230113


Dans un mail à Thomas j’écris qu’écrire /// me rend heureux, vraiment, c’est le cas ? L’autre jour H. me dit quand t’écris le seul truc qui te donne l’air heureux c’est Ulysse, je sais pas si c’est vrai. Sais qu’écrire Ulysse ça veut dire 90% de technique et 10% d’écrire. Le /// à côté c’est partiellement mental. Mueller avance tout seul, en parallèle de moi, je sais pas où ça va. Pour l’instant je vais pas « à la mine » comme il dit. Tous les soirs l’écriture de ce truc, vingt minutes, oui, c’est du plaisir. Le jour où c’est la mine couper court et dire stop. Copier coller la phrase recopiée l’autre jour et finir.

Envie, dans Mueller, d’y foutre des trucs pris à d’autres périphéries comme l’ait fait l’autre jour avec la phrase de Garcia Marquez. Le faire avec des textes, le faire avec des langues, le faire avec des airs et des musiques, d’ailleurs : écrire ce mot-là mine, ç’invoque de suite le Surintendant des mines de Jünger (celui d’Héliopolis).

Mueller donc (308 mots) :

Ixoa (la ville) repose sur le haut d’une colline
creuse. La seule route qui mène aux portes de la
villofixoa s’appelle la rouge. Devant les portes
de la villofixoa la rouge se jette entre le khôl
des pierres & les béances des fortifications. La
rouge s’écoule au gré des interstices. Teinte le
mur ouest, paraît-il, de la salle des fossés, là
où la garde du lordofixoa a pour mission creuser
la roche en profondeur. La rouge éponge à pic le
mont sage sur lequel est bâti Ixoa. Le versant à
l’est, celui qui donne sur le désert d’est, lui,
on l’appelle le versant de la salte, il est face
au vide, les créneaux mastiquent le sable d’est,
celui-là même que gorge lentement la rouge, elle
se répand de gramme en gramme, sur le versant de
l’ouest, dans les profondeurs du mont sage, dans
des cavernes & des cryptes légendaires inconnues
de la mythologie des lörd. On dit que c’est elle
qui colore d’ocre les sables & vents du désert &
non le contraire. On dit même qu’elle s’évapore.

Mueller ouvre les yeux : il sait : cet homme cav
sait : celui qui traîne le cuir tanné de chacune
de ses bottes : celui qui s’éloigne en murmurant
des mots secrets dans la langue fresque des cavs
& qui use de ses ongles pour saisir sur le derme
à la nuque la peau muée d’une bête passée par là
durant la nuit : il sait : cet homme cav perclus
de piques & de morsures de bête : cet homme cav,
même s’il n’a aperçu le visage de Mueller, caché
sous l’houppelande, que 2 ou 3 secondes, il sait
pertinemment, cet homme cav, il le sait bien que
Mueller, en son temps, a prêté un serment sur la
langue de sa gorge & qu’il l’a rompu. Il le sait
cet homme cav : il l’a lu sur le derme du front.

<  -  >

Partager

Révisions

2 révisions

230113, version 3 (27 janvier 2013)

H., Ernst Jünger, Gabriel Garcia Marquez, ///, Mueller
Dans un mail à [Thomas->http://furtives.blogspot.fr/] j’écris qu’écrire /// Dans un mail à Thomas j’écris qu’écrire /// me rend vraiment heureux, vraiment , c’est le cas ? L’autre jour H. me dit que quand t’écris j’écris le seul truc qui te me donne l’air heureux c’est Ulysse , je sais pas si c’est [Ulysse->http://www vrai .fuirestunepulsion.net/ulysse/], je sais pas si c’est vrai. Sais qu’écrire [Ulysse->http://www.fuirestunepulsion.net/ulysse/] Sais juste qu’écrire Ulysse en vrai ça veut dire signifie 90% de technique et 10% d’écrire. Le /// Le /// à côté c’est partiellement mental encore grande partie mentale . Mueller Mueller avance tout seul, en parallèle de moi, je sais pas où ça va. Pour l’instant avec ça je vais pas « à la mine » comme [il->http://furtives il dit .blogspot.fr/] dit. Tous les soirs l’écriture de ce truc, vingt minutes, oui, c’est du plaisir. Le jour où c’est la mine couper court et dire stop. Copier coller la phrase recopiée [l’autre jour->article1848] l’autre jour sur la fin de ce chant . et finir.

230113, version 2 (24 janvier 2013)

Dans un mail à Thomas j’écris qu’écrire /// me rend vraiment heureux, c’est est-ce le cas ? L’autre jour [H H .->mot59] me dit que quand j’écris le seul truc qui me donne l’air d’être heureux c’est Ulysse , Ulysse , je sais pas si c’est vrai. Sais juste Je sais seulement qu’écrire Ulysse Ulysse en vrai ça signifie 90% de technique et 10% d’écrire. Le /// /// à côté c’est encore en grande partie mentale. Mueller avance tout seul, en parallèle de moi, je sais pas où ça va. Pour l’instant avec ça vec Mueller je vais pas « à la mine » comme il dit. Tous les soirs l’écriture de ce truc vingt minutes, oui, c’est du plaisir. Le jour où c’est la mine couper court et dire stop. Copier coller la phrase recopiée l’autre jour sur la fin de ce chant.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Autres articles



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |