260918


Il y a quatorze boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard et, comme chaque année à la même période, le froid se remet à couvrir l’hydre de la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, en cette saison, n’est jamais touché par aucun rayon du soleil. Celles ou ceux qui décident ce genre de chose jouissent-ils (ou elles) du chauffage quand ils rentrent chez eux (chez elles) le soir ? Ont-ils (ou elles) des bureaux chauffés pendant le nombre d’heures qu’ils (ou elles) passent à travailler ? Voici les mots que j’ai définitivement choisi de muter sur Twitter et jusqu’à nouvel ordre : benalla, angot, ruquier, zemmour, consigny, @EugenieBastie, macron, sarkozy, hulot. D’autres encore, sans doute, à venir. Et il n’y a plus que treize boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard.

10 novembre 2018
par Guillaume Vissac
Journal
#Froid #Twitter
<  -  >

Partager

Révisions

7 révisions

260918, version 8 (10 novembre 2018)

Froid, Twitter
jpg/dsc_0511-2.jpg
Il y a quatorze boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard et, comme chaque année à la même période, le froid se remet à couvrir l’hydre l’orbe de la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, en à cette saison période de l’année , n’est jamais touché par aucun rayon du soleil. Celles ou ceux qui décident ce genre de chose jouissent-ils (ou elles) du chauffage quand ils rentrent chez eux (chez elles) le soir ? Ont-ils (ou elles) des bureaux chauffés pendant le nombre d’heures qu’ils (ou elles) passent à travailler ? Voici les mots que j’ai définitivement choisi de muter sur Twitter et jusqu’à nouvel ordre : benalla, angot, ruquier, zemmour, consigny, @EugenieBastie, macron, sarkozy, hulot. D’autres encore, sans doute, à venir. Et il n’y a plus que treize boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le mon placard.

260918, version 7 (10 novembre 2018)

Il y a quatorze boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard et, comme chaque année à la même période, le froid se remet à couvrir l’orbe l’ombre de la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, à cette période de l’année, n’est jamais touché par aucun rayon du soleil. Celles ou ceux qui décident ce genre de chose jouissent-ils (ou elles) du chauffage quand ils rentrent chez eux (chez elles) le soir ? Ont-ils (ou elles) des bureaux chauffés pendant le nombre d’heures d’heure qu’ils (ou elles) passent à travailler ? Voici les mots que j’ai définitivement choisi de muter sur Twitter et jusqu’à nouvel ordre : benalla, angot, ruquier, zemmour, consigny, @EugenieBastie, macron, sarkozy, hulot. D’autres encore, sans doute, à venir. Et il n’y a plus que treize boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans mon placard.

260918, version 6 (9 novembre 2018)

Il y a quatorze boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard et, comme chaque année à la même période, le froid se remet à couvrir l’ombre de recouvrir la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, à cette période de l’année, n’est jamais touché par aucun rayon du soleil. Celles ou ceux qui décident ce genre de chose jouissent-ils (ou elles) du chauffage quand ils rentrent chez eux (chez elles) le soir ? Ont-ils (ou elles) des bureaux chauffés pendant le nombre d’heure qu’ils (ou elles) passent à travailler ? Voici les mots que j’ai définitivement choisi de muter sur Twitter et jusqu’à nouvel ordre : benalla, angot, ruquier, zemmour, consigny, @EugenieBastie, macron, sarkozy, hulot. D’autres encore, sans doute, à venir. Et il n’y a plus que treize boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans mon placard.

260918, version 5 (8 novembre 2018)

Il y a quatorze boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard et, comme chaque année à la même période, le froid se remet à recouvrir la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, à cette période de l’année, n’est jamais touché par aucun rayon du soleil. Celles ou ceux qui décident ce genre de chose jouissent-ils (ou elles) du chauffage quand ils rentrent chez eux (ou chez elles) le soir ? Ont-ils (ou elles) des bureaux chauffés pendant le nombre d’heure qu’ils (ou elles) passent à travailler ? Voici les mots que j’ai définitivement choisi de muter sur dans Twitter et jusqu’à nouvel ordre à l’heure actuelle : benalla, angot, ruquier, zemmour, consigny, @EugenieBastie, macron, sarkozy, hulot. D’autres encore, sans doute, à venir. Et il n’y a plus que treize boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans mon placard.

260918, version 4 (13 octobre 2018)

260918, version 3 (26 septembre 2018)

Il y a quatorze boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans le placard et , comme Comme chaque année à la même période, le froid se remet à recouvrir la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, à cette période de l’année, n’est jamais touché par aucun rayon du soleil. Celles ou ceux qui décident ce genre de chose jouissent-ils (ou elles) du chauffage quand ils rentrent chez eux (ou chez elles) le soir ? Ont-ils (ou elles) des bureaux chauffés pendant le nombre d’heure qu’ils (ou elles) passent à travailler ? Voici les mots que j’ai définitivement choisi de muter dans Twitter à l’heure actuelle : benalla, angot, ruquier, zemmour, consigny, @EugenieBastie, macron, sarkozy, hulot. D’autres encore, sans doute, à venir. Et il n’y a plus que treize boites de sardines à l’huile d’olive Connétable dans mon placard.

260918, version 2 (26 septembre 2018)

Comme chaque année à la même période, le froid se remet à recouvrir la ville, tout particulièrement la nuit. Et comme chaque année à la même période il faut attendre la date fatidique du 15 octobre pour que quelqu’un quelque part daigne lancer le chauffage collectif de l’immeuble. En attendant, ça fait trois semaines de froid continu dans un appartement qui, à cette période de l’année, n’est jamais touché par aucun rayon du soleil.
Guillaume Vissac

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)



Livres


- -

- - - -

Projets Web


- -


-
Spip | PhpNet | Contact | Retour au sommaire | ISSN 2428-9590 |