotage, tracts.

180813, version 3 (23 août 2013)

Cette phrase Lu cet étrangedétour , dans le Tarnac, magasin général de David Dufresne, qui cite lui-même un extrait de l’ouvrage anonyme intitulé L’appel et qui prononce la chose suivante sur cette page :

Cette phrase intervient peu après une défense et illustration de la non-ingestion de nourriture animale. Toutes ces choses sont lues en mouvement, entre un point A qui pèse 27/28° aux alentours de midi et un point B pluvieux à quinze heures, 22° d’après la météo tactile. La recette précise que j’applique pour éviter le crâne est directement issue du trajet aller de vendredi. Se La recette précise que j’applique pour éviter le crâne est directement issue du trajet aller de vendredi soir et se décompose comme suit (et dans cet ordre) :

180813, version 2 (18 août 2013)

Lu cet étrange détour, dans le Tarnac Tarnac , magasin général général de David Dufresne, qui cite lui-même un extrait de l’ouvrage anonyme intitulé L’appel L’appel et qui prononce la chose suivante sur cette page :

Un peu plus tard, un peu plus tôt peut-être, dans un autre livre écrit un siècle et demi en amont de cet autre plus tôt , Walden , Walden , je lis ceci :

Cette phrase intervient peu après une défense et illustration de la non-ingestion de nourriture animale. Toutes ces choses sont lues en mouvement, entre un point A qui pèse 27/28° aux alentours de midi et un point B pluvieux nuageux à quinze heures, 22° d’après la météo tactile. La recette précise que j’applique pour éviter le crâne est directement issue du trajet aller de vendredi soir et se décompose comme suit (dans cet ordre) :

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |