281216


La douleur est un phénomène transitoire, l’information d’un danger envoyée par le corps, qui n’a plus de raison d’être une fois le bon message décodé. [1] Tendance à croire que la douleur c’était une forme de preuve, la preuve que l’on existe, ou bien une extension de soi. Un film à la fois incompréhensible et visqueux mais également assez austère. En réalité ce n’est incompréhensible que jusqu’à ce qu’une voix vienne tout t’expliquer dans le bon ordre et j’ai horreur des récits qui font ça. 216 mots pour rien derrière car sans la première phrase de Bk qui me manque je suis dans l’incapacité de trouver une voix pour l’élancer.

29 janvier 2017
par Guillaume Vissac
Journal
#Corps

[1Lu ici.

<  -  >

Partager

Révisions

3 révisions

281216, version 4 (29 janvier 2017)

La douleur est un phénomène transitoire, l’information d’un danger envoyée par le corps, qui n’a plus de raison d’être une fois le bon message décodé. [/" class='spip_out' rel='external'>Lu [ici.]] /]].] Tendance Toujours eu tendance à penser , croire , redouter , que la douleur c’était une forme de preuve, la preuve que l’on existe, ou bien une extension de soi. Il faut que je fasse quelque chose à ce propos. Un film à la fois incompréhensible et visqueux mais également assez austère. En réalité ce n’est incompréhensible que jusqu’à ce qu’une voix vienne tout t’expliquer dans le bon ordre et j’ai horreur des récits qui font ça. 216 mots pour rien derrière car sans la première phrase de Bk qui me manque je suis dans l’incapacité la plus pure incapacité de trouver une voix pour l’élancer.
Corps
<img2056|center > La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil
jpg/la-dame-dans-lauto-avec-des-lunettes-et-un-fusil-1-e1435649031350.jpg

281216, version 3 (28 janvier 2017)

La douleur est un phénomène transitoire, l’information d’un danger envoyée par le corps, qui n’a plus de raison d’être une fois le bon message décodé. , lu [ici->https://lepoidsdesmaux . [/" class='spip_out' rel='external'>Lu [ici].] /]. Toujours eu tendance à penser, croire, redouter, que la douleur c’était une forme de preuve, la preuve que l’on qu’on existe, une extension de soi. Il faut que je fasse quelque chose à ce propos. Un film à la fois incompréhensible et visqueux mais également assez austère. En réalité ce n’est incompréhensible que jusqu’à ce qu’une voix vienne tout t’expliquer dans le bon ordre et j’ai horreur des récits qui font ça. 216 mots pour rien derrière car sans la première phrase de Bk Bakou qui me manque je suis dans la plus pure incapacité l’incapacité de trouver une voix pour l’élancer l’écrire .

281216, version 2 (29 décembre 2016)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |