010914


À cause de l’empathie sans doute j’ai l’impression moi aussi de rentrer aujourd’hui. Ça se traduit par deux choses : le retour en soi-même (les habitudes quotidiennes, le rythme des jours, la reprise de la garde des heures comme dit par moments : je suis de garde ou, je ne sais pas moi, d’astreinte) et le retour de mes os dans le crâne, ça arrive le lendemain du jour où je me suis glorifié d’atteindre un mois complet (août) sans prendre de Relpax. C’est la tension qui tombe ? Ou bien c’est dû au sommeil. Ou bien c’est dû au taf comme je l’envisage quand nous sommes un de plus ici-même et que la distribution des tâches, forcément, s’en ressent. Je dialogue quelque temps avec Christine via Twitter, c’est agréable car c’est comme parallèle à moi-même. Il est question de la mer. De l’eau de la mer et des vagues. Du sable. De la vase. De la boue que l’on se traine devant les yeux sans doute, et de l’oùcoursje, l’oùvaisje. Je retombe fatalement dans cet insupportable constat permament qui me fait me parler à moi-même et me dire : il faudrait que tu te sortes de toi-même et, donc, par extension, il faudrait que tu sois, sinon quelqu’un d’autre, au moins autre chose (ou l’inverse, je ne sais pas). Je ne sais pas. L’autre constat permanent c’est se dire je ne suis pas conforme. Conforme à quoi je ne sais pas. Je réfléchis souvent à ça, ça fait des boucles dans ma tête : ce qu’il faudrait éradiquer ce n’est pas tant le taf alimentaire en tant que tel, c’est ma façon dont je conçois le taf alimentaire.

Couru, avec H., 3.82km, 25min19, sur les Quatre saisons recomposées, pour me chasser la tête du crâne, pour que le soir soit repoussé au soir, pour que le chien touffu arrêté au passage protégé retire sa queue qui traine (l’obéissance).

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

010914, version 4 (21 septembre 2014)

Migraine, Boulot, H., Christine Jeanney, Courir, Max Richter, Antonio Vivaldi
À cause de l’empathie sans doute j’ai l’impression moi aussi de rentrer aujourd’hui. Ça se traduit par deux choses : le retour en soi-même (les habitudes quotidiennes, le rythme des joursgris , la reprise de la garde des heures comme dit on pourrait dire par moments : je suis de garde ou, je ne sais pas moi, d’astreinte) et le retour de mes des os dans [le crâne->mot1] le crâne , ça arrive le lendemain du jour je me suis glorifié d’atteindre un mois complet ( donc août ) sans prendre de Relpax . , ça arrive le lendemain du jour où je me suis glorifié d’atteindre un mois complet (août) sans prendre de Relpax. C’est la tension qui tombe retombe ? Ou bien c’est dû au sommeil. Ou bien c’est dû au taf Ou bien c’est au taf comme je l’envisage quand nous sommes un de plus ici-même trois ici , et non deux , et que la distribution des tâches, forcément, s’en ressent. Je dialogue quelque temps avec [Christine->http://christinejeanney.net] Je dialogue quelque temps avec Christine via Twitter, c’est agréable car c’est comme parallèle à moi-même. Il y est question de la mer. De l’eau de la mer et des vagues. Du sable. De la vase. De la boue que l’on se traine devant les yeux sans doute, et de l’oùcoursje, l’oùvaisje. Je J’en retombe fatalement dans cet insupportable constat permament qui me fait me parler à moi-même et me dire : il faudrait que tu te sortes de toi-même et, donc, par extension, il faudrait que tu sois, sinon quelqu’un d’autre, au moins autre chose (ou l’inverse, je ne sais pas). Je ne sais pas. L’autre constat permanent c’est se dire je ne suis pas conforme. Conforme à quoi je ne sais pas .  ? Je réfléchis souvent à ça, ça fait des boucles dans ma tête : ce qu’il faudrait éradiquer ce n’est pas tant le taf alimentaire en tant que tel, c’est ma façon dont je conçois le taf alimentaire.Tout s’articule autour de ça.
jpg/p1000944.jpg

010914, version 3 (20 septembre 2014)

À A cause de l’empathie sans doute j’ai l’impression moi aussi de rentrer aujourd’hui. Ça Ca se traduit par deux choses : le retour en soi-même (les habitudes quotidiennes, le rythme des jours gris, la reprise de la garde des heures comme on pourrait dire par moments : je suis de garde ou, je ne sais pas moi, d’astreinte) et le retour des os dans le crâne, ça arrive le lendemain du jour où je me suis glorifié d’atteindre un mois complet (donc août) sans prendre de Relpax. C’est la tension qui retombe ? Ou bien c’est dû au sommeil. Ou bien c’est dû au taf comme je l’envisage quand nous sommes trois ici, et non deux, et que la distribution des tâches, forcément, s’en ressent. Je dialogue quelque temps avec Christine via Twitter, c’est agréable car c’est comme parallèle à moi-même. Il y est question de la mer. De l’eau de la mer et des vagues. Du sable. De la vase. De la boue que l’on se traine devant les yeux sans doute, et de l’oùcoursje, l’oùvaisje. J’en retombe fatalement dans cet insupportable constat permament qui me fait me parler à moi-même et me dire : il faudrait que tu te sortes de toi-même et, donc, par extension, il faudrait que tu sois, sinon quelqu’un d’autre, au moins autre chose (ou l’inverse, je ne sais pas). Je ne sais pas. L’autre constat permanent c’est dire je ne suis pas conforme. Conforme Mais à quoi ? Je réfléchis souvent à ça, ça fait des boucles dans ma tête : ce qu’il faudrait éradiquer ce n’est pas tant le taf alimentaire en tant que tel, c’est ma façon dont je conçois le taf alimentaire. Tout s’articule autour de ça.

010914, version 2 (1er septembre 2014)

010914 01092014
Couru, avec H., 3.82km, 25min19, sur les Quatre saisons recomposées, pour me chasser la tête du crâne, pour que le soir soit repoussé au soir, pour que le chien touffu arrêté au passage protégé retire sa queue qui traine, obéissant.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |