280516


He realized suddenly that it was one thing to see the past occupying the present, but the true test of prescience was to see the past in the future.

Frank Herbert, Dune

Le musée Soulages à Rodez est un gros monolithe noir sur quoi on peut marcher. Toute une partie du bâtiment est enclavée dans ce noir et sur des kilomètres. Théoriquement, tu peux marcher dessus 24h. Le sol est vinyle, plein de microsillons. La matière est la même au-dessus. Tu peux marcher les bras tendu et faire résonner les sons en haut et en bas, avec tes doigts avec tes semelles. Je fais ça et un micro au corps. C’est un projet que j’ai : enregistrer tout, documenter tout sur 24h. Le son résonne comme le vent engouffré dans un tube en plastique. Les autres sons s’y mêlent. Par exemple : la parole des passants. Ou bien mes propres soupirs, propres pensées qui sait. Le bruit d’une vue sur la mer, le vent océanique battant. Des sanglots, des halètements, des hoquets quand je tombe et sonné sur le sol victime de la soudaine crudité des existences humaines (ou d’une béatitude inattendue on ne sait pas trop). Sous une pluie fine dans les rues d’une autre Paris. Vegan burger avec H. chez Big Fernand. Une église. C’est avant que l’orage tombe. Une longue période d’absence où j’ère sonné pour rien. Finale de la Ligue des Champions Real - Atlético jusqu’aux séances de pénalty.

<  -  >

Partager

Révisions

6 révisions

280516, version 7 (29 juin 2016)

Paris, H., Rêve, Football, Frank Herbert
Le musée Soulages à Rodez est un gros monolithe noir sur quoi on peut marcher. Toute une partie du bâtiment est enclavée dans ce noir et sur des kilomètres. Théoriquement, tu peux marcher dessus 24hde suite . Le sol est en vinyle, plein de microsillons. La matière est la même au-dessus. Tu peux marcher les bras tendu et faire résonner les sons en haut et en bas, respectivement avec tes doigts avec et tes semelles. Je fais ça et un micro me colle au corps. C’est un projet que j’ai : enregistrer tout, documenter tout sur 24h. Le son résonne comme le vent engouffré dans un tube en plastique. Les autres sons s’y mêlent. Par exemple : la parole des passants. Ou bien mes propres soupirs, propres pensées qui sait. Le bruit d’une de la vue sur la mer, le vent océanique battant. Des sanglots, des halètements, des hoquets quand je tombe et sonné sur le sol victime de la soudaine crudité des existences humaines (ou d’une béatitude inattendue on ne sait pas trop). Sous une pluie fine dans les rues d’une autre Paris. Vegan burger avec [H H .->mot59] chez Big Fernand. Une église. C’est avant que l’orage tombe. Une longue période d’absence où j’ère sonné pour rien. Finale de la Ligue des Champions Real - Atlético jusqu’aux séances de pénalty.
jpg/dsc_0370.jpg

280516, version 6 (4 juin 2016)

«  He realized suddenly that it was one thing to see the past occupying the present, but the true test of prescience was to see the past in the future.  »

Extrait de  : Frank Herbert Dune . « Dune.  » iBooks.

Le musée Soulages à Rodez Le musée Soulages à Rodez est un gros monolithe noir sur quoi on peut marcher. Toute une partie du bâtiment est enclavée dans ce noir et sur des kilomètres. Théoriquement, tu peux marcher dessus 24h de suite. Le sol est en vinyle, plein de microsillons. La matière est la même au-dessus. Tu peux marcher les bras tendu au-dessus de ta tête et faire résonner les sons en haut et en bas, respectivement avec tes doigts et tes semelles. Je fais ça et un micro me colle au corps. C’est un projet que j’ai : enregistrer tout, documenter tout sur 24h. Le son résonne comme le vent engouffré dans un tube en plastique. Les autres sons s’y mêlent. Par exemple : la parole des passants. Ou bien mes propres soupirs, propres pensées qui sait. Le bruit de la vue sur la mer, le vent océanique battant. Des sanglots, des halètements, des hoquets quand je tombe et sonné sur le sol victime de la soudaine crudité des existences humaines ( , ou d’une béatitude inattendue on ne sait pas trop ). . Sous une pluie fine dans les rues d’une autre Paris. Vegan burger avec H. chez Big Fernand. Une église. C’est avant que l’orage tombe. Une longue période d’absence où j’ère sonné pour rien. Finale de la Ligue des Champions Real - Atlético jusqu’aux séances de pénalty.

280516, version 5 (29 mai 2016)

Le musée Soulages à Rodez est un gros monolithe noir sur quoi on peut marcher. Toute une partie du bâtiment est enclavée dans ce noir et sur des kilomètres. Théoriquement, tu peux marcher dessus 24h de suite. Le sol est en vinyle, plein de microsillons. La matière est la même au-dessus. Tu peux marcher les bras tendu au-dessus de ta tête et faire résonner les sons en haut et en bas, respectivement avec tes doigts et tes semelles. Je fais ça et un micro me colle au corps. C’est un projet que j’ai : enregistrer tout, documenter tout sur 24h. Le son résonne comme le vent engouffré dans un tube en plastique. Les autres sons s’y mêlent. Par exemple : la parole des passants. Ou bien mes propres soupirs, propres pensées qui sait. Le bruit de la vue sur la mer, le vent océanique battant. Des sanglots, des halètements, des hoquets quand je tombe et sonné sur le sol victime de la soudaine crudité des existences humaines, ou d’une béatitude inattendue. Sous une pluie fine dans les rues d’une autre Paris. Vegan burger avec H. chez Big Fernand. Une église. C’est avant que l’orage tombe. Une longue période d’absence où j’ère sonné pour rien. Finale de la Ligue des Champions Real - Atlético jusqu’aux séances de pénalty.

280516, version 4 (28 mai 2016)

<blockquote>

« He realized suddenly that it was one thing to see the past occupying the present, but the true test of prescience was to see the past in the future. »

Extrait de : Frank Herbert. « Dune. » iBooks.

</blockquote>

280516, version 3 (28 mai 2016)

Le musée Soulages à Rodez est un gros monolithe noir sur quoi on peut marcher. Toute une partie du bâtiment est enclavée dans ce noir et sur pendant des kilomètres. Théoriquement, tu peux marcher dessus là-dessus 24h de suite. Le sol est en vinyle, plein de microsillons. La matière est la même au-dessus. Tu peux marcher les bras tendu au-dessus de ta tête et faire résonner les sons en haut et en bas, respectivement avec tes doigts et tes semelles. Je fais ça et un , , armé d’un micro me qui te colle au corps. C’est un projet que j’ai : enregistrer tout, documenter tout sur 24h. Le son résonne comme le vent engouffré qu’on engouffre dans un tube en plastique. Les autres sons s’y mêlent. Par exemple : la parole des passants. Ou bien mes propres soupirs, propres pensées qui sait. Le bruit de la vue sur la mer, le vent océanique battant. Des sanglots, des halètements, des hoquets quand je tombe et sonné sur le sol victime de la soudaine crudité des existences humaines, ou d’une béatitude inattendue . Sous une pluie fine dans les rues d’une autre Paris. Vegan burger avec H. chez Big Fernand. Une église. C’est avant que l’orage tombe.

280516, version 2 (28 mai 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |