130818


J’ai tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je sais plus qui l’a marqué, comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je me dis toujours si je travaillais encore chez STAT) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre, là, au cinquième étage, à quelques mètres de moi donc. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des deux trois voitures qui restent et qui remontent le crin de la rue T, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond « Pour que tu m’aimes encore » (ça existe), c’est continu. En bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins, minute après minute, de l’eau est gaspillée. Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). J’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles et que personne ne se faisait floquer quoi que ce soit, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin, non floqué celui-là, un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [1] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère peut-être et moi dans une morosité totale (ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu, ce soir-là, être lyonnais.

13 septembre 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#A. #D. #Football #Mémoire #Paris #Père #St-Etienne #Thomas Pynchon #Vincent Fleury

[1J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir les afficionados de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages.

<  -  >

Partager

Révisions

9 révisions

130818, version 10 (13 septembre 2018)

Paris, Thomas Pynchon, St-Etienne, Football, Mémoire, Père, D., A., Vincent Fleury
J’ai tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je sais plus qui l’a marqué, comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je suis encore à me dis toujours dire si je travaillais encore chez STAT) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre, là, au cinquième étage, à quelques mètres de moi donc. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalementet de façade , alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des deux ou trois voitures qui restent et qui remontent le crin de la rue T, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond «  Pour Pour que tu m’aimes encore  » encore (ça existe), c’est continu. En bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins, minute après minute, de l’eau est gaspillée. Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). J’ai Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles et que personne ne se faisait floquer quoi que ce soit, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin, non floqué celui-là, un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [1] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir , il me semble , et [je je nous revois->http://remue revois marcher tous , mon père , D .net/spip.php ?rubrique989] marcher tous, mon père, D., A., son frère peut-être et moi dans une morosité totale (ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu, ce soir-là, être lyonnais.

[1J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir les afficionados de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages.

jpg/dsc_0384-2.jpg

130818, version 9 (12 septembre 2018)

J’ai tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je sais plus qui l’a marqué, comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je suis encore à me dire si je travaillais encore chez STAT) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre, là, au cinquième étage, à quelques mètres de moi donc . Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement et de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des deux ou trois voitures qui restent et qui remontent le crin de la rue T, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore (ça existe), c’est continu. En bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins, minute après minute, de l’eau est gaspillée. Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles et que personne ne faisait floquer quoi que ce soit, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin, non floqué celui-là, un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [2] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère peut-être et moi dans une morosité totale (ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu, ce soir-là, être lyonnais.

[2J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir les afficionados de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages.

130818, version 8 (11 septembre 2018)

J’ai tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je sais plus qui l’a marqué, comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je ne travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je suis encore à me dire si je travaillais encore chez STAT) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre, , au cinquième étage , à quelques mètres de moi. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement et de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des deux ou trois quelques voitures qui restent et qui remontent le crin de la rue T , et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore (ça existe), c’est continu. En bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins, minute après minute, de l’eau est gaspillée gaspillé . Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les ceux away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles et que personne ne faisait floquer quoi que ce soit , et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin, non floqué celui-là , un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [3] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère peut-être et moi dans une morosité totale (ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu, ce soir-là, être lyonnais.

[3J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir les afficionados de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages.

130818, version 7 (8 septembre 2018)

J’ai complètement tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je ne sais plus qui l’a marqué, ni comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je ne travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je suis encore à me dire si je travaillais encore chez STAT) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre à quelques mètres de moi. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des quelques voitures, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore (ça existe), c’est continu. En bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins, minute après minute, est gaspillé. Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été ceux les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [4] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère et moi dans une morosité totale (ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu, ce soir-là, être lyonnais.

[4J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir les afficionados de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages.

130818, version 6 (16 août 2018)

J’ai complètement tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je ne sais plus qui l’a marqué ni comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je ne travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je suis encore à me dire si et si je travaillais encore chez STAT) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre à quelques mètres de moi. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des quelques voitures, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore ( ça existe ), encore , c’est continu. En Et , en bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins, minute après minute , est gaspillé. Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [5] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère et moi dans une morosité totale (ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu, ce soir-là, être lyonnais.

[5J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir les afficionados de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages.

130818, version 5 (14 août 2018)

J’ai complètement tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je ne sais plus qui l’a marqué ni comment. Personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je ne travaille plus chez STAT depuis trois ans mais je suis encore à me dire et si je travaillais encore chez STAT ) maintenant ) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre à quelques mètres de moi. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des voitures, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore, c’est continu. Et, en bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins est gaspillé. ( et ça une bonne partie de la journée ). Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date de leur du maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [6] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère et moi dans une morosité totale ( , ce devait être en 1996) pensant qu’il aurait mieux valu , ce soir-là , être lyonnais .

[6J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que celle que peuvent avoir lorsque je lis les afficionados noms des personnages de Thomas Pynchon sur l’onomastie de ses personnages .

130818, version 4 (13 août 2018)

J’ai complètement tout oublié du premier but de la France contre la Croatie en finale. Je ne sais plus qui l’a marqué ni comment. Personne Il n’y a personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je ne travaille plus chez STAT depuis trois ans maintenant) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre à quelques mètres de moi. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des voitures, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore, c’est continu. Et, en bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins est gaspillé (et ça une bonne partie de la journée). Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date du maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [7] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère et moi dans une morosité totale, ce devait être en 1996.

[7J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que lorsque je lis les noms des personnages de Thomas Pynchon.

130818, version 3 (13 août 2018)

Il n’y a personne cette semaine à Paris, tout est fermé partout, et si je travaillais encore chez STAT (je ne travaille plus chez STAT depuis trois ans maintenant) j’en serais à errer dans les rues le midi en quête d’un truc ouvert pour m’acheter à bouffer. Pour autant, même si la ville est vide, il y a des corps qui marchent devant ma fenêtre à quelques mètres de moi. Ils pulvérisent à haute pression (j’imagine que c’est de l’eau ce qu’ils pulvérisent) pour une histoire de ravalement de façade, alors le bruit que c’est, qui n’est entrecoupé que par la marée régulière des voitures, et de quelqu’un qui passera à un moment donné en écoutant à fond Pour que tu m’aimes encore, c’est continu. Et, en bas, là où le tuyau est raccordé à l’eau, le truc fuit lamentablement si bien que la moitié au moins est gaspillé (et ça une bonne partie de la journée). Toutes les X années, les supporters du PSG râlent publiquement au sujet du dernier design en date du maillot, accusant Nike de ne pas respecter les couleurs historiques du maillot Hechter des années soixante-dix (le bon bleu, le bon rouge au milieu, les lignes blanches de part et d’autre du rouge). Je n’ai pas d’avis sur la question et mes maillots préférés ont toujours été les away : le blanc et rouge avec le 7 floqué de Leonardo quand je jouais en poussins à St-Charles, et le gris et blanc à bande horizontale époque Laurent Robert-Anelka-Peter Luccin un ou deux ans plus tard. J’avais aussi un maillot des Verts manches longues période Ľubomír Moravčík [8] (l’idole de mon frère) que m’avait donné A., c’est-à-dire celui avec le rond rouge Casino au milieu, peut-être bien le maillot de la relégation en D2 avec le dernier match de la saison contre Martigues, à Geoffroy Guichard, que nous étions allés voir, il me semble, et je nous revois marcher tous, mon père, D., A., son frère et moi dans une morosité totale, ce devait être en 1996.

[8J’avoue avoir la même tendresse à l’égard des noms de footballeurs de mon enfance que lorsque je lis les noms des personnages de Thomas Pynchon.

130818, version 2 (13 août 2018)

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |